Le capital

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Drame et Thriller
Durée
113
Titre Original
Notre score
5

Un dirigeant de banque peu scrupuleux, Marc Tourneuil, se retrouve confronté à l’offensive d’un fond spéculatif américain.

 

 

 

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

 

Apres s’être attaqué pendant de nombreuses années à beaucoup de partis politiques, dénonçant même les dictatures par moment, Costa-Gavras, le réalisateur culte de Z ou encore l’Aveu ne se présente plus ! A chaque fois qu’il fait un film, on est sûr du résultat. Changement de registre cette fois-ci, il décide de s’attaquer au monde très fermé et secret de la finance. Et une fois de plus, il sait nous montrer son expérience du monde du cinéma pour nous faire prendre conscience de la (triste) réalité de ce qu’est le domaine de l’argent. Les banques nous assaillent de toutes parts, mais les plus riches sont les plus puissants et, une fois de plus, ce sont les hauts placés dans les plus grandes entreprises qui s’en sortent à merveille….

 

le_capital_01

 

Et pour interpréter notre banquier principal, un acteur que l’on n’a pas l’habitude de voir dans ce genre de situation. Gad Elmaleh sort de la comédie pour entrer dans le drame par la grande porte et nous dévoile une nouvelle facette de son talent. Incroyable de le voir en « requin » comme on dit, qui ne pense qu’à une chose : le pouvoir de l’argent. Un pouvoir qui va lui faire perdre la tête, comme cela arrive souvent. Un rôle qui lui va à merveille. Espérons qu’on ait d’autres occasions de le revoir dans ce genre de situation où l’avidité du gain peut pousser un homme dans ses derniers retranchements….. A ses côtés, Gabriel Byrne est là pour faire le méchant de service (hé oui, on trouve finalement toujours plus dangereux que soit quand l’argent est en jeu). Mais méchant parmi les méchants, dans ce genre d’histoire, on se demande qui finalement est le « Robin des Bois » qui va essayer de sauver les plus faibles….

 

le_capital_02

 

Pas évident de savoir et il faudra attendre jusqu’au bout en spéculant sur la fin du film. Costa-Gavras réussi donc une fois de plus le tour de force de nous entrainer dans un univers que nous ne connaissons que trop peu (et peut être que c’est mieux ainsi) et nous ressortons de la projection avec une idée un peu plus concrète mais aussi beaucoup plus effrayante de ce qui régit le monde de l’argent……

 

 

 le_capital_03

 

Retrouvez l’interview du réalisateur Costa-Gavras et du romancier Stéphane OSMONT ici.

Le capital
5
Plus d'articles
Re-Animator II : La Fiancée de Re-Animator / Test Blu-ray