Le Conte de la princesse Kaguya

Réalisateur
Isao Takahata
Acteurs
Pays
Japon
Genre
Anime, Drame, et Fantastique
Durée
137 min
Titre Original
Kaguya-hime no monogatari
Notre score
9

Adapté d’un conte populaire japonais « Le couper de bambou », un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main.

Avis de Manuel Yvernault

Après le Le Tombeau des Lucioles et Mes voisins les Yamada, Isao Takahata réalise probablement un des dessins-animés les plus magnifiques et poétiques de cette année. Adapté d’un conte légendaire japonais du 10ème siècle, le réalisateur-scénariste livre une œuvre à la beauté envoûtante. Le ton pastel, principal atout du film, donne à ce dernier un charme inouï entre onirisme et conte d’un autre temps. Une douceur émerge dès les premiers plans pour ne plus lâcher le spectateur.

Les détails des visages qui ailleurs se voudraient grossier donnent ici une humanité qu’on voit rarement dans les films d’animation. Ces derniers nous transportent au travers chaque personnage, de leurs émotions et ce à chaque plan.

La forme majestueuse du film n’efface pas du tout le fond, puisque qu’un équilibre délicat se créé naturellement nous offrant autant des notes profondément touchantes que d’humour.

Le conte de la princesse Kaguya se veut donc une œuvre autant minimaliste que mélancolique et profonde. Dans la pluralité des adjectifs pour parler du film tous s’unissent sur un point. Nous n’avons pas vu depuis très longtemps un film d’animation aussi marquant dans sa simplicité et singularité. Rare et brillant de talent.

Le Conte de la princesse Kaguya
9
Plus d'articles
Tenet