Spielberg réalisera Tintin

Bien que le porte parole des studios Hergé à Bruxelles ait annoncé Mardi dernier que Peter Jackson réaliserait le premier volet de la trilogie Tintin pour Dreamworks, l’entourage de Jackson et Steven Spielberg affirme que le réalisateur du quatrième Indiana Jones est toujours aux commandes de cet opus inaugural, Jackson produisant. Ce dernier mettra en scène la suite après avoir achevé la postproduction de The Lovely Bones pour DreamWorks/Paramount et la co-écriture des deux Hobbit pour New Line et MGM !

 

Le premier Tintin sera basé sur deux livres, Le secret de la licorne et Le trésor de Rackham le rouge, écrits par son créateur Hergé entre 1942 et 1944.

 

Le film, écrit par le scénariste de la série Docteur Who, sera réalisé avec la technologie motion-capture, avec le concours du jeune Thomas Sangster en Tintin et d’Andy Serkis en Capitaine Haddock.

  1. Tout simplement époustouflant. Ce film alterne habilement les passages violents en sanglants avec des passages poétique et des scènes d’amour d’une intensité incroyable. Et pourtant, le tout n’est pas du tout théâtral ou exagéré, mais porté par les regards et les gestes d’acteurs grandioses et pourtant si jeunes. Impossible de rester de marbre face à cette ambiance, cet univers et cette histoire merveilleuse, si ce n’est en ayant un coeur de pierre. Un film dont on ne revient pas le même.
    Jusqu’à ce jour, 3 films m’ont fait un effet tel que j’y pense chaque jour depuis l’avoir visionné, j’écoute en boucle les musiques, que j’ai envie que tout celà soit réel. Le premier était Amer Beton (Tekkon Kinkreet, en japonais) un manga fouillé et symbolique sur l’amour fraternel. Puis le manga Elfen Lied, en 12 épisodes. Le troisième, c’est ce chef d’oeuvre qu’est Let The Right One In.
    A ne pas manquer!

  2. un chef-d’œuvre sur l’amour absolu, si pur, entre deux enfants. Attention, si vous le regardez, au processus d’identification : il pourrait bien vous entraîner vers une recherche insensée de cet absolu, et vers l’abîme du désespoir : pour être à l’évidence condamné à errer dans notre monde de fer, si froid et si sordide.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
« Forbidden Hollywood » : 10 films Warner des années 30 au cinéma le 1er juillet