My movie project

Réalisateur
Elizabeth Banks, Griffin Dunne, James Gunn, Peter Farrelly, et Steven Brill
Acteurs
Anna Faris, Dennis Quaid, Elizabeth Banks, Gerard Butler, Halle Berry, Hugh Jackman, et Leslie Bibb
Pays
USA
Genre
Comedie
Durée
90 min
Titre Original
Movie 43
Notre score
2

Un célèbre acteur d’Hollywood approche un grand studio de cinéma avec une idée de scénario qui, selon lui, a le potentiel de devenir le film le plus rentable au monde. Peter et Bobby Farrelly  ont décidé de s’atteler à une comédie dingue et bluffante réunissant le plus gros casting jamais rassemblé à ce jour…

L’avis de Manu Yvernault :

Ouch ! Sur le papier, tout ceci semblait, ou du moins, pouvait être prometteur. Posons le décor. Film tourné sur plusieurs mois, acteurs qui n’avaient apparemment pas connaissance de l’intégralité du scénario, au point que certains aient renié le film après son montage final.

À partir de là on mettait de grandes parenthèses quant à la réussite de l’entreprise.

Nous étions loin du résultat final. Film défiant (voire déviant dans sa catégorie) tous ses prédécesseurs sous l’ombre de la vulgarité. À la limite du « pourquoi pas ? on sait pourquoi nous sommes venus » My movie project place et franchit haut la main la barre de l’humour trash régressif. Tout n’est qu’histoire de « pipi/caca ». Dans la catégorie absurde pour ado, ici on frappe à la porte jeunes décérébrés, voire, on prend probablement le public de ce genre de films pour de cordiales vaches à lait venues rembourser un film à sketchs.

my movie project 02

Alors dans le lot, certes, une ou deux réalisations peuvent se regarder honorablement avec les neurones branchés en mode absurde mais le reste ne décolle jamais des abysses de la purge cinématographique. La faute à un trop plein de tout et n’importe quoi dans une vulgarité assumée mais mal menée. Aucun effort dans l’écriture de la plupart des sketchs (les longueurs sont légion) et la réalisation dans sa majorité frôle l’amateurisme.

En gros, un vrai doigt d’honneur au spectateur qui une fois assis devant son écran se dit que même lui, proche de sa 14ème année, et encore, aurait fait un chef d’œuvre devant tant d’âneries et de paresse. Quand on s’inscrit dans genre, un style de cinéma, on doit au moins avoir le bon goût de le respecter. Ici cela défèque généreusement sur les pare-brises de voitures au lieu de le faire ouvertement sur le siège du spectateur. « Interdit au moins de 12 ans » ? et encore.

My movie project
2
Plus d'articles
Le Vent Nous Emportera : Test Blu-Ray