L’Homme araignée

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Fantastique
Durée
94
Titre Original
The Amazing Spider-man
Notre score
5

Un étudiant en sciences naturelles se fait piquer par une araignée radioactive. Il est investi du pouvoir des araignées qu’il met au service du bien.



 

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

 

Spiderman, créé par Stan Lee en même temps que de nombreux autres super-héros d’après-guerre, n’a pas attendu que Sam Raimi arrive pour en faire une adaptation cinématographique ! En 1977, le réalisateur E.W. Swackhamer (Arabesque, New-York district) nous offrait sa vision du personnage. Certes, à cette époque, les effets spéciaux n’étaient pas aussi aboutis que maintenant mais, avec un peu d’ingéniosité, ils nous prouvent que l’on était capable de faire un film qui tienne la route.

 

Et pour camper le personnage de Peter Parker, il a choisi Nicholas Hammond (Chroniques martiennes, Crocodile Dundee 3).  Les années 70 nous donnent donc un film très kitsch, dans lequel le photographe du Daily Buggle  se promène en pantalon pattes d’éléphants…  Et en parlant du journal, tout le monde se souvient de J.J.Jameson, le patron irascible voulant toujours voir l’homme araignée se faire arrêter et harcelant le pauvre Peter pour avoir de bonnes photos.  Et bien il est présent dans l’histoire, mais il manque tout de même la belle Mary-Jane qui devrait faire tourner la tête de notre super-héros et surtout un super vilain comme le Bouffon vert… pas évident de faire apparaitre tous ces personnages mais même malgré leurs absences le film s’en tire avec les honneurs.

 

Côté scénario, ce sera donc un scientifique qui arrive à contrôler les gens à distance à l’aide de puces électroniques (les débuts de l’informatique comme arme…). On verra aussi la « naissance » de l’araignée. Quand le petit insecte passe dans l’expérience radioactive et pique Peter, lui octroyant 10 minutes plus tard ses superpouvoirs ! Et là, on se régale à le regarder marcher sur les murs, montant et descendant sans cesse, chose exceptionnelle à l’époque. Et le point le plus intéressant par rapport aux adaptations suivantes, c’est le lanceur de toile qu’il se fabrique, comme dans la bande dessinée originale (et non pas un atout naturel comme l’a voulu Sam Raimi).

 

Bref, un film à voir au moins une fois dans sa vie, à condition de trouver cette rare VHS, aucune version DVD n’ayant vu le jour jusqu’à présent….




L’Homme araignée
5
Plus d'articles
Halloween 4 : Le Retour De Michael Myers / Test Blu-Ray