Et soudain tout le monde me manque

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Comedie et Drame
Durée
98
Titre Original
Notre score
10
La famille, c’est compliqué…
Surtout quand Eli, le père, bientôt 60 ans, attend un enfant de sa nouvelle femme. À l’annonce de la nouvelle, ses deux grandes filles, Dom, qui cherche a adopter, et Justine, qui passe d’un petit ami à un autre sans trop d’état d’âme, sont ébranlées.
Pour se rapprocher de Justine avec qui il n’a jamais pu s’entendre, Eli a la bonne idée de se lier d’amitié avec tous ses ex… A son insu.
Mais lorsque Justine tombe de nouveau amoureuse et qu’Eli s’apprête à tout gâcher, la famille est sur le point d’imploser. Est-ce que tout ce petit monde va parvenir à se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard ?
 

Film présenté en avant-première française au cinéma Cézanne d’Aix en Provence le 29 mars 2011 en présence de la réalisatrice Jennifer Devoldere et de l’acteur Manu Payet

 

Film en avant-première pendant les 15 ème rencontres du cinéma de Gérardmer
 

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

 

Nouveau  film de la réalisatrice Jennifer Devoldere , après Jusqu’à toi en 2009 ou elle nous offrait une tranche de vie d’un groupe de personnes totalement différentes les unes des autres, elle s’attaque cette fois-ci aux problèmes relationnels dans les familles. Car ce qui est montré dans Et soudain, tout le monde me manque, c’est ce qui peut arriver à chacun d’entre nous ! En effet, il n’est pas rare de voir des différents familiaux, bien souvent causés par le fait de la non-communication entre adultes. Entre cet homme qui ne sait montrer ses sentiments à sa fille cadette qu’il adore plus que tout au monde et son statut de futur père soixantenaire, la vie n’est donc pas toujours facile ni toujours rose.

 

et-soudain-tout-le-monde-me-manque1

 

Pas évident d’exposer ce genre de problèmes, mais la réalisatrice a réussi tout de même, grâce à un casting sur mesure. Comme dans sa précédente réalisation, elle s’est empressée de demander à Mélanie Laurent (Inglorious Basterds, la rafle) de tenir une fois de plus le rôle principal. Cette dernière interprète donc la fille un peu paumé dans sa vie, ne sachant trop quoi attendre du lendemain et préférant vivre au jour le jour. Pour incarner son père, qui de mieux que Michel Blanc (La série des Bronzés)pouvait endosser le personnage. Déjanté, perturbé, mais avec un fond d’une extrême tendresse qu’il n’arrive pas à montrer à son entourage. Une interprétation tragi-comique sans faille.

 

D’autres acteurs viennent les entourer : Geraldine Nakache (Megamind, tout ce qui brille) et Manu Payet (RTT, tout ce qui brille) sont également au générique de ce film. Mais ne vous attendez pas à une comédie délirante, car même si ces acteurs nous font rire, ils arriveront aussi à nous tirer quelques larmes.

Et soudain tout le monde me manque
10
Plus d'articles
Sortilège : Test DVD