Les inconnus dans la ville

Réalisateur
Richard Fleischer
Acteurs
Ernest Borgnine, J. Carrol Naish, Lee Marvin, Richard Egan, Stephen McNally, Victor Mature, et Virginia Leith
Pays
USA
Genre
Policier
Durée
91 min
Titre Original
Violent saturday
Notre score
9

Trois gangsters arrivent à Bradenville, une petite ville de l’Arizona, pour y commettre un hold-up. Tout en se mêlant à la population, ils organisent et préparent leur coup, découvrant malgré eux les secrets et les péchés bien gardés de certains habitants au-dessus de tout soupçon…

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

On le sait maintenant Richard Fleischer était doué pour nous offrir des polars « noirs » hauts en couleurs (méditez la dessus ;)). Dans Les inconnus dans la ville, il nous prouve une fois de plus que son talent n’est plus à démontrer. Basé sur un scénario assez simpliste, il nous entraine dans un braquage de banque qui pourrait avoir lieu n’importe où et n’importe quand. Pour ce faire, il va prendre des têtes d’affiches incroyables : Victor Mature, l’inoubliable Samson dans le chef d’œuvre de Cécil B. De Mille, Samson et Dalila, qui incarne ici un chef de travaux qui va se retrouver mêlé à ce hold-up bien malgré lui. Il va essayer de contrecarrer les plans des malfrats et pour ce faire, il sera aidé par Ernest Borgnine dans le rôle d’un amish pacifiste comme le veut sa religion mais qui va donc se voir confronté au « Mal » et devra faire un choix cornélien. Dans le gang des braqueurs, je voudrais l’excellent Lee Marvin, toujours aussi bon en truand comme il savait si bien le faire. Autour de lui, les deux autres « méchants » sont interprétés par Stephen McNally (Duel sans merci) et J. Carrol Naish (Les trois lanciers du Bengale). Un trio efficace qui va donc venir perturber les habitudes d’une petite ville, en profitant au passage pour nous révéler les véritables personnalités des habitants, parfois loin de tout soupçon…

les inconnus dans la ville 01

Bon, le scénario en est ainsi et même si tout tourne autour de cette attaque de banque, le point principal est d’étudier la personnalité de chacun. Entre une vieille qui n’a pas les moyens de rembourser ses dettes (interprétée par Dorothy Phillips, idole des débuts du cinéma des années 1910 à 1920 principalement), une femme qui trompe son mari, celui-ci qui veut tromper sa femme, un directeur de banque qui y songe aussi….. comme vous pouvez le voir, monsieur Tout-Le-Monde n’est pas toujours aussi clean qu’il y paraît.  Une analyse psychologique d’une petite ville au travers un simple fait divers…. Original comme façon de traiter ce sujet, qui, s’il n’avait pas été tourné comme un film policier, serait certainement passé inaperçu et n’aurait pas eu le succès escompté. Un excellent angle d’approche pour ce polar.

 les inconnus dans la ville 03

Caractéristiques techniques et bonus :

Une fois de plus, CARLOTTA nous propose un film dans une version impeccablement restaurée en 1080. L’audio est disponible en anglais en DTS-HD 4.0 et 2.0, tandis que la piste française ne se contente que d’une version mono, mais elle aussi en DTS-HD. L’édition est extrêmement complète avec une interview de 21 minutes de William Friedkin (l’exorciste). Ce dernier nous dit tout ce qu’il pense de ce film qui est pour lui le meilleur film du genre ! Autre documentaire présent, Mélodrame Policier, dans lequel le réalisateur Nicolas Saada nous livre une version personnelle du film. Tous ces bonus sont en HD pour une édition parfaite à un tout petit prix.

les inconnus dans la ville 02

Les inconnus dans la ville
9
Plus d'articles
Liberté : Test DVD