Le Stratège

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Comedie et Drame
Durée
133
Titre Original
Moneyball
Notre score
5

Voici l’histoire vraie de Billy Beane, un ancien joueur de baseball prometteur qui, à défaut d’avoir réussi sur le terrain, décida de tenter sa chance en dirigeant une équipe comme personne ne l’avait fait auparavant…

Alors que la saison 2002 se profile, Billy Beane, le manager général des Oakland Athletics, est confronté à une situation difficile : sa petite équipe a encore perdu ses meilleurs joueurs, attirés par les grands clubs et leurs gros salaires. Bien décidé à gagner malgré tout, il cherche des solutions qui ne coûtent rien et auxquelles personne n’aurait pensé avant… Il va s’appuyer sur des théories statistiques et engager Peter Brand, un économiste amateur de chiffres issu de Yale. Ensemble, contre tous les principes, ils reconsidèrent la valeur de chaque joueur sur la base des statistiques et réunissent une brochette de laissés-pour-compte oubliés par l’establishment du baseball. Trop bizarres, trop vieux, blessés ou posant trop de problèmes, tous ces joueurs ont en commun des capacités sous-évaluées. Avec leurs méthodes et leur équipe de bras cassés, Beane et Brand s’attirent les moqueries et l’hostilité de la vieille garde, des médias et des fans, jusqu’à ce que les premiers résultats tombent… Sans le savoir, Beane est en train de révolutionner toute la pratique d’un des sports les plus populaires du monde.


En DVD et Bluray le 21 mars 2012 – Sony Pictures Home Entertainment




Avis de Manuel Yvernault :



Le réalisateur Bennett Miller laissait entrevoir avec Truman Capote de grandes qualités de mise en scène sur un sujet délicat par bien des côtés (le sujet même, adaptation d’une œuvre littéraire elle-même déjà adaptée, film noir, peine de mort…). L’exercice du retour sur grand écran qui plus est au film « sportif » semblait prometteur.



lestratege1



Miller donne à son long-métrage l’aura des grands films qui parlent des hommes, de valeurs (Sorkin au scénario n’est pas étranger à cela), l’exemple même de scènes de flashbacks utilisées et réalisées avec tact et non facilité comme souvent.


Brad Pitt, emporte son personnage avec un charisme qui à force d’être habituel n’est plus un travail de comédien mais fait partie de l’acteur; saisissant de crédibilité, il donne à son personnage tout le relief que cette histoire impose. P.S Hoffman est magnétique de sobriété quand Jonah Hill lui, nous montre qu’il peut faire rire sans cabotiner. Un casting parfait dans un écrin scénaristique brillant  pour un film de sport  qui parle des hommes et des choix à faire contre toutes valeurs mercantiles.



lestratege2



Loin des poncifs du genre, par facilité d’émotions lors de moments sportifs (et il y en a tout de même), les sommets drama du film se trouvent dans les échanges humains mis en scène avec saveurs personnelles et codes du genre, hors académisme. C’est donc dans ce savoureux mélange que Miller a su trouver l’axe parfait pour un tel film. Il donne une lecture facile de ce sport (le baseball) par une histoire hors du commun où les rapports humains sont aussi importants que les exploits sportifs. A ranger dans les très grands films de sport. Brillant et prenant.

 


Techniques :

 

Image :


Sony a réalisé un transfert prodigieux afin de rendre hommage à la sublime photo de Wally Pfister (chep op. attitré de Christopher Nolan). Tourné en film, Le stratège est parfait dans la tonalité d’une image cinéma avec le grain qui la compose. Tout est d’une précision parfaite, avec des noirs soutenus et profonds, une colorimétrie équilibrée ne dépassant jamais le stade désagréable d’une trop grande saturation. Fort d’un équilibre constant et d’une haute définition le Bluray est un quasi sans faute mettant en avant le travail soigné d’un chef opérateur de renom.

9/10

 


Son :


Comme souvent la VO s’en tire mieux que la VF trop poussée sur la voie centrale. VO bien travaillée avec des effets nécessaires lors d’instants sportifs, où l’ensemble prend un réel relief sur tous les canaux, donnant ainsi la saveur particulière de l’ambiance des stades. Pour le reste, le mixage s’avère classique avec des voix bien découpées tout en respectant l’univers sonore, léger, qui entoure les personnages.

8/10

 


Bonus :


– Scènes supplémentaires

Scènes coupées sans intérêt profond. Si aucun commentaire n’explique leur coupe, on peut penser que dans un souci de rythme les scènes n’apportaient de profondeur supplémentaire, ni à l’histoire ni aux personnages.

 

– Bêtisier

Surprenant. Un seul et même plan semble être présent afin de remplir la case bêtisier des bonus récurrents. Mais ce seul plan l’emporte. En effet on pourra découvrir Brad Pitt durant 3 minutes totalement hilare. Au bout d’une minute l’acteur nous emporte avec lui dans ce fou rire étrangement communicatif. Rare et plaisant de le voir ainsi.

 

– 4 modules ayants l’aspect de featurettes pour une durée d’1h15 environ. Si elles sont complémentaires et nous apprennent quelques informations importantes sur les costumes, décors, lumière, on reste un peu sur sa faim car certains sujets abordés auraient pu être plus développés. Ne faisons pas la fine bouche, l’essentiel est là.

L’intérêt aurait été supérieur regroupé dans un seul making of. Les modules les plus informatifs étant comment l’adaptation du livre a pu se faire et comment le casting fut élaboré. On pourra regretter l’absence de commentaire audio tant les rares apparitions de Bennett Miller sont intéressantes.

 

*Le vrai Billy Beane : Réinventer le jeu

*Dans les coulisses du tournage

*La composition de l’équipe

*Du livre au film


6/10

 


Note Bluray :


5/5

Le Stratège
5
Plus d'articles
1917 : le test blu-ray