Solomon Kane

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Fantastique
Durée
104
Titre Original
Solomon Kane
Notre score
5

Dans un XVIe siècle ravagé par les guerres, le capitaine Solomon Kane est une redoutable machine à tuer, aussi brutale qu’efficace. Armé des pistolets qui font sa marque, de sa dague et de sa rapière, lui et ses hommes laissent libre cours à leur soif de sang alors qu’ils combattent au nom de l’Angleterre d’un continent à l’autre. Pourtant, lorsque Kane décide d’attaquer une mystérieuse forteresse quelque part en Afrique du Nord, sa mission va prendre un tournant fatal… Un par un, ses hommes sont décimés par des créatures démoniaques, jusqu’à ce qu’il reste seul face à l’envoyé du diable, venu des profondeurs de l’Enfer pour s’emparer de son âme atrocement corrompue. Kane parvient à s’échapper, mais il sait qu’il doit maintenant se racheter en renonçant à la violence et en se consacrant désormais à une vie de paix et de pureté. Sa nouvelle spiritualité ne tarde pas à être mise à l’épreuve lorsqu’il revient dans une Angleterre dévastée par des hommes diaboliques à la solde d’un être masqué terrifiant, l’Overlord. Incapable d’empêcher le meurtre brutal des Crowthorn, une famille puritaine dont il est devenu l’ami, Kane jure de retrouver leur fille Meredith et de la libérer de l’esclavage – même s’il doit pour cela renouer avec ses anciens talents d’assassin et du coup, perdre son âme. Sa quête va le conduire face aux plus sombres secrets de sa propre famille alors que tout le pays est menacé…




 



L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :


Troisième film de Michael J. Bassett (Deathwatch, wilderness) qui nous entraine cette fois-ci dans l’univers de Robert E. Howard (Conan). Un monde aux confins de l’ héroïc fantasy que l’écrivain à su créer. Le film est  à la hauteur de ce qu’on attendait de lui.

Une fois de plus, c’est le combat entre le bien et le mal qui est à l’honneur avec cet homme qui répand la bonne parole à grands coups de sabre et de poudre à canon.

Les effets spéciaux et les maquillages sont très bien réalisés et l’histoire n’a pas de temps morts.

Le personnage principal, interprété par James Purefoy, fait penser à Hugh Jackman dans Van Helsing avec son chapeau et sa cape. Bien entendu, il fera tout pour racheter ses erreurs (l’antihéros qu’il est au début, massacrant des centaines de « païens » pour le compte de la religion).

La bande sonore est composée par Klaus Badelt (Pirates des caraïbes) qui a su lui aussi trouver l’ambiance adéquate à l’histoire.

Bref, un bon film qui sort de l’ordinaire et nous entraine dans un univers captivant  moyenâgeux qui ravira à souhait les fans de fantastique.

Solomon Kane
5
Plus d'articles
Invisible Man : test blu-ray