Zodiac

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Thriller
Durée
156
Titre Original
Notre score
5

Zodiac, l’insaisissable tueur en série qui sévit à la fin des années 60 et répandit la terreur dans la région de San Francisco, fut le Jack l’Eventreur de l’Amérique. Prodigue en messages cryptés, il semait les indices comme autant de cailloux blancs, et prenait un malin plaisir à narguer la presse et la police. Il s’attribua une trentaine d’assassinats, mais fit bien d’autres dégâts collatéraux parmi ceux qui le traquèrent en vain.
Robert Graysmith, jeune et timide dessinateur de presse, n’avait ni l’expérience ni les relations de son brillant collègue Paul Avery, spécialiste des affaires criminelles au San Francisco Chronicle. Extérieur à l’enquête, il n’avait pas accès aux données et témoignages dont disposait le charismatique Inspecteur David Toschi et son méticuleux partenaire, l’Inspecteur William Armstrong. Le Zodiac n’en deviendrait pas moins l’affaire de sa vie, à laquelle il consacrerait dix ans d’efforts et deux ouvrages d’une vertigineuse précision…







L’avis de Fabien

 

 

Si Seven affiche une atmosphère poisseuse et crépusculaire sublimée par une mise en scène virtuose, trop démonstrative pour certains, Zodiac est un récit très documenté à la réalisation sobre sur l’obsession de 3 hommes : un flic, un journaliste et un dessinateur, à résoudre une série de crimes qui plongea pendant plusieurs années l’Amérique, la population de San Francisco plus précisément dans la peur (Fincher, gamin de San Francisco à l’époque des faits, a-t-il fait ce film pour exorciser ses démons révélés dans une filmographie très noire ?).


Au spectaculaire, Fincher privilégie l’étude de caractère : point de descente de police musclée, de folle course-poursuite sous la pluie, mais l’acharnement qui vire à l’obsession au détriment de la santé mentale, physique et d’une vie de couple équilibrée, le découragement face au manque de preuves, le combat quotidien d’une poignée d’individus pour arrêter un tueur en série, véritable croque-mitaine insaisissable.


Etalée sur 156 minutes, cette enquête qui renvoie aux meilleurs films politiques et policiers des 70’s (Les hommes du président, L’inspecteur Harry) tient en haleine par son scénario très documenté (nombre impressionnant de faits, de personnages) et ses acteurs (Gyllenhaal en tête) très convaincants.

 

 


zodiac_cap3



Zodiac
5
Plus d'articles
Beatrice Cenci – Liens d’amour et de sang : le test blu-ray