Tomboy

Réalisateur
Céline Sciamma
Acteurs
Jeanne Disson, Malonn Levana, et Zoé Héran
Pays
France
Genre
Comedie et Drame
Durée
82 min
Titre Original
Tomboy
Notre score
8

Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret.

 

 

L’avis de Nikkyta B. :

Après Naissance des pieuvres, Céline Sciamma nous revient avec Tom Boy un film présenté en ouverture de la section Panorama cette année à la Berlinale.

Tom Boy
(garçon manqué) réuni une fois de plus un casting très jeune, puisqu’il traite de transidentité chez une petite fille de 10 ans.
La transidentité et non pas transexualité comme l’on appelle ça parfois avec beaucoup d’ignorance, est une thématique extrêmement complexe qui demande des années et des années de recherches et de nombreuses rencontres.
Avec ce film, on est loin de la réflexion proposée par XXY ou encore Le dernier été de la Boyita et encore bien plus loin des grands classiques de la littérature tel que La nuit des Rois de Shakespeare. Bien que ces films traitent d’hermaphrodisme, les questions de l’identité physique et sexuelle y sont abordées de façon subtile et avec une grande maturité dans la sensibilité du propos.

 

tomboy_cap1

 

Or avec ce film, on est dans une quasi caricature de l’image de la transidentité chez le commun des mortels. La jeune fille qui choisit de se faire passer pour un jeune garçon devient très vite pathétique; non pas à cause du jeu d’acteur mais à cause d’un scénario très mal écrit. La pauvreté des propos est alarmante, faire pire que Naissance des pieuvres semblait impossible et pourtant…
À la projection de Tom Boy, on aurait vraiment cru à un mauvais téléfilm de France 2. L’esthétique est amateur comme filmée lors d’un pique nique en famille. Quand aux acteurs, on sent très vite qu’ils ne croient même pas eux-mêmes à cette histoire. Pour la seconde fois, Céline Sciamma tombe dans un drôle de travers, celui d’essayer de mettre en avant la détresse d’une jeunesse qu’elle ne comprend pas.

 

 

Contre Avis de Stéphane :

 

C’est au travers des agissements d’une petite fille que la réalisatrice Céline Sciamma parle de la recherche de soi et de sexualité.

 

En effet, cette fille se fait passer pour un jeune garçon. Entre les sourires d’enfants, les jeux et les complicités, Tomboy qui signifie garçon manqué en anglais, ne choque pas et reste toujours ouvert afin que le spectateur puisse lui-même se faire une opinion. Pour se faire, les adultes sont relégués au second plan afin de mettre en avant les enfants et les laisser s’exprimer.

 

Laure, le personnage principal, doit faire face à de nombreuses situations afin de cacher sa véritable personnalité… Cela devient même un petit jeu pour le spectateur qui se demande comment elle arrivera à se sortir de telle ou telle situation.

 

Le final est prévisible mais en même temps très intéressant en sachant qu’un enfant reste un enfant et qu’ils agissent toujours sans préjuger comme les adultes devraient aussi le faire…

 

C’est au spectateur assez intelligent, de se faire lui-même son opinion. Céline Sciamma réussit avec brio à séduire tout type de public (jeune et vieux).

 

 

Tomboy
8
Plus d'articles
Lux Aeterna