Malcolm – saison 6 : le test DVD

Réalisateur
Acteurs
Pays
USA
Genre
Comedie
Durée
Titre Original
Notre score
7

La fin approche lentement, mais sûrement pour la sortie DVD de l’intégrale de la série Malcolm. Sortie au début du mois, c’est l’avant-dernière saison, alias la saison 6, qui se dévoile aujourd’hui dans nos colonnes.

Video

Comme à l’accoutumée depuis la saison 1, cette édition DVD troque le format TV 4/3 pour un format 16/9. On ne le direa jamais assez, mais redécouvrir cette série culte sur un écran large est tout simplement magique pour les yeux, au point que certains détails auparavant passés à la trappe nous apparaissent enfin. De même, la réalisation du show en ressort grandie, le 16/9 permettant de montrer l’étendue du talent des réalisateurs et offrant à la série un indéniable cachet cinématographique. Côté défaut, là aussi on reste dans l’habitude avec un seul principal souci : l’encodage entrelacé sur certains épisodes qui « offre » à l’image d’immondes lignes horizontales. Très désagréable si vous n’avez pas le matériel adapté, mais rien qui vaille la peine de passer à côté de cette édition.

malcolmsaison5-2

Par contre, on émettra un carton rouge concernant les sous-titres. En effet, alors que l’on avait déjà remarqué dans les précédentes saisons l’absence de sous-titres « forcés » pour traduire certains éléments dans la VF (panneaux, etc…), on pouvait légitimement s’inquiéter pour cette saison 6 et notamment l’épisode « Opéra » où Lois et Hal poussent la chansonnette en anglais, y compris dans la VF. Inquiétude finalement justifiée puisque cet épisode ne contient pas de sous-titres permettant aux anglophobes de comprendre ces séquences musicales si ils optent pour la VF. Autrement dit, il vous faudra jongler avec la télécommande et les sous-titres dédiés à la VOST ou aux malentendants pour bien comprendre l’ensemble de l’épisode. Quant à ceux qui espèrent pouvoir comprendre la chanson d’introduction du concours de beauté dans l’épisode 22 « Reine d’un Jour », le constat est encore plus alarmant : la chanson n’est traduite ni en VF, ni en VOST. Pour un peu, on serait presque tenté de ressortir nos enregistrements M6. Assurément le plus grand défaut de cette édition, pour cette saison 6 en tout cas.

malcolmsaison5-3

Son

Côté sonore, on reste dans les acquis avec un mixage Stéréo simple, mais efficace. Comme à l’accoutumée, la VO est évidemment proposée, mais c’est la VF qui sera sans doute le meilleur morceau pour les fans biberonnés aux diffusions sur les chaines M6. Vu le talent des doubleurs, on les comprend aisément tant Malcolm est assurément, avec Scrubs, l’une des séries live les mieux doublées de ces dernières années.

Bonus

Après avoir dégainé l’artillerie lourde en bonus vidéos dès les premières saisons, on se doutait que l’éditeur aurait du mal à tenir la distance sans tomber dans la redite. Et on avait vu juste. En effet, cette édition ne propose que deux bonus : un hommage animé à Malcolm, mignon, mais dispensable, et un best-of des séquences « rêves et cauchemars » de la série. Reste à voir si ce maigre contenu s’expliquera par une volonté de l’éditeur de garder ses dernières cartouches pour la septième et dernière saison.

Un mot néanmoins sur l’édition digibook cartonnée et limitée que les plus rapides pourront se procurer. Outre un écrin cartonné du plus bel effet, ce digibook contient comme les précédentes saison (excepté la 1 et la 2) un livret rédigé par le site Malcolm-France incluant le guide des épisodes et plusieurs anecdotes. L’air de rien, ce livret est sans doute le meilleur bonus de cette édition tant on y découvre une pelletée d’anecdotes croustillantes, allant de l’humoristique à l’explicatif et qui permettent de lever le voile sur bon nombre d’éléments. Les fans y découvriront enfin pourquoi Francis (l’ainé de la fratrie) apparait moins dans la série à partir de cette saison.

Verdict

Au final, cette édition est dans la droite lignée de ses prédécesseurs avec les mêmes qualités qui en font un indispensable, mais également les mêmes défauts (image, sous-titres) qui créent cette fois un immense tort à l’un des épisodes les plus mémorables de la série (Opéra), d’où une demi-étoile de moins pour cette édition qui en aurait mérité quatre sans ce problème. Toutefois, ne vous méprenez pas : si ce souci de sous-titres a de quoi faire grincer des dents, il ne justifie pas pour autant de passer à côté de cette édition.

Malcolm – saison 6 : le test DVD
7
Plus d'articles
Last seduction : le test blu-ray