John Wick : le test blu-ray

Réalisateur
Chad Stahelski et David Leitch
Acteurs
Alfie Allen, Keanu Reeves, et Michael Nyqvist
Pays
USA
Genre
Action et Thriller
Durée
101 min
Titre Original
Notre score
7

Depuis la mort de sa femme bien-aimée, John Wick passe ses journées à retaper sa Ford Mustang de 1969, avec pour seule compagnie sa chienne Daisy. Il mène une vie sans histoire, jusqu’à ce qu’un malfrat sadique nommé Iosef Tarasof remarque sa voiture. John refuse de la lui vendre. Iosef n’acceptant pas qu’on lui résiste, s’introduit chez John avec deux complices pour voler la Mustang, et tuer sauvagement Daisy…
John remonte la piste de Iosef jusqu’à New York. Un ancien contact, Aurelio, lui apprend que le malfrat est le fils unique d’un grand patron de la pègre, Viggo Tarasof. La rumeur se répand rapidement dans le milieu : le légendaire tueur cherche Iosef. Viggo met à prix la tête de John : quiconque l’abattra touchera une énorme récompense. John a désormais tous les assassins de New York aux trousses.

Avis de Fabien

Après les échecs de Man of Tai Chi (2013) et 47 Ronin (2013), Keanu Reeves, la star du film d’action 90’s avec Point Break, Speed et Matrix, revenait en forme avec le trépidant John Wick (2014).

Réalisé par deux cascadeurs réputés à Hollywood, John Wick a pour base un récit de vengeance, un ingrédient classique de série B, transformé par le soin apporté à la chorégraphie de l’action en un jubilatoire film d’action furieux et stylisé où un Keanu Reeves fringant se révèle un nettoyeur très efficace. Avec ses déplacements véloces et élégants, l’acteur assure dans les habits classes de John Wick, au centre de gun-fights impressionnants à la John Woo, toujours lisibles grâce à une réalisation et un montage appliqués. A l’image de son héros rapide et précis, le film avance sans temps morts vers une intense conclusion, un duel redoutable sous une pluie battante.

John Wick reprend nombre de codes de la série B comme le héros mutique contraint de reprendre du service après un drame personnel, le fétichisme pour les bolides de collection, le méchant russe impitoyable auxquels les réalisateurs ajoutent un peu d’humour dans les dialogues pour rendre le tout moins raide et cliché sans oublier des décors new-yorkais de choix notamment un insolite hôtel de luxe pour tueurs avec prestations personnalisées comme la présence d’un docteur dans les cas de nuits agitées et règles strictes comme l’interdiction de violence en son sein sous peine de liquidation.

Exécuté avec professionnalisme, John Wick remplit son contrat : de l’action non stop avec des fusillades bien chorégraphiées et montées avec une modestie d’artisan qui rend le film très sympathique et recommandable, bien au dessus du lot des produits récents (Expendables, Equalizer entre autres) de ce genre hollywoodien.

johnwickphoto1

Test blu-ray

Technique

Le master est remarquable et le piqué d’une grande précision dans les nombreuses scènes nocturnes émaillant cet efficace John Wick. Un travail de pro également au niveau acoustique avec deux pistes audios spectaculaires restituant de manière impressionnante le savoir-faire explosif du personnage principal.

Bonus

Outre le commentaires audio des deux réalisateurs, cette édition blu-ray Metropolitan du très recommandable John Wick (les amateurs d’action et de Keanu Reeves seront ravis) comprend 6 courts modules de making-of.

Faut pas faire ch*/#% John Wick (5′) est axé sur l’entrainement intensif de Keanu Reeves pendant 4 mois aux arts martiaux, au tir et à la conduite afin de mettre en scène des séquences d’action différentes, à base de « gun-fu », un kung-fu armé.

La cavalerie arrive (12′) est dédié au scénario, à la caractérisation du personnage de John Wick interprété par Keanu Reeves entouré ici des autres acteurs pour une séance de lecture du script.

Deux hommes, un destin (6′) nous présente Chad Stahelski et David Leitch, le duo de réalisateurs, d’anciens cascadeurs et réalisateurs de seconde équipe engagés par Reeves pour leur premier long métrage.

Dans Le code de conduite des tueurs (5′) David Leitch déclare avoir voulu créer deux univers, avec par opposition à l’univers personnel de John Wick (sa maison d’architecte) « un univers de tueur hyperréaliste typique du roman graphique ».

Le red circle (6′) est un focus sur la séquence de fusillade dans la boîte de nuit où l’équipe a conçu des plans longs pour mettre en valeur leur acteur principal, toujours athlétique à 50 ans.

Enfin est dévoilée La face obscure de New York (6′) : New-York est un personnage entière dans John Wick où les décors bien choisis permettent de proposer une intéressante approche d’un New-York classique (le design de l’hôtel très 20’s, un hommage au Flatiron building) et d’un New-York contemporain (le Red Circle, le Brooklyn Navy Yard).

John Wick : le test blu-ray
7
Plus d'articles
Hercule contre les vampires : le test blu-ray