Vincere

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Drame
Durée
118
Titre Original
Vincere
Notre score
5

Dans la vie de Mussolini, il y a un lourd secret que l’histoire officielle ne raconte pas : une femme, Ida Dalser, et un enfant, Benito Albino – conçu, reconnu puis désavoué. Ida rencontre Mussolini de manière fugace à Trente et en est éblouie. Elle le retrouve à Milan où il est un ardent militant socialiste qui harangue les foules et dirige le quotidien l’Avanti. Ida croit en lui, en ses idées. Pour l’aider à financer le Popolo d’Italia, point de départ du futur parti fasciste,elle vend tous ses biens… Lorsque la guerre éclate, Benito Mussolini s’engage et disparaît de la vie de la jeune maman, qui découvrira avec stupeur qu’il est déjà marié avec une autre femme. Ida n’aura dès lors de cesse de revendiquer sa qualité d’épouse légitime et de mère du fils aîné de Mussolini, mais sera systématiquement éloignée de force et son enfant mis dans un institut. Pourtant, elle ne se rendra jamais et ne cessera de revendiquer haut et fort sa vérité.

 

 

 

 

 


L’avis de Francis Caldera :


Vincere raconte un épisode peu connu de la vie du dictateur (de sinistre mémoire) Benito Mussolini alors qu’il n’est pas encore devenu le « Duce » : une femme de la bourgeoisie de province (Trente) va pour son malheur, être séduite par un jeune et ardent militant socialiste…
Marco Bellocchio, qui n’a découvert que tardivement cette histoire, nous la conte ici comme un grand drame antique : sous nos yeux se joue en effet une page sombre de l’histoire de l’Italie  ployant sous le fascisme.


Giovanna Mezzogiorno (fille de Vittorio Mezzogiorno, une figure du cinéma transalpin) est Ida Basler, épouse et mère d’un petit Benito Albino né en 1915 qui gardera le nom de Mussolini jusqu’en 1932 : la jeune actrice fait ici une composition magnifique.
Le Duce incarné par Filippo Timi est un sombre et ardent personnage, séducteur mais aussi ignoble et lâche.

Le réalisateur, lui, utilise des images d’archives qui rendent son film encore plus réel et poignant. Ainsi, lorsque Mussolini chasse Ida de sa vie, Filippo Timi disparait de l’écran et le film change de registre pour se concentrer sur l’héroïne, et on ne voit du « vrai Duce » que des images d’époque : c’est l’Histoire, la grande, qui seule compte pour lui !

 

 


 


Le cinéma occupe une place essentielle dans Vincere par le biais de ces témoignages filmés rassemblés par Bellocchio, mais aussi à travers plusieurs séances à l’intérieur même de son propre long-métrage, dont une qui permet à Ida de découvrir Le Kid de Chaplin…

Le cinéma, et en particulier ce film-ci, lui permet de retrouver une forme de dignité et de légitimité.


Vincere
5
Plus d'articles
Moscou Ne Croit Pas Aux Larmes : Test Blu-ray