Uncharted 4 : Nolan North (Nathan Drake), l’interview entre cinéma et jeux vidéo !

Alors que Uncharted The Nathan Drake Collection vient de débarquer dans les bacs, nous avons eu la chance de rencontrer l’acteur Nolan North, de passage à Paris. L’occasion de revenir sur l’ensemble de la carrière de celui qui a su s’illustrer dans des jeux vidéo allant de Call of Duty à Uncharted en passant par The Last of Us et bien d’autres !

Installés dans les locaux parisiens de Sony-Playstation redécorés aux couleurs d’Uncharted, nous avons donc souhaité aborder la carrière de Nolan North sous un angle particulier, celui des similitudes entre les jeux vidéo et le cinéma. En effet, avant de cartonner dans les jeux vidéo, Nolan a longtemps joué dans le milieu cinématographique et télévisuel. De quoi lui offrir un regard particulier sur le milieu vidéoludique à celui qui s’est lancé dans le doublage sur les conseils d’un ami après l’arrêt de la série Port-Charles et ce, pour une simple raison : « il n’y a pas de secret, j’avais juste besoin de bosser. Moi, je connaissais seulement Space Invaders, PacMan, Mario. Je n’avais pas vraiment idée de tout ça, je me rappelle même m’être dit « ils mettent des voix dans les jeux vidéo, c’est bizarre » ». Et si l’acteur a vécu sa première expérience de doublage vidéoludique sur le jeu Interstate 82, « techniquement, c’est « Maximo Vs The Army of Zin » qui a été mon premier job en tant qu’acteur syndiqué avec un agent spécialisé dans le doublage. C’est drôle parce que ce premier jeu [Interstate] a juste été un truc du genre « viens le samedi, dis quelques lignes pour nous et tu seras payé ». Maximo Vs The Army of Zin représente le premier jeu d’où j’ai vraiment commencé. » Toutefois, c’est Call of Duty 2 que Nolan North évoque comme le premier jeu où il a pu découvrir sa propre prestation dans le rôle du Sergent Randall, qui guide le joueur sur les plages de Normandie. « Je n’avais pas touché un jeu vidéo depuis des années et ça remontait à Space Invaders, Pong, Donkey Kong, etc… Et j’ai toujours adoré les films sur la Seconde Guerre Mondiale, donc en découvrant Call of Duty et en me voyant moi-même dans ce genre de « film digital » en train de courir, ramper dans le sable, entendre tous ces bruitages… C’était impressionnant. »

nolannorth-uncharted2

Et lorsqu’on lui demande si il imaginait à l’époque que les jeux atteindraient le niveau de mise en scène et la qualité graphique qu’ils ont aujourd’hui, Nolan admet : « Je crois que personne n’aurait pu l’imaginer. Ils ont évolué si vite et sont devenus si impressionnants. C’est incroyable. A l’époque, cela représentait déjà un vrai travail d’acteur pour moi, mais désormais, je pense que les jeux sont également à la pointe de la technologie. L’an prochain, les gens vont découvrir ce que Naughty Dog a réussi à créer pour Uncharted 4, autant les sons que les visuels que les mécaniques de jeu. Si on se rappelle de ce à quoi Uncharted 1 ressemblait aux débuts de la PS3, et ce à quoi Uncharted 3 ressemblait, on mesure combien les développeurs ont appris de ce système, et de ce qu’ils pouvaient en obtenir, et c’est incroyable. Je ne peux pas imaginer à quoi les jeux PS4 des prochaines années vont ressembler tant les capacités de cette petite boite n’ont été qu’effleurées. Lorsqu’on travaille dans ce milieu d’un point de vue comme le mien, c’est incroyable car lorsque j’ai commencé dans le jeu vidéo, presque aucun acteur ne voulait y faire de voix. Puis le travail d’acteur de doublage a été mieux reconnu, puis les histoires se sont améliorées, puis il y a eu la performance capture… »

Ah, la performance capture… Un procédé répandu au cinéma et qui a permis de donner vie à des films comme Avatar. Mais les jeux vidéo ne sont pas en reste dans ce domaine, bien que le public l’oublient souvent, comme le précise Nolan North : « Vous savez, beaucoup de gens ne réalisent pas que ce que je fais pour Uncharted en performance capture n’est absolument pas différent de la performance capture pour un film comme Tintin (ndlr : de Steven Spielberg). Ce que Jamie Bell et Andy Serkis y font est exactement la même chose que nous faisons. Mais en pensant à nous, la plupart des gens se disent « oh, c’est juste du jeu vidéo ». Par exemple, mon propre agent a déjà essayé de me faire engager sur des projets de films et on lui a répondu « non, il fait juste du doublage ». Vous savez, on ne m’a jamais demandé ne serait-ce que d’auditionner pour faire de la performance capture dans un film. Ceci bien que j’en ai fait les douze dernières années et que j’en fasse encore aujourd’hui avec Uncharted 4. » Et lorsqu’on évoque sa récente participation à Star Trek Into Darkness, Nolan North tempère un peu : « J.J. Abrams est un fan de Uncharted et m’a offert un petit rôle dans Star Trek Into Darkness – (il sourit) deux semaines de tournage pour une ligne à l’écran -. C’était génial, mais il l’a fait parce qu’il est fan d’Uncharted et il connait le travail que nous y faisons. Si j’avais l’honneur de m’assoir avec Spielberg, nous pourrions facilement parler de performance capture car il fait partie de ces gens qui savent ce que c’est vraiment. » Pour illustrer ses propos, Nolan se rappelle de sa rencontre avec certains de ses anciens collègues de la série Port Charles, à l’époque où Uncharted 2 venait de sortir – et de cartonner dans le monde entier.  » Je savais que [ces anciens collègues] n’avaient pas travaillé depuis un moment et il m’ont demandé ce que je faisais de mon côté. Et je leur parle des jeux vidéo et de la performance capture, que tout marche assez bien pour moi. Ils me répondent « c’est cool. Accroche-toi bien, tu vas finir par y arriver. Tu es doué là-dedans ». Et je n’avais pas le cœur de leur dire que j’avais déjà gagné à ce moment l’équivalent de trois fois mon meilleur salaire d’à l’époque de Port Charles. Tout ça grâce aux vidéo, aux dessins animés, à Uncharted. C’est comme si, pour ces gens comme pour beaucoup d’autres, « si je ne t’ai pas vu à la TV, alors tu ne dois pas t’en sortir très bien. » Cette situation n’empêche pas Nolan de garder espoir quant à l’avenir du métier d’acteur : « Des acteurs de série TV ont pu faire du cinéma, ainsi que l’inverse. Et dernièrement, des acteurs comme Gary Oldman ou Kevin Spacey ont joué dans des jeux vidéo. Tout ceci est tout proche de devenir une sorte de grande communauté telle qu’elle devrait déjà l’être. »

Au moment d’aborder  son premier tournage en performance capture, et notamment son ressenti face à la combinaison de capture de mouvement, Nolan se rappelle avec humour  que « c’était comme avoir l’air d’un tas de viande de dix livres entassé dans un sac de cinq livres. » Puis vient le moment d’aborder le cœur du tournage : « Vous devez mimer des armes, courir partout, se rouler par terre, imaginer qu’il y a une immense cascade d’eau devant vous et que vous devez arriver tout en haut… Évidemment, les phases d’escalade, je ne les joue pas entièrement, je me contente du mouvement de départ et [les développeurs] finissent le travail digitalement – sauf quand les cascadeurs font eux-même la capture de mouvement – et je n’ai qu’à enregistrer des bruitages d’efforts ensuite. Mais c’était vraiment ça, un retour à l’idée de jouer dans son imagination. Et c’est ce qui rend tout ça aussi créatif et fun : vous pouvez être n’importe qui et n’importe où dans cette combinaison. D’ailleurs, je me suis toujours dit que je devrais la porter à Halloween. Lorsque quelqu’un me demanderait qui je suis, je lui répondrais « celui que vous voulez que je sois ».

Uncharted-4-game-informer-couverture

Puis vient le moment d’aborder son arrivée sur le projet Uncharted, et son travail sur le personnage de Nathan Drake. « Quand vous entendez les choses que dit Nate, et la manière dont il les dit, ce n’est pas seulement ma voix, c’est une part de moi-même. C’est comme pour le scénario. A notre arrivée sur le projet, le scénario n’était pas écrit en entier, ça ne marche pas comme ça. Nous écrivons et réécrivons les scènes, puis les tournons, puis d’autres sont écrites et ainsi de suite. Nous n’avions pas un scénario achevé du début à la fin, il a été créé au fur et à mesure. C’est ça qui était très excitant pour nous : on ne savait jamais quelle serait la suite de l’histoire. » La personnalité des acteurs – et leur talent pour l’improvisation – a d’ailleurs eu une influence certaine sur leurs personnages, puisque « plus Amy [Hennig, la créatrice d’Uncharted] nous connaissait, plus elle écrivait nos scènes en nous ayant à l’esprit. C’est pour ça que Elena, jouée par Emily Rose, ressemble aussi beaucoup à Emily. Idem pour Victor Sullivan, joué par Richard McGonagle. Pour ces trois personnages principaux [avec Nathan Drake], nous avons vraiment mis beaucoup de nous-même. »

Faut-il en déduire que la malchance légendaire de Nathan Drake est également inspirée de Nolan North ? Heureusement non. Mieux, selon l’intéressé, cela rejoint un but plus profond : « Dans beaucoup de jeux, vous gagnez une récompense à la fin, mais pas Nathan. Alors que gagne-t-il ? Une expérience. Tout comme le joueur. Dans Uncharted, la récompense est dans cette expérience, autant pour Nathan que pour le joueur qui EST Nathan Drake. C’est intéressant car c’est un nouveau rapport au personnage. Nathan ne gagne jamais le trésor, tout comme le joueur, mais ça fait partie de l’expérience. » Et cette expérience ne se résume pas au personnage : « Tout ce que je peux faire à mon niveau, c’est créer une performance. C’est ce qui était amusant lorsqu’on me demandait si je faisais du vrai jeu d’acteur, du doublage ou du jeu vidéo : peu importe que ce soit au théatre, au cinéma ou en doublage, je fais une performance. Mais ce n’est qu’une infime partie de l’ensemble de ce jeu. La performance importe autant que la programmation, le game design, l’univers visuel, la musique, les bruitages… Tous ces éléments doivent être réunis pour donner vie à un jeu, c’est un travail collectif. « 

Lorsqu’on aborde l’évolution de Nathan Drake dans les différents jeux, Nolan North rappelle un détail en apparence anodin, mais finalement très important : « le truc avec Nathan Drake, c’est qu’il a été autorisé à vieillir et mûrir avec moi. J’avais environ 34 ans à l’époque du 1, et Nathan approchait de la trentaine. Il avait environ 5 ans de moins que moi. Maintenant, j’ai 44 ans et lui doit avoir environ 39 ans dans Uncharted 4. Drake a vieilli et mûri au fil de ses expériences, il n’est plus le même. C’est un autre élément qui le rattache aux joueurs : il a pris de l’âge tout comme eux, il n’est pas resté le même. Je ne suis pas sûr que beaucoup de jeux aient fait ça. C’est un autre exemple qui montre que cette saga [Uncharted] est traitée comme une saga cinématographique. Les personnages vieillissent comme Indiana Jones dans ses films. Et j’en suis ravi car je ne pense pas que je pourrais jouer à nouveau le Drake de 29 ans. »
Et l’acteur de poursuivre pour notre grand bonheur sur la comparaison avec les films : « C’est quelque chose dont les gens doivent prendre conscience : nous tournons ces jeux comme nous tournerions des films. Certes, nous enregistrons également des séquences de gameplay avec la motion capture, mais les cinématiques sont réalisées de la même manière que pour un film. Une de mes citations préférées est de Gordon Hunt, le père de l’actrice Helen Hunt et qui a dirigé l’enregistrement des trois premiers Uncharted. Un jour, nous avions tourné nos cinématiques et nous pensions avoir terminé, puis l’équipe en charge de l’enregistrement des mouvements de gameplay arrive en disant « ne partez pas, nous avons besoin de tourner d’autres éléments ». Et Gordon répond « Quoi ? » et l’équipe répond « nous devons tourner des scènes de course avec Nolan ». Gordon se tourne vers moi et dit « tu y crois ? Ils vont faire un jeu vidéo avec notre film ! » C’était adorable, et c’est un peu comme ça que nous nous voyons : nous tournons un film, et à la fin c’est en fait un jeu. Et je pense qu’avec le temps, les frontières vont se brouiller entre ces deux domaines. La technologie est la même, alors pourquoi la performance ne pourrait-elle pas être la même ? Et alors que nous abordons la question de l’évolution des liens entre cinéma et jeu vidéo, l’acteur nous partage sa vision, qui marquera la conclusion de notre rencontre : Comme j’ai dit, pour Uncharted, nous tournons toujours comme si nous faisions un film, et [Naughty Dog] ajoute le gameplay. Prendre un film et y ajouter du gameplay, peut-être que c’est un meilleur choix que de prendre un jeu et en faire un film. 

Plus d'articles
Tony Hawk’s Pro Skater 1+2 : le test !