7h58 ce samedi-là

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Drame et Policier
Durée
118
Titre Original
Before the Devil Knows You Are Dead
Notre score
5
Ce samedi matin-là, dans la banlieue de New York, tout semble normal dans la vie des Hanson. Alors que Charles, le père, passe un test de conduite, sa femme Nanette ouvre la bijouterie familiale. Leur fils aîné, Andy, s’inquiète pour le contrôle fiscal qui débute lundi. Et comme d’habitude, Hank, son frère cadet, se noie dans ses problèmes d’argent.
Mais à 7h58, ce samedi-là, tout va basculer dans la vie des Hanson.
 

 

 

 
 
L’avis de Fabien

 
 
Histoire de famille, huis-clos étouffant, 7h58 ce samedi-là, avec ses thèmes chers au réalisateur de Un après-midi de chien et Family Business, rappelle quel grand artiste Sidney Lumet demeurera.

Le titre original Before the devil knows you’re dead fait référence au toast irlandais: « May you be in heaven half an hour… before the devil knows you’re dead » (Puisses-tu atteindre le paradis une demi-heure avant que le diable n’apprenne ta mort).

L’atout principal de ce film magistral est un scénario déstructuré qui multiplie les allers-retour narratif, temporalité bousculée par d’incessants changements de points de vue, matérialisés par les variations d’angle des caméras à partir d’une même scène.
 
La réalisation d’une remarquable précision met en valeur les acteurs de ce drame familial aux résonnances bibliques (rivalité d’Abel et Caïn). La tragédie en marche enferme ses protagonistes dont les âmes étouffent sous le poids de la fatalité dans une spirale de violence et de monstruosité implacables.
Dans cette puissante tragédie grecque se débat un Philip Seymour Hoffman grandiose dans l’expression de la panique et du désarroi d’un homme incapable d’arrêter la machine infernale qu’il a lui même enclenché sans en mesurer les conséquences funestes.
 

 
 

7h58photo1


 
 
Crime et châtiment sur un ton pessimiste et cynique qui constate, sans juger ses personnages qui rêvent tous d’une vie meilleure, l’individualisme et l’appât du gain au mépris des rapports familiaux et amoureux, 7h58 ce samedi-là est d’une noirceur totale et d’une force dramatique incroyable.
 
 

7h58 ce samedi-là
5
Plus d'articles
Phase IV : le test blu-ray