Le chat du rabbin

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Dessin animé
Durée
90
Titre Original
Le chat du rabbin
Notre score
5

Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa bar mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l’aider, son chat commet le sacrilège d’invoquer l’Eternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d’une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale…

 

 


Film en avant-première pendant les 15 ème rencontres du cinéma de Gérardmer


 

L’avis de Fabien


Auréolé du succès de Gainsbourg, vie héroïque, Joan Sfar présente l’adaptation ciné de sa saga publiée en bande dessinée, Le chat du rabbin.


A travers les aventures rocambolesques d’un chat espiègle doué de la parole depuis qu’il a croqué le perroquet du rabbin du titre, une invitation à la tolérance et à l’amitié entre les peuples est lancée avec un humour décomplexé sur la base d’une imagination graphique fertile où la 3D apporte un peu de profondeur de champ dans les grands espaces et met en valeur les différents décors.

Le sympathique casting voix, de François Morel à Mathieu Amalric en passant par François Damiens doublant le petit reporter d’Hergé dans une séquence irrésistible, nous embarque avec plaisir, même si on pourra regretter que les dialogues prennent trop la place sur l’action, dans les pérégrinations animées de ce chat iconoclaste au flegme et au bagout sur la question religieuse irrésistibles voyageant d’Alger à Jérusalem.

 

 

lechatdurabbin1

 

Le chat du rabbin
5
Plus d'articles
Blue Collar : le test blu-ray