Les sévices de Dracula

Réalisateur
John Hough
Acteurs
Alex Scott, Harvey Hall, Inigo Jackson, Judy Matheson, Madeleine Collinson, Mary Collinson, Peter Cushing, et Shelagh Wilcocks
Pays
Angleterre
Genre
Horreur
Durée
87 min
Titre Original
Twins of Evil
Notre score
8

Dans l’Europe de l’Est du XIXe siècle : les sœurs Gellhorn, sont orphelines et ont été recueillies par leur oncle, puritain membre d’une secte de fanatiques chasseurs de sorcières. Non loin de là, vit le comte Karnstein, dépravé et adorateur du diable. L’une des sœurs, Maria, est scandalisée par l’aristocrate alors que l’autre, Frieda, éprouve une certaine fascination pour le libertin.

L’avis de yanick Ruf : 

Nouveau titre dans la collection HAMMER chez Éléphant Films, Les sévices de Dracula, plus connu sous son titre original beaucoup plus réaliste de Twins of Evil, arrive donc en Blu-Ray. Comme pour les précédents titres déjà parus (Le club des monstres et Comtesse Dracula), on a droit à une restauration de haute qualité pour un film qui date de plus de trente ans ! Bon c’est vrai que pour la première scène j’ai eu un doute, mais mis à part cela, tout le reste est merveilleux à regarder comme toujours ! Bon, le point négatif du film, c’est l’absence du célèbre Comte Dracula. En effet, on suit les aventures d’un noble qui veut devenir un sataniste et finira par visiter le coté obscure du vampirisme.

les sévices de dracula

C’est pour cette raison que je parlais d’un titre original plus adapté, car si on n’a pas de Dracula à proprement parlé (mais tout de même une excellente histoire de vampires), on a bel et bien droit à deux jumelles dont l’une s’avère être totalement maléfique. Le sujet est en fait la chasse aux sorcières donnée pendant l’inquisition qui donnait libre court aux massacres de femmes soupçonnées d’avoir pactiser avec le Malin. Et pour les chasser, qui de mieux que l’éminent Peter Cushing, l’un des pivots de la Hammer pouvait le faire ? Une fois de plus, il excelle dans son rôle et donne la crédibilité et le charisme nécessaires au personnage. A ses côtés, un duo de choc (pour l’une des jumelles) et de charme (pour les deux, y’a pas photo !) avec les sœurs Marie et Madeleine Collison.

les sévices de dracula (2)

Le summum sera la scène de la bougie extrêmement explicite et qui fait vraiment sourire de la façon utilisée pour nous montrer un peu de chaleur torride. Ha les années 70, quel romantisme… Les deux jeunes femmes donnent donc le coté attrayant au film et nous permettent de nous poser une question primordiale : comment pouvait-on à l’époque inquisitoire subodorer d’aussi belles femmes d’être liées au Démon et les brûler sans aucun remords ? Bon, passons et concentrons-nous sur le film. Les acteurs sont donc bons et l’ambiance « hammerienne » est présente comme toujours, ce qui donne un intérêt et un charme au film qui n’est pas négligeable. C’est vrai qu’avec les films qu’elle a produit, on est rarement déçu !

les sévices de dracula (1)

La version française se laisse écouter avec des doublages égaux à ce qui se faisait à l’époque. En ce temps-là, on savait doubler avec des voix qui collent aux personnages, pas comme de nos jours… Mais bon, rien (ou presque) ne vaudra jamais une bonne version originale ! Coté effets spéciaux, on notera la transformation vampirique extrêmement rapide après la morsure fatidique, mais non dénuée d’originalité devant le miroir. Ce dernier sera souvent utilisé pour nous montrer que les suceurs de sang ne se reflètent pas dedans ! Et pour ce faire, une idée ingénieuse, utiliser une fenêtre avec les mêmes décors de l’autre côté ! Pas bête, comme ça, pas de reflet ! Ce qu’ils ont oublié, c’est que les flammes des bougies placées des deux coté de ce faux miroir ne bougent pas au même rythme, ce qui est nettement visible, mais renforce encore plus le côté « kitch » de ce film qui date de plus de 40 ans maintenant ! En ce qui concerne l’hypnose, il suffit d’ouvrir grands les yeux sans sourciller et de se faire braquer une lumière dessus pour faire comprendre au public de quoi il retourne ! Et pour finir, on aura droit à un bain de sang très gore avec un liquide limite fluo qui nous donne une très bonne finition pour l’histoire. Bref, tous les éléments sont au rendez-vous et on a donc droit à une bonne production e la Hammer une fois de plus !

 les sévices de dracula (6)

Caractéristiques techniques et bonus :

Le combo DVD+BRD dans un fourreau en carton est très beau. Pour ce qui est du film, présent sur les deux galettes, on le retrouve avec une piste anglaise Dolby Digital 2.0 et une Française Dolby Digital 2.0 toutes les deux bien entendu en mono. La vidéo, quant à elle est au format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté 1.85, Format BD-25. Coté bonus, on retrouve Alain Schlockoff pour une présentation pleine d’anecdote et bien sur la bande annonce et galerie de photos.

 les sévices de dracula (4)

Verdict : Toujours un régal de revoir un film de la HAMMER, surtout dans cette qualité ! Incontournable pour les fans qui savent à quoi s’attendre, de même que pour les novices qui découvriront Les sévices de Dracula au meilleur de ce qu’il peut être ! Un grand merci à Éléphant Films pour nous en faire profiter, et attendons avec impatience la suite de cette collection qui risque d’être longue…. Et au final, une seule question peut encore se poser : à quand une restauration en 4K ? (lol)

les sévices de dracula (5)

les sévices de dracula (3)

Les sévices de Dracula
8
Plus d'articles
Hercule contre les vampires : le test blu-ray