Conférence de presse de Blood ties

photo FB

Lundi 20 mai 2013, festival de Cannes, Guillaume Canet était accompagné d’une grande partie de son beau casting (James Caan, Clive Owen, Billy Cudrup, Marion Cotillard et Zoe Zaldana) pour parler de sa première réalisation américaine présentée hors compétition, Blood ties.

Pour ce remake du film Les liens du sang (2008) dans lequel il jouait aux côtés de François Cluzet, Guillaume Canet a « imaginé cette histoire transposée à Brooklyn dans les années 70″, avec l' »envie de personnages forts, d’un cinéma qui m’a fait rêver, le cinéma des années 70, américain ».

Cherchant « quelqu’un qui connaissait bien le New-York dans ces années-là » il a collaboré avec le réalisateur James Gray, une connaissance depuis la sortie de Ne le dis à personne que le cinéaste américain avait apprécié. Les deux hommes ont ainsi travaillé deux semaines à Paris sur la structure et le sens du film puis Canet a travaillé de son côté avant une dernière session de travail commun à Los Angeles pendant une semaine où Gray l’a aidé pour reprendre le script. Puis ce dernier n’était plus disponible en raison de la préparation de son film The immigrant. Durant le tournage des changements dans le scénario pouvaient intervenir en fonction du travail avec les acteurs.

Le réalisateur de Blood ties, habitué à collaborer avec la même équipe technique depuis ses courts-métrages, a dû travailler loin de chez lui avec une équipe américaine et se plier à des règles différentes comme l’interdiction de parler aux figurants, tâche assignée au premier assistant. Durant cette aventure us, pour compenser les contraintes techniques et le manque de complicité avec l’équipe technique américaine, il s’est entouré de « comédiens extrêmement disponibles, disposés et qui ont été très complices ».

Marion Cotillard a retrouvé sur le plateau américain de son compagnon qui l’a dirigée dans Les petits mouchoirs « cette même énergie, cette même fascination à le voir sur un plateau diriger une équipe, des comédiens ».

Clive Owen a été contacté via Alfonso Cuaron, ami de Canet. L’acteur de Les fils de l’homme ne tarit pas d’éloges sur son réalisateur français dont il loue « son énergie, son enthousiasme et son utilisation brillante de la musique ».

De plus Canet déclare avoir choisi le partenaire de Marion Cotillard dans De rouille et d’os, Matthias Schoenaerts, pour « son énergie et son charisme très fort ». Pour ce personnage de petite frappe au destin lié à celui des deux frères, Canet souligne qu' »il était important que ce personnage est une dualité, une séduction très forte mélangée à une violence ».

Pour son réalisateur l’essence de Blood ties est « la relation complexe entre les personnages » dont il aime « l’idée que ces deux frères soient extrêmement liés et aient des difficultés à se rapprocher ». Les deux frères interprétés par Owen et Cudrup sont « enchaînés l’un à l’autre sans pouvoir y faire quelque chose ».

 Au sujet des influences pour ce film Canet avoue une passion pour le cinéma des années 70, celui de Cassevetes, Scorsese, Lumet, Schatzberg (avec qui Canet a tourné The day the ponies come back en 2000) dont le Panique à Needle Park a été déterminant pour ses recherches préparatoires et a servi de référence majeure pour le travail avec les acteurs et l’équipe technique.

Concernant le tournage à New-York dont il apprécie l' »énergie assez dingue » il a au préalable effectué un gros travail de documentation à base d’archives et de photos d’époque montrant des rues sales avec des déchets partout. « Attiré par cette atmosphère et notamment Brooklyn », il a voulu retrouver les ambiances et les couleurs de Panique à Needle Park comme celles du Mean Streets de Scorsese. Avec « la volonté de coller à la réalité » il tenait à ce que « tout soit délavé et qu’il n’y ait pas de couleurs vives » que ce soit au niveau des costumes, de la peinture des intérieurs ou des voitures.

Blood ties sera sur les écrans français le 30 octobre prochain.