Time Out

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Science fiction et Thriller
Durée
101
Titre Original
In Time
Notre score
5

Bienvenue dans un monde où le temps a remplacé l’argent. Génétiquement modifiés, les hommes ne vieillissent plus après 25 ans. Mais à partir de cet âge, il faut « gagner » du temps pour rester en vie. Alors que les riches, jeunes et beaux pour l’éternité, accumulent le temps par dizaines d’années, les autres mendient, volent et empruntent les quelques heures qui leur permettront d’échapper à la mort. Un homme, accusé à tort de meurtre, prend la fuite avec une otage qui deviendra son alliée. Plus que jamais, chaque minute compte.





L’avis de Fabien



De l’auteur de Bienvenue à Gattaca (1998) on pouvait espérer beaucoup de ce pitch  intriguant et de ce casting hype (Amanda Seyfried, Cillian Murphy et Justin Timberlake).


Passé une première demi-heure captivante où l’alliance d’un esthétisme dépouillé et d’une dramaturgie solide (très belles scènes familiales avec Timberlake et Olivia Wilde) laisse espérer le mieux pour ce film de s-f, la machine se grippe quelque peu : une fois dévoilés les projets de justicier moderne du personnage de Justin Timberlake le récit se contente d’aligner de manière métronomique les séquences de course-poursuite où le fugitif accompagné d’une belle héritière (Amanda Seyfried, sexy en diable) se sortent facilement de toutes les pièges possibles.


Il est en effet dommage que toutes les thématiques porteuses (dictature du jeunisme, clivage  révoltant entre riches et pauvres) ne soient pas plus développées au cours de ce récit d’anticipation  dystopique qui par souci de plaire à un large public mise plus sur l’action non-stop et le glamour de ses deux jeunes stars que sur une réflexion éthique et politique compatible avec une constante tension dramatique.


Malgré une certaine déception, d’autant plus grande eu égards aux promesses livrées par la première demi-heure où Andrew Niccol livrait une amorce de grand film d’anticipation, Time out demeure très plaisant, la réalisation élégante et l’interprétation de qualité.

L’exécution des péripéties est efficace, le film appliquant visuellement avec réussite le concept « le temps, c’est de l’argent ».


timeout_cap1


Test blu-ray


Technique


Tourné intégralement en numérique, Time out bénéficie naturellement d’un transfert parfait.

L’image révèle des couleurs riches, un piqué de haute volée (magnifiques gros plans sur les acteurs) et des contrastes solides jusque dans les scènes en basse lumière.


La piste VO en DTS-HD Master Audio 5.1 offre une efficace spatialisation, bruitages, dialogues et musique de Craig Armstrong étant mixés harmonieusement. La VF non HD s’en sort plutôt bien.



timeout_cap3


Bonus

 

Principal bonus du disque blu-ray « Chaque minute compte : les fondements d’une société » (16′) est un réussi vrai-faux documentaire avec interventions des acteurs qui permet de prolonger l’aventure du film.

 

Sont ensuite proposées 10 scènes inédites et intégrales, avec commentaire d’Andrew Niccol (12′). L’ensemble se révèle dispensable hormis une amusante scène de danse en extérieur.

 

L’éditeur FPE produit un disque de référence sur le plan technique, assez chiche niveau bonus (un documentaire sur le tournage aurait été souhaitable). A noter que Time out est disponible en édition limitée en boîtier steelbook avec DVD + copie digitale.

 


Time Out
5
Plus d'articles
Le couteau de glace : le test blu-ray