Tremor Iê

Réalisateur
Elena Meirelles et Lidia De Paiva
Acteurs
Deyse Mara, Jéssica Pereira, Lila M. Salú, et Micinete Lima
Pays
Brésil
Genre
Action et Drame
Durée
88 minutes
Titre Original
Notre score
3

Synopsis : Les manifestations de 2013 qui ont secoué le Brésil – où l’on suit Janaína, tout juste échappée de prison, et ses amies retrouvées. Traversées nocturnes dans une ville évidée sous domination paternaliste, hygiéniste et machiste, fondements de la lutte pour ce groupe marginalisé constitué de femmes noires ou lesbiennes ou pauvres, dans cet univers normatif, échos évidents à un certain Brésil.

L’avis de Quentin :

Tremor Iê est un film brésilien réalisé par le duo de réalisatrices Elena Meirelles et Livia de Paiva. Il s’agit d’une dystopie sur le pouvoir en place dans au Brésil, virant à la dictature. Il revient sur la place des femmes dans la société brésilienne et leur volonté d’émancipation d’une société machiste.

L’approche du film peut paraître intéressante tant la prise de pouvoir par Bolsonaro ces derniers mois, pose la question de cette démocratie sombrant dans les méandres de la dictature. On y parle de violences policières et de couvre feu. Les villes sont désertes, les lumières aux fenêtres éteintes. C’est dans ces conditions que nous suivons un groupe de jeunes féministes résistantes. Le duo de réalisatrices travaille de la sorte sur le caractère clandestin qui s’est construit dans la culture brésilienne au fur et à mesure de décennies politiques difficiles.

Cependant, le film sombre très vite tout d’abord autour du jeu des actrices, se trouvant être très caricatural, surjoué, et ne s’accordant pas réellement avec l’atmosphère du film. On se sent très vite dépassé et perdu face à des dialogues qui n’ont ni queue ni tête, délivrés sans aucune conviction. L’appel à la politisation tombe entièrement à l’eau.

De plus, face à la question de la libération des femmes, le film emprunte une démarche de catalogue, listant tout ce qui est inacceptable pour les femmes dans le pays, sans pour en soit apporter de la consistance au propos de l’oeuvre. Aucun solution, réflexion n’est apportée tout au long du film à la manière d’un film nihiliste qui aimerait revendiquer mais qui n’ose jamais.

Tremor Iê est une proposition cherchant à emporter son public dans sa politisation, tout en oubliant totalement la cohérence ou bien son origine première : le cinéma. On s’ennuie, et se lasse de ce film et de ses actrices stéréotypées. Un oeuvre vide qui n’a d’intérêt réel que son synopsis. En espérant que le prochain travail des réalisatrices se fera plus percutant.

Tremor Iê
3
Plus d'articles
Point limite : le test blu-ray