Red Hill

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Policier, Thriller, et Western
Durée
95
Titre Original
Red Hill
Notre score
5
Lorsque le jeune officier de police Shane Cooper vient s’installer dans la petite ville de province de Red Hill, avec son épouse enceinte, il pense y trouver la tranquillité pour y fonder une famille. Mais l’annonce de l’évasion de prison d’un repris de justice sème un véritable vent de panique au sein des forces de l’ordre locales et le premier jour de Shane Cooper tourne vite au cauchemar.


 


L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

Sélectionné dans de nombreux festivals, Red Hill nous entraine dans les fins fonds de l’Australie. Il se situe à mi-chemin entre le western, le polar et le film de bête. Effectivement, on a droit à une créature qui attaque et dévore le bétail en entrée de jeu, pour ensuite se tourner vers un genre totalement diffèrent. Original non ? Passées ces trois minutes qui se trouvent hors sujet, on se retrouve donc dans une petite ville dont les habitants vivent presque comme au temps des cow-boys. D’ailleurs, ces habitants ne sont pas très nombreux dans la ville…. manque de budget certainement.





Il n’en reste pas moins que le coté polar tient toutes ses promesses. Intrigues bien ficelée, personnages ayant tous leurs propres secrets, tout est là pour nous tenir en haleine pendant toute la durée du film. Les acteurs sont convaincants et l’on ne peut s’empêcher de penser à Kyle McLachlan dans la célèbre série Twin Peaks en suivant le jeune officier qui débarque dans la brousse. D’ailleurs, c’est assez bizarre, il porte le même nom… coïncidence ou hommage ? L’acteur n’est autre que Ryan Kwanten que l’on a déjà pu voir dans True Blood, série dans laquelle il interprète Jason Stackhouse, un des personnages principaux. Cette fois-ci, il joue le rôle du bon flic intègre, futur père de famille consciencieux.




Le chef de la police locale apparait sous les traits de Steve Bisley, remarqué dès 1979 en étant l’ami de Mel Gibson dans le film Mad Max. Il est ici à l’apothéose de sa carrière et son interprétation est sans faille. Et pour finir,  Tom Lewis qui est l’un des (trop) rares acteurs aborigènes joue le rôle du tueur évadé et sanguinaire. Voici donc un casting à la hauteur pour ce film qui, sans être un chef d’œuvre, s’en tire très honorablement avec le peu de moyens mis à sa disposition. On passe donc un excellent moment grâce à tout cela. Si tous les réalisateurs utilisaient aussi bien les moyens qu’on leur donne, on aurait droit à plus de bons films du même acabit !



 

Coté bonus, comme d’habitude, une bande annonce, des scènes coupées et surtout un excellent making of d’une dizaine de minutes viennent renforcer cette édition CTV International nous faire profiter d’une version absolument complète.



 

Fiche technique :

SPÉCIFICITÉS TECHNIQUES DVD

DVD 9 / Zone 2 / PAL / Format film : 2.40 (16/9 compatible 4/3) / Couleur

Langues : Anglais et Français / VF en 5.1 DD / VO sous-titrée français en 5.1 DD et DTS

Durée du film : 1h35



 

SPÉCIFICITÉS TECHNIQUES BLU-RAY

BRD / Format film : 16/9 – 2.35 / HD : 1920x1080i

Version audio : Version française 5.1 DTS-HD

Version originale sous-titrée 5.1 DTS-HD Master Audio

Durée du film : 1h35



 

Bonus :

– Scènes coupés

– Making of

– Bande annonce


Red Hill
5
Plus d'articles
Moscou Ne Croit Pas Aux Larmes : Test Blu-ray