The Giant Claw

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Science fiction
Durée
74
Titre Original
The Giant Claw
Notre score
5

Lors d’une mission aérienne de calibrage de radars, un ingénieur en électronique aperçoit un objet volant non identifié dont aucun radar n’a pu détecter la présence. Ne le prenant d’abord pas au sérieux, les militaires reçoivent cependant d’autres témoignages similaires, et des avions commencent à disparaître mystérieusement. Ils réalisent rapidement qu’une créature géante, semblable à un volatile, parcourt les airs en semant la destruction, tout en étant apparemment invulnérable aux armes et aux missiles des humains …

 


 

 

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :


Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux….

 

Que le cinéma des années 50 était bien ! On ne parlait à l’époque pas de remake, on savait construire un scénario original et en tirer un film à chaque fois différents des autres mais souvent avec un sujet récurrent, le retour d’un animal sorti du passé ou d’autres, devenu géant à cause de radiations nucléaires (the black scorpion, them, Godzilla… ) Dans ce giant claw, il s’agit d’un oiseau préhistorique qui surgit de nulle part et commence à attaquer tout d’abord les avions avant de s’en prendre à la population mondiale. Les pilotes n’arrivent pas à distinguer ce qui les attaque et commencent une investigation qui révélera finalement la réalité au monde entier.

 

 

Quelle est donc cette ombre bizarre Maryse ?

 

Alors là, c’est de la franche rigolade que de voir les scènes de combat entre les avions et l’oiseau géant. On voit des fils de tous les côtés et c’est ma foi ce qui fait le charme de ce film à notre époque. La créature est géniale, en grande partie parce qu’on voit qu’elle est en plastique et que ce côté « kitsch » en remet une couche pour l’intérêt du film. Malheureusement trop peu connu en France, ce film est une véritable petite merveille, avec des acteurs qui donnent ce qu’ils peuvent pour essayer de faire croire qu’ils sont réellement poursuivis par ce monstre ailé.

 

 

Un zozio qui fait peur…

 

Une grande partie de ce film est racontée par un narrateur (le réalisateur Fred F. Sears  lui-même en fait), ce qui se faisait régulièrement à cette époque et qui permet de faire des transitions rapide et sans trop peu d’investissements ! Belle réussite !

Le résultat nous offre donc un film de bonne facture qui saura vous détendre et vous donner envie de revoir tous ces vieux films réalisés après-guerre et qui avait souvent comme thème principal des dinosaures ou encore des invasions extra-terrestres…. A voir !

 

Réalisé sans trucages…

 

Après King Kong, l’Empire State Building à encore été détruit…


The Giant Claw
5
Plus d'articles
Invisible Man : test blu-ray