Uncharted The Nathan Drake Collection : nos impressions !

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Durée
Titre Original
Notre score
8

Débarqué cette semaine dans les bacs, Uncharted The Nathan Drake Collection regroupe les trois opus PS3 des aventures de Nathan Drake dans une version remasterisée exprès pour la PS4. Alors, toujours aussi culte ?

Pour les néophytes, un petit rappel s’impose. Débutée sur PS3 avec le volet Drake’s Fortune, la saga Uncharted nous permet de suivre (ou diriger, question de point de vue) les aventures de Nathan Drake, aventurier/chasseur de trésors issu du même moule qu’Indiana Jones et Lara Croft, la coolitude et une certaine poisse en plus. Si le premier volet ne manquait pas de qualités, c’est vraiment à partir du second opus Among Thieves, unanimement acclamé, que la saga devient littéralement culte, un statut renforcé par le troisième volet l’Illusion de Drake d’une qualité égale, sinon supérieur à l’opus précédent. Et alors que la saga devrait se conclure sur PS4 avec le quatrième opus, Sony a donc tenu à offrir aux trois premiers jeux un écrin tout neuf en Full-HD et 60fps.

Et autant le dire d’emblée, le travail effectué sur cette saga force le respect. Si nous n’atteindrons évidemment pas la qualité graphique d’un véritable jeu next-gen du niveau de The Order 1886, les trois Uncharted n’auront pas pour autant à rougir tant le soin apporté à la remasterisation mérite vraiment le coup d’oeil. Loin de se contenter d’un simple lissage comme nous avons pu en voir par le passé, les développeurs du studio Bluepoint Games, habitués des portages HD, ont vraiment mis la main à la patte pour donner une vraie seconde jeunesse à cette saga et la faire passer en beauté à l’ère du 1080p et des 60 images par seconde. Textures plus soignées, personnages plus détaillés (mention aux éléments aquatiques et aux traces de crasse qui renforcent la crédibilité de certaines scènes), sans oublier une piste sonore remasterisée en 5.1 et 7.1… Bref, rien n’a été laissé au hasard sur le plan technique, si bien que l’on se surprendra souvent à redécouvrir divers éléments de ces jeux que l’on pensait connaitre par cœur. Toutefois, si ces remasterisations laisseront pantois d’admiration, elles n’échappent malheureusement à certains écueils quasiment inévitables.

En effet, comme dans le cas d’un film, la remasterisation d’un jeu entraine souvent une plus grande visibilité des défauts visuels d’origine. Et Uncharted n’échappe pas à la règle. Attention, nous ne revenons pas sur le paragraphe précédent (The Nathan Drake Collection est magnifique, c’est un fait), mais il est difficile de ne pas remarquer certains éléments qui semblent avoir davantage souffert des outrages du temps, notamment dans les plus vieux opus. Ainsi, on citera pêle-mêle certaines animations de décors et de personnages qui ont pris un bon coup de vieux, des bugs de collision ainsi que certains effets qui nous ont semblé moins naturels que dans leur version PS3 (à l’image des trainées de neige dans le 2e opus). Sans compter une physique parfois étrange. De même, si le gameplay a été uniformisé entre les trois opus afin d’homogénéiser l’expérience globale (exit le Sixaxis du 1er opus), on regrettera que certains éléments n’aient pas suivi le mouvement, comme le système de couverture qui demeure un peu bancal dans le premier opus. Toutefois, nous le rappelons, ces défauts n’entament en rien le plaisir à se replonger dans les aventures de Drake et ses amis.

drake-facial-comp[1]

Mais aussi bonne soit une remasterisation sur le plan technique, elle est également jugée par les ajouts qu’elle apporte. Si cette compilation apporte principalement de nouveaux modes de difficultés pour les plus chevronnés et un mode photo sympathique, mais un peu gadget, il faut bien avouer que la suppression des modes multijoueurs du 2e et 3e opus a du mal à passer. Et ce n’est pas l’accès à la bêta du multi d’Uncharted 4 qui aidera à oublier cette absence. De même, vu le quasi-abandon des développeurs dont fait actuellement l’objet la PS Vita, on aurait apprécié que l’opus Uncharted Golden Abyss soit intégré à cette compilation. Enfin, vu l’immense dimension cinématographique de la saga, difficile de comprendre pourquoi l’option permettant de choisir entre 30fps et 60fps n’a pas été intégrée comme dans The Last of Us Remastered. Les allergiques aux projections HFR du Hobbit en seront pour leur grade.

Mais heureusement, ces défauts n’entravent en rien le plaisir que tout joueur devrait ressentir à arpenter la saga Uncharted. Depuis l’humour (et la poisse) légendaire de son personnage en passant par son scénario de haute volée rendant hommage à plusieurs pans du film d’aventure (que ce soit dit, Amy Hennig est une génie de la plume!) et surtout sa mise en scène offrant son lot de séquences inoubliables. Oui, écrit comme ça, on pourrait penser que l’on parle d’un film et non d’un jeu, mais ce choix de mot n’est pas fait au hasard tant Uncharted fait partie de ces œuvres qui ont contribué à réduire la frontière entre jeux vidéo et cinéma, prenant le meilleur des deux arts. Car oui, au-delà de sa dimension cinématographique, Uncharted bénéficie d’un gameplay certes simple, mais suffisamment robuste pour vous immerger dans les péripéties de son héros et vous donner envie de ne pas lâcher la manette avant d’avoir atteint le bout de l’aventure.

Uncharted_Collection_PS4

Dès lors, au milieu de ces immenses qualités et petits défauts, il convient de faire un point. Si vous faites partie des joueurs n’ayant jamais pu tester Uncharted, ne vous posez pas de questions et foncez ! En revanche, si vous faites partie des joueurs ayant retourné les jeux dans tous les sens sur PS3, l’achat de 60/70€ mérite évidemment réflexion puisque si l’on gagne une indéniable qualité graphique, on perd tout de même certains éléments appréciables à commencer par des modes multijoueurs que les fans regretteront profondément. Dans tous les cas, Uncharted The Nathan Drake Collection offre assurément à son héros un magnifique écrin PS4 à la hauteur du trésor que représentent ses aventures.

Uncharted The Nathan Drake Collection : nos impressions !
8