Werewolf

Réalisateur
Louis Morneau
Acteurs
Ed Quinn, Guy Wilson, Nia Peeples, Stephen Rea, et Steven Bauer
Pays
USA
Genre
Fantastique et Horreur
Durée
93 min
Titre Original
Werewolf, the beast among us
Notre score
5

Un soir de pleine lune, dans un petit village, une monstrueuse créature terrorise les habitants qui se transforment également à son contact. Dès lors, un groupe de chasseurs, dont Daniel, un apprenti médecin, se forme pour mettre fin aux actions de l’animal.

L’avis de Yanick « Wolverine » Ruf :

Apres nous avoir donné le très bon Bats, la nuit des chauves-souris et le très mauvais Carnosaur, Jean Louis Morneau revient nous proposer un film de bêbête ! Cette fois-ci, il s’attaque au mythe du loup-garou, maintes fois revu et revisité, de manières et qualités tellement différentes dans le milieu du cinéma. Quel gâchis d’avoir voulu mélanger une fois de plus des bestioles numériques avec de très bons maquillages ! Si le travail est vraiment propre sur ces derniers (parties de corps réalistes, morsures très belles,…) il n’en reste pas moins que la créature numérique est complétement « pourrie ». Proportions non réalistes et variants d’une scène à l’autre, animations trop « fausses », déplacement insensés, … bref, tout un ensemble qui rend cela complétement non-crédible. Et je passe sur les balles qui, à l’époque (rappelons que le film se passe dans un genre de moyen-âge) étaient constituées d’une simple bout de métal et qui dans ce cas font exploser complétement les têtes !!!!!

werewolf_01

Dommage, l’histoire est intéressante, avec une intrigue qui tient jusqu’à la fin (sauf pour la partie pseudo-vampirique qui ne tient pas la route et qui arrive dans l’histoire d’on ne sait où…). L’intérêt est dû en partie (seulement) au jeu des acteurs. Si certains sont convaincants, dans l’ensemble, le tout est totalement surjoué. Avec des passages de drague complétement absurdes qui renforcent encore plus les côtés négatifs du film. Le couple de jeunes ados qui se fait « allumer » par les adultes pour les rendre jaloux (volontairement ou pas, on ne le comprendra jamais…). Bref, on passe malheureusement à coté de quelque chose de bien, mais on comprend très vite pourquoi il s’agit d’un direct-to-vidéo. Un film que même les amateurs de loup-garou auront vite fait de renier….. Dommage, on n’a pas souvent l’occasion de voir un bon film de lycanthrope et malheureusement  ça continue….

werewolf_03

 

werewolf_02

Werewolf
5
Plus d'articles
1917 : le test blu-ray