The Assassin

Réalisateur
Hou Hsiao-Hsien
Acteurs
Chang Chen, Satoshi Tsumabuki, et Shu Qi
Pays
Taïwan
Genre
Action
Durée
120 min
Titre Original
Nie yin niang
Notre score
5

Chine, IX siècle. Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil.  Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux. Véritable justicière, sa mission est d’éliminer les tyrans. A son retour, sa mère lui remet un morceau de jade, symbole du maintien de la paix entre la cour impériale et la province de Weibo, mais aussi de son mariage avorté avec son cousin Tian Ji’an. Fragilisé par les rebellions, l’Empereur  a tenté de reprendre le contrôle en s’organisant en régions militaires, mais les gouverneurs essayent désormais de les soustraire à son autorité. Devenu gouverneur de la province de Weibo, Tian Ji’an décide de le défier ouvertement. Alors que Nie Yinniang a pour mission de tuer son cousin, elle lui révèle son identité en lui abandonnant le morceau jade. Elle va devoir choisir : sacrifier l’homme qu’elle aime ou rompre pour toujours avec  « l’ordre des Assassins ».

Film présenté en compétition au 68ème Festival de Cannes

Avis de Fabien (chronique cannoise)

Pour The Assassin, un film d’arts martiaux situé dans la Chine du IXème siècle, le réalisateur Hou Hsiao-Hsien a retrouvé son actrice fétiche Shu Qi, vue dans Millennium Mambo (2001) ou Three times (2004). L’actrice y joue une tueuse chargée d’exécuter celui dont elle est éprise. Voilà le point de départ d’une histoire aux ramifications politiques assez complexes et aux personnages énigmatiques, un film d’arts martiaux aux combats faméliques et rares, contemplatif et zen. Au moyen de plans-séquences avec de longs plans fixes, Hou Hsiao-Hsien préfère se consacrer sur les états d’âme de ses personnages qu’à l’orchestration de combats virevoltants. theassassinphoto1Picturalement remarquable avec des plans composés comme des tableaux, The Assassin risque de dérouter les amateurs de ce genre de film par son rythme très lent où le déploiement d’une intrigue de cour et de coeur prime sur l’action, limitée à quelques fulgurances visuelles.

MAJ : The assassin a remporté le Prix de la mise en scène au 68ème festival de Cannes

The Assassin
5
Plus d'articles
Halloween 4 : Le Retour De Michael Myers / Test Blu-Ray