This is not a love story

Réalisateur
Alfonso Gomez-Rejon
Acteurs
Olivia Cooke et Thomas Mann
Pays
USA
Genre
Drame
Durée
106 min
Titre Original
Me and Earl and The Dying Girl
Notre score
10

Greg est un lycéen introverti, adepte de l’autodérision, qui compte bien finir son année de Terminale le plus discrètement possible. Il passe la plupart de son temps avec son seul ami, Earl, à refaire ses propres versions de grands films classiques. Mais sa volonté de passer inaperçu est mise à mal lorsque sa mère le force à revoir Rachel, une ancienne amie de maternelle atteinte de leucémie.

Avis de Manu

Auréolé du Grand Prix du Jury et Prix du Public à Sundance cette année, This is not a love story sort donc en France avec l’étiquette annuelle de film du festival indé.

this-is-not-a-love-story-d-alfonso-gomez-rejon_5458824

Très souvent ancré dans le genre comédie dramatique (et parfois drama) le grand gagnant du festival ne déroge pas à la règle des réussites passées et va même un peu plus loin cette année. La mort qui rode souvent en toile de fond des principaux films du festival flirte ici avec le plus jeune âge, sujet délicat s’il en est, difficile de ne pas tomber dans le piège du pathos. C’est pourtant ce que réussit à faire Alfonson Gomez-Rejon dans ce récit sur l’adolescence drôle et malin même dans ces instants dramatiques. Olivia Cooke et Thomas Mann, tous les deux très en vue à Hollywood en ce moment, donnent à voir toute l’étendue de leur talent pour jouer ces deux ado qui tutoient par alternance, la vie et la mort. L’inventivité liée au sujet et à son « héros », grand cinéphile en herbes, procurent au film des instants magiques, loin des clichés des films du genre. Aucun stéréotype ne vient frapper à la porte et emmène avec la même force mais subtilité le spectateur au travers cette histoire touchante au contour lacrymal.

La musique de Brian Eno et la photo du chef opérateur de Park Chan-wook, Chung-hoon Chung, facteurs nécessaires, avec la mise en scène assez affûtée) de Alfonson Gomez-Rejon, d’une belle réussite visuelle de l’ensemble. Dans les pas de ses grands-frères (Little Miss Sunshine…), This is not a love story touche, marque et décortique en se renouvelant le film d’ado. Peu enclin aux fausses notes d’espoir et bons sentiments, sans jamais verser dans la facilité et les clichés, le film zigzag entre de nombreux sentiments, divers mais touchants, sans manipuler le spectateur avec des effets de manche vus et revus.

Touchant et beau, tout simplement.

This is not a love story
10
Plus d'articles
Lucky Strike