La bête immonde

Réalisateur
Jann Halexander
Acteurs
Ariane, Jann Halexander, et Maïk Darah
Pays
France
Genre
Fantastique
Durée
45 min
Titre Original
La bête immonde
Notre score
8

 Hector Da Silva est retrouvé mort aux abords de la Forêt des Charniers, près de la ville de Maggelburg. Sa sœur Ariane  enquête sur son décès, avec le soutien de Severia Bourgeois, auteure d’un livre consacré aux meurtres et disparitions qui se sont produits dans ce lieu à la sinistre réputation.

 

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

Voici une œuvre originale de Jann Halexander. Le réalisateur nous propose donc cette fois-ci un film fantastique. Ou plutôt sur fond de fantastique, car il s’agit plutôt d’une histoire qui va nous entrainer dans une véritable réflexion sur le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie. Véritable pamphlet sur les relations humaines, on a droit en plus à une réalisation très poétique. Digne d’un film de Jean Rollin (à la mémoire duquel il est d’ailleurs dédié). Original de placer le contexte dans un pays imaginaire, près d’une ville imaginaire. Maggelburg est très bien pensé comme nom « européen » sans trop de consonance faisant penser à un pays en particulier. Le nom de la forêt dans laquelle (presque) tout se passe est justement trouvé également : la forêt des charniers! Il fallait oser.

la_bete_immonde_02

Les acteurs sont convaincants, ce qui n’était pas gagné avec les longues tirades auxquelles on a droit par moment. On notera l’apparition à l’écran de Maïk Darah, connue pour son doublage français de l’actrice américaine Woopi Goldberg. On comprend finalement que, même avec un petit budget, on arrive à faire un bon film d’auteur et à placer le message que l’on veut faire passer. Jann Halexander nous offre donc sa vision de la société et de ce qu’il ressort de plus mauvais de l’Homme. Une véritable réflexion à se faire…. Dommage que trop peu de réalisateur ne se soient donner à cet exercice de style comme aimait le faire notre ami Jean Rollin à son époque, sans s’occuper du regard des néophytes et ne cherchant qu’à faire plaisir à son propre public….

la_bete_immonde_01

La durée de ce film est bien dosée, quarante-cinq minutes. Ni trop long (ce qui aurait tout gâché) ni trop court pour traiter ce genre de sujet. Alors si vous êtes un rolliniste curieux, ce moyen-métrage est fait pour vous. En plus, il est disponible à un tout petit prix, ce qui rend son accessibilité encore plus facile. Pour le commander, rendez-vous vite sur le blog du film : La bête immonde ! Vous y apprendrez pas mal d’autres choses sur le réalisateur et ses œuvres.

La bête immonde
8
Plus d'articles
Point limite : le test blu-ray