Paris Games Week 2014 : notre bilan !

Rendez-vous francilien de tous les passionnés du jeu vidéo, la Paris Games Week s’est déroulée du 29 octobre au 2 novembre à la Porte de Versailles, à Paris. L’occasion pour les développeurs et les éditeurs de venir présenter leurs dernières oeuvres, dont certaines ne seront pas disponibles avant plusieurs mois ! Le jeu vidéo ayant montré sa parenté avec le cinéma depuis bien longtemps, Cinealliance ne pouvait pas manquer ce rendez-vous ! Voici notre bilan.

La première chose à savoir pour les visiteurs concernant la Paris Games Week, c’est qu’il y a du monde. Beaucoup de monde. Peut-être même trop de monde. Au point que Disneyland ressemblerait presque à une douce promenade champêtre en comparaison. Ainsi, si vous ne connaissez pas l’événement et prévoyez de vous y rendre l’an prochain, prévoyez une arrivée aux aurores et un départ tardif si vous espérez tester un maximum de jeux. Et n’oubliez pas le casse-croûte, toute sortie du salon étant définitive et les marchands présents pratiquant des tarifs assez prohibitifs (10€ le kebab/frites/boisson, par exemple). De même, entre les projecteurs, les PC et consoles et la foule de petits et grands enfants surexcités, la chaleur ambiante atteint très vite des sommets, donc bouteille d’eau obligatoire et tenue légère sous le manteau vivement conseillée ! Ces petites précisions pour les néophytes effectuées, entrons dans le vif du sujet !

BattlefieldHardline1

Il faut tout d’abord saluer l’ensemble des organisateurs et des éditeurs pour avoir su proposer cette année une richesse de contenu assez étonnante. C’est bien simple, entre jeux next-gen et current-gen, jeux déjà sortis et jeux à venir, jeux pour gamers et jeux pour casuals, sans oublier les nombreux stands dédiés aux plus jeunes, il y en avait littéralement pour tous les goûts. A dire vrai, on avait pas vu une telle richesse depuis l’édition 2012, l’année suivante ayant souffert d’un démarrage un peu lent des consoles next-gen. Oubliez donc ce souvenir tant cette année, on ne savait pas où donner de la tête ! A commencer par le stand Sony qui a su optimiser son espace pour proposer un line-up tout bonnement impressionnant. Jugez plutôt : The Order 1886, Bloodborne, FIFA 15, Destiny, Battlefield Hardline,NBA 2K15, et une bonne douzaine d’autres qu’il serait trop long de citer ! Notre seul regret sera de ne pas avoir pu poser nos mains sur les deux premiers de cette liste pour cause de stand bondé, mais au vu des retours des joueurs, l’expérience était mémorable. On attend donc leur sortie avec d’autant plus d’impatience ! Pour Battlefield Hardline, on se consolera avec les heures passées sur la bêta l’été dernier, dont vous pouvez retrouver ici notre compte-rendu.

Si le stand Sony était quasiment inaccessible, le stand Ubisoft était mieux organisé et c’est sans mal que nous avons pu nous essayer aux trois titres aux accents cinématographiques que l’on espérait ne pas rater. Tout d’abord, Assassin’s Creed Rogue, le temps d’une séance de jeu mêlant bataille navale et mission terrestre, a confirmé les espoirs que nous placions en lui ! Certes, nous attendrons d’avoir le jeu intégral sous la main pour donner un avis définitif, mais en l’état, c’est indéniable : Assassin’s Creed Rogue s’annonce comme un vrai best-of de la saga assorti du plaisir de passer enfin du côté obscur ! Pour rester dans la même licence, nous avons également pu enfin poser nos mains sur Assassin’s Creed Unity le temps d’une mission aux abords et au sein de Notre-Dame. L’occasion de constater la qualité de la reconstitution du célèbre monument et de ses environs, littéralement à tomber par terre. De même, on aura apprécié la fluidité du gameplay, le héros Arno pouvant sauter d’un toit jusqu’à l’intérieur d’un appartement avant de ressortir par la fenêtre opposée avec une agilité impressionnante et un moteur de jeu rarement pris à défaut. On regrettera juste quelques bugs qui subsistent encore ici ou là, notamment dans les phases d’escalade et les interactions, mais nul doute que cela devrait être vite réglé. Enfin, nous avons pu poser une nouvelle fois nos mains sur Far Cry 4 dans une phase dédiée à l’attaque d’un avant-poste adverse. Si le jeu est toujours aussi somptueux visuellement (votre serviteur le trouvait même plus joli que AC Unity), cette session a surtout été l’occasion de tester la diversité des approches possibles. En furtivité ou en fonçant dans le tas, à l’arbalète silencieuse ou en déchainant une pluie de mortier, le jeu continue de nous étonner par sa diversité ! Et pourtant, malgré nos quelques heures de test et cette session, nous n’avons toujours pas le sentiment d’avoir pu approcher ne serait-ce qu’un dixième des possibilités évoquées dans les multiples bandes-annonces ! A ce stade, on imagine difficilement le jeu réussir à nous décevoir, si bien qu’on peut déjà sans mal s’avancer sur un point : Far Cry 4 sera l’une des meilleures expériences de cette fin d’année !

La suite de notre passage à la PGW nous a mené vers le stand Microsoft, où nous avons pu voir tourner Sunset Overdrive, exclusivité Xbox One méchamment déjantée et très sympathique bien que ne nous ayant pas fait l’effet d’un incontournable. De même, nous avons pu observer une session de Evolve qui continue de nous intriguer, mais au vu des retours dithyrambiques des joueurs, nul doute que la sauce prendra sans mal une fois le clavier en main. Dans un registre plus « indé », nous avons pu approcher Ori and the Blind Forest. Visuellement sublime, le jeu nous a également étonné par ses mécaniques RPG incluant un arbre des compétences. Un aspect que nous ne nous attendions par à retrouver dans ce jeu, que nous pensions être un « simple » jeu de plates-formes au vu de ses premières vidéos, mais qui ne fait que redoubler notre attente pour ce titre qui était l’un de nos coups de cœur du dernier E3. Un véritable dessin animé interactif !

MotorcycleClub_6

Le reste du salon aura été un peu plus avare en titres orientés cinéma, mais nous aurons tout de même pu approcher Dead Island 2, qui s’annonce aussi déjanté que son prédécesseur (mention aux animateurs/zombies qui gardaient l’entrée du stand !). Le très attendu The Witcher 3 était bien présent, mais uniquement par le biais de vidéos. Dommage, mais logique vu le soin du studio CD Projekt à ne présenter qu’un jeu à la hauteur de ses ambitions. Pour les fans de Dark Souls 2, Lords of the Fallen était également présent et entendait bien concurrencer la célèbre licence. Toutefois, si le jeu a des qualités indéniables à commencer par un univers soigné, il souffre dans cette version d’un manque de finition qui risque d’en rebuter plus d’un. Dans un autre registre, nous avons pu poser nos yeux et nos mains sur Project Cars. Un jeu de voiture qui était ici présenté dans une version Oculus Rift. Si le jeu en lui-même reste réservé aux fans de simulation, on sera ressorti un peu déçu de notre expérience avec le casque de réalité virtuelle. Peu agréable à porter (des éléments nous comprimaient les yeux) et doté d’une qualité d’image en deçà des attentes, son utilité est en outre très limitée dans le cadre d’un jeu de courses. En effet, pouvoir regarder à droite ou à gauche en tournant la tête est immersif et amusant au début, mais pas de quoi imposer l’acte d’achat. A titre de comparaison, on garde un bien meilleur souvenir de notre expérience du casque sur un jeu de combat d’avions, où les sensations étaient tout autres. Enfin, un petit mot sur Motorcycle Club, « petit » jeu de moto qui mérite le détour, et dont le stand proposait une version jouable assis sur une vraie moto. Grisant !

On achève ce tour du salon par un crochet sur le stand Nintendo pour Bayonneta 2, juste impressionnant, avant de se diriger vers le stand des développeurs français. Un stand malheureusement négligé par le commun des visiteurs, mais qui réservait tout de même son lot de petites pépites. A commencer par Styx : Master of Shadow, un jeu d’infiltration à l’ancienne nous plaçant dans la peau d’un voleur gobelin dans un univers d’héroic fantasy véritablement à tomber par terre ! Et rangement très discret en termes de promotion alors qu’il est disponible depuis quelques semaines, ce jeu mérite assurément le détour tant on y ressent un réel soin dans le gameplay et le level design, l’un et l’autre proposant de nombreuses possibilités d’approche sans pour autant céder à la facilité. Un vrai bonheur doublé d’une esthétique rappelant le génial Dishonored, le tableau étant néanmoins entaché par des cinématiques un peu moyennes, mais c’est vraiment pour pinailler. Dans un autre registre, les fans de MOBA (League of Legends) trustaient sans partage le stand de Games of Glory. Une affluence qui confirme le potentiel de ce jeu à l’esthétique léchée. En outre, notre discussion avec le game designer du jeu nous aura permis d’apprendre que le jeu disposera de nombreux ajouts supplémentaires par rapport à la version présentée et laissant augurer d’un titre aux petits oignons. Enfin, impossible de ne pas parler de Blue Estate, un rail-shooter original et dont l’univers totalement déjanté, teinté de l’influence de films à la Tarantino, mérite à lui seul le détour !

Au final, et malgré une affluence record – 272 000 visiteurs ! – qui nous aura empêché de toucher à tous les jeux (mention aux joueurs faisant trois/quatre heures de queue pour Call of Duty Advanced Warfare… à moins d’une semaine de la sortie du jeu ! Allez comprendre), cette édition de la Paris Games Week aura été un excellent cru. A la fois riche et variée, faisant autant la part belle aux gros titres AAA qu’aux créations des petits studios, la liste des jeux proposées avait de quoi imposer le respect à tous les niveaux. En outre, l’événement confirme qu’après un an d’attente, la next-gen a enfin entamé son rythme de croisière. On attend désormais la prochaine édition de la PGW avec impatience, peut-être même avec Uncharted 4 au programme ! En espérant paradoxalement un peu moins de monde puisque, à l’image des meilleurs parcs d’attraction, approcher l’ensemble des jeux souhaités relève réellement du parcours du combattant. Mais bon, c’est la marque des grands salons !

Plus d'articles
Playstation 5 : nouvel événement en direct ce soir à 22h !