La Prochaine fois je viserai le coeur

Réalisateur
Cédric Anger
Acteurs
Ana Girardot, Guillaume Canet, et Jean-Yves Berteloot
Pays
France
Genre
Drame et Policier
Durée
101 min
Titre Original
Notre score
4

Pendant plusieurs mois, entre 1978 et 1979, les habitants de l’Oise se retrouvent plongés dans l’angoisse et la terreur : un maniaque sévit prenant pour cibles des jeunes femmes.
Après avoir tenté d’en renverser plusieurs au volant de sa voiture, il finit par blesser et tuer des auto-stoppeuses choisies au hasard. L’homme est partout et nulle part, échappant aux pièges des enquêteurs et aux barrages. Il en réchappe d’autant plus facilement qu’il est en réalité un jeune et timide gendarme qui mène une vie banale et sans histoires au sein de sa brigade. Gendarme modèle, il est chargé d’enquêter sur ses propres crimes jusqu’à ce que les cartes de son périple meurtrier lui échappent.

Avis de Manuel :

Difficile de voir autre chose qu’un film qui tente d’attirer le spectateur dans les ornements d’un thriller à l’esthétique marquée et poisseuse certes  mais totalement dénué d’originalité dans sa mise en abîme.  Il est à parier que l’angle d’attaque «faits réels» finira de convaincre une bonne partie des spectateurs venus voir en format grand large un « Faites entrer l’accusé ».

Non coupable il est vrai mais malgré des circonstances atténuantes il est bien difficile de trouver une once d’originalité à la base de cette histoire qui mise tout sur Guillaume Canet, assez crédible, c’est rare et qui ne fait cependant qu’errer dans un univers glauque (quitte à tomber dans l’exagération et certains clichés). Passé le contexte, le film en lui même est acceptable et fait preuve d’un travail consciencieux ou comment suivre, en surface uniquement, une enquête aux côtés d’un psychopathe. C’est déjà ça.

La Prochaine fois je viserai le coeur
4
Plus d'articles
1917 : le test blu-ray