En secret

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Drame
Durée
105
Titre Original
Circumstance
Notre score
5

Atafeh et sa meilleure amie Shirin fréquentent les soirées branchées du Téhéran underground. Elles essayent de profiter au mieux de leur jeunesse quand Mehran, le frère et complice d’Atafeh, devient membre de la police des mœurs. Alors qu’il désapprouve sévèrement leur besoin de liberté, Mehran tombe amoureux de Shirin. Ses sentiments vont vite tourner à l’obsession et mettre à l’épreuve l’amitié des jeunes filles.




 

 

Avis de Manuel Yvernault :


Fruit de la « culture » Sundance, dont le scénario a été développé grâce au festival, En secret est le premier long-métrage de Maryam Keshavarz. La réalisatrice a grandi aux Etats-Unis. Par ses origines iraniennes le film est baigné d’une thématique récurrente, l’interdit et la sexualité. Sans pour autant passer à côté de son sujet le film se veut faible et trop poncif pour séduire sur la longueur.


ensecret_cap1

 

 

Tout en mettant en avant la critique du régime iranien, la réalisatrice prend le parti pris, presque caricatural, de montrer cette jeunesse dans les plus extrêmes situations que condamne l’Iran. La mise en scène peu réaliste donne au film une épaisseur assez disgracieuse. Certaines séquences simplement esthétisantes ne font que souligner cela et résonnent comme un effet de non-sens d’unité que la réalisatrice souhaite donner. De plus, le film tourné au Liban, pour plus de facilité, perd un peu d’authenticité, d’instants pris sur le vif, d’aura véridique et essentiel qui aurait permis à la mise en scène d’être plus viscérale et moins plate. Les rares envolées visuelles sont faites de mouvements surréalistes, posés çà et là. Des vues subjectives de caméras viennent parsemer l’ensemble mais n’est pas Atom Egoyan qui veut, ici cela ne fait pas sens ou si peu. Malgré la sincérité de la réalisatrice, on sent un espace visuel brouillon et sans réelle structure, Maryam Keshavarz s’intéressant plus au traitement de ses personnages qu’à sa mise en scène.


Les comédiennes restent donc l’intérêt le plus probant de En secret. Elles portent avec force les intentions de la réalisatrice. Il leur manque simplement cet instinct de jeu qui peut donner une tout autre saveur et une crédibilité à leur personnage qui semblait pourtant vecteur d’une dénonciation, bien plus subtile que ce que la réalisatrice se décide à montrer.


ensecret_cap2

 

Sans être complètement hors sujet En secret ne livre qu’en demi mesure ce qu’un certain cinéma du monde nous offre avec talent ces dernières années. Trop facilement esthétique, la mise en scène brouillonne et une direction d’acteur en demi-teinte ne permettent pas au film de s’élever au rang des films du même genre. Dommage, l’intention sous-jacente est là.



En secret
5
Plus d'articles
Phase IV : le test blu-ray