Ebola Syndrome

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Catégorie III
Durée
0
Titre Original
Yi bo la beng duk
Notre score
5

Sam, un employé de restaurant vivant et travaillant à Hong Kong, se voit obligé de fuir en Afrique du Sud après avoir couché avec la femme de son patron. Là-bas il retrouve du travail dans un restaurant mais est exploité par ses nouveaux employeurs qui le savent en fuite. D’une nature violente Sam viole une femme dans un village africain et contracte le virus Ebola. Son patron et sa femme apprennent l’existence de sa maladie, il les tue et les utilise comme « hamburgers » servis à la clientèle, répandant par là-même le virus. Sam décide de rentrer à Hong Kong, bientôt le virus Ebola se diffuse autour de lui et dans la ville…


Film présenté lors de la rétrospective consacrée à la Catégorie III pendant le Festival du Film Fantastique de Neuchâtel.

 



L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf : Film phare de la Catégorie III, qui est composée de réalisations qui dépassent toutes les limites du correct et abusent de tous les tabous possibles et imaginables. Sexe et violence sont au rendez-vous dans ces œuvres devenuent cultes en occident, mais reniées à Hong Kong, ville qui les a vu naître. Donc si vous recherchez du film sentimental et des histoires d’amour à l’eau de rose, passez votre chemin car ce n’est pas cela qui vous attend, loin de là. A moins que le viol d’une femme mourante souffrant du virus Ebola ne fasse partie de cette catégorie… 😉


Le maestro de cette histoire n’est autre qu’Anthony Wong, le plus célèbre acteur de Cat III., dirigé par le genial Herman Yau ! Rien que son rôle totalement absurde vaut le déplacement. Vous l’aurez compris, le film dépasse tout entendement et est uniquement réservé aux amateurs de gore, sexe, et je peux vous dire que vous regarderez la viande différemment avant d’en manger une fois visionné ce film. Pour info, il fut projeté à une séance de minuit trente et la salle était comble lors du festival de Neuchâtel. Et je ne vous parle pas du tonnerre d’applaudissements qui a suivi la projection, preuve que ce genre de film pourrait revenir à l’ordre du jour…


Bref, si vous décidez un jour de vous lancer pour découvrir cette catégorie, commencez par ce film qui vous montrera jusqu’où on peut aller dans le cinéma outrancier.


Ebola Syndrome
5
Plus d'articles
Une Vie Cachée