Batman v Superman : L’Aube de la Justice

Réalisateur
Zack Snyder
Acteurs
Ben Affleck, Henry Cavill, et Jesse Eisenberg
Pays
USA
Genre
Action et Fantastique
Durée
153 min
Titre Original
Batman v Superman: Dawn Of Justice
Notre score
7

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

Avis de Manu

Attendu comme le blockbuster post hivernal Batman v Superman : L’Aube de la Justice surprend plus qu’il ne déçoit. La guerre des masses a bien lieu mais au-delà de l’écran, là où DC Comics tente de damer le pion à Marvel (Disney).

Effectivement les poids lourds sont sur le ring après une longue attente pour les fans, et le constat fragile du film qui reste finalement dans les cordes.

Question dualité, le film est plutôt réussi dans sa proposition. Approche psychologique, voire philosophique des personnages, manichéisme presque primaire mais loin de la descente Marvel qui de film en film s’enfonce dans une fête foraine pour petits et grands…non en fait. Pour petits uniquement.

Alors Batman v Superman : L’Aube de la Justice n’est pas spécialement destiné aux adultes, loin de là, mais la noirceur du texte et (léger) sous-texte en font assurément un objet à regarder d’un peu plus près. Eloigné de l’attente suscitée et pris comme ce qu’il doit être, le film est plutôt d’une bonne tenue, du moins pendant un peu moins de deux heures.

Mais la plus grosse surprise vient de ce virage soudain, de la mise en scène et surtout du scénario une demi-heure avant le clap de fin. Tout s’écroule sous nos pieds, à commencer par les dialogues, le jeu des comédiens et une mise en scène purement apocalyptique, sans autres enjeux qu’une pyrotechnie visuelle, qu’une démonstration de destruction massive sur le ring de plus beau spectacle de divertissement et difficilement lisible quand on cherche d’autres accords que ce que propose Marvel. Les deux mythes s’effondrent en même temps, au même instant; d’une note majeure, on passe à leur accord en mode mineur.

BATMAN v SUPERMAN

Là où la confrontation des deux héros prenait tous son sens dans une introduction reflet post 11 septembre, leur union semble tomber de nulle part et postée à la va vite. Le film ne passe pas de pile à face mais prend un sacré virage, comme amputé temporellement et se dessine alors uniquement comme une vitrine pour préparer les diverses franchises DC Comics dans les années à venir. Le spectateur pris en embuscade n’est que l’otage d’un déferlement visuel, certes brillant, mais sans aucun sous-texte, contrairement à ce qu’on lui promettait pendant deux heures. Entre un final guignolesque et les arabesques d’un scénario qui se devait plus d’exigences (personnage de Lois Lane sacrifié, apparition de Wonder Woman comme un cheveu sur la soupe, raccourcis psychologiques parfois ridicules…), Batman v Superman : L’Aube de la Justice semble louper sa cible tant la matière première vidée de sa substance passe à côté d’un grand blockbuster.

Le film de Zack Snyder n’est pas honteux, ni même totalement raté. Il est simplement en dessous des attentes et des ambitions premières. Hormis un combat final sans intérêt, Zack Snyder fait preuve d’une maestria visuelle très intéressante avec de nombreuses idées mais un scénario confus et réduit à sa plus simple expression dans la facilité de ses retournements ne rend pas hommage aux deux icônes de la franchise DC Comics. Belle mais longue intro à ce que la franchise devrait mettre en scène les prochaines années, du spectacle plus que du cinéma.

Batman v Superman : L’Aube de la Justice
7
Plus d'articles
Invisible Man : test blu-ray