Indigènes

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Drame et Guerre
Durée
128
Titre Original
Notre score
5

En 1943, alors que la France tente de se libérer de la domination nazie, le parcours de quatre « indigènes », soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique.
Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassin, réputés pour leur courage, sont envoyés en première ligne. Argent, amour pour la France ou pour l’armée française, foi en la liberté et l’égalité, leurs motivations divergent pour un même combat, libérer la France, les armes à la main.



 

 

 

L’avis de Fabien


Rachid Bouchareb exhume et met en lumière, de manière digne et nullement revancharde, une page occultée de l’histoire de France : 130 000 indigènes venus du Maghreb et d’Afrique noire ont combattu, souvent aux premières lignes, pour libérer l’Europe du joug nazi. Les survivants n’eurent droit en récompense de leurs faits d’armes héroïques que mépris, injustice et une retraite dérisoire. Le film a des vertus documentaires indéniables : il sensibilise les Français à un passé colonial peu connu voire ignoré.

Puissance du 7ème art :  Indigènes touche si profondément les consciences et les cœurs au point d’aboutir, le jour de sa sortie nationale le mercredi 27 septembre 2006 à la décision du  gouvernement Chirac, après un demi-siècle de promesses politiciennes, de revaloriser les pensions de 80 000 vétérans de ce qui fut l’Empire (ils touchent moins d’un tiers de ce que perçoivent les anciens combattants français).




indigenes_cap1



Œuvre de mémoire, pédagogique et utile, Indigènes est d’abord un beau film de guerre réaliste et poignant aux personnages attachants.

La caméra suit en Italie, en  Provence, le long de l’axe rhôdanien jusqu’en Alsace ces 4 soldats aux parcours et motivations différentes, encadrés par un ambigu sergent pied-noir joué par Bernard Blancan. Entre une première scène de bataille assez confuse, filmée avec beaucoup de plans larges, et un final très réussi, intense et tendu, dans une ferme alsacienne, rappelant de manière troublante le baroud d’honneur des soldats de Tom Hanks dans le magistral Saving Private Ryan, le récit aligne de nombreuses scènes plus intimes permettant de creuser la psychologie de personnages à la base assez stéréotypés, des situations parfois démonstratives où Bouchareb pointe les injustices faites à ces « indigènes »(différence de traitement pour les permissions, les repas, les pensions).

Les morceaux de bravoure politique et historique sont portés par le jeu sobre et fort de comédiens épatants, engagés corps et âmes dans un projet cinématographique ambitieux et courageux, justement  récompensé par un prix collectif d’interprétation masculine au 59ème festival de Cannes.


Un hommage émouvant à des hommes oubliés.

 

 

indigenes_cap3

 

 


Indigènes
5
Plus d'articles
Lucky Strike