Star Wars Battlefront : notre test !

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Durée
Titre Original
Notre score
7

Alors que tous les regards des fans de Star Wars sont tournés vers la sortie de l’épisode 7 prévu pour le 16 décembre, la licence en profite pour nous offrir un nouveau jeu tiré de l’univers de George Lucas. Chapeauté par les équipes de Battlefield, Star Wars Battlefront ambitionne ainsi de nous faire revivre les plus grandes batailles des films, tant sur terre que dans les airs, en faisant la part belle au multijoueurs. Pari réussi ?

Avec une sortie planifiée un mois avant celle de Star Wars 7 qui s’annonce évidemment comme un carton mondial, Battlefront aurait pu passer pour un simple produit dérivé de plus cherchant à surfer sur la vague d’un blockbuster pour se remplir les poches sans prendre trop de risques. Sauf que deux éléments d’importance ont très vite rehaussé l’intérêt autour de ce jeu. Tout d’abord, on peut le considérer comme un remake/reboot de Star Wars Battlefront, licence débutée il y a plus de dix ans et ayant clairement marqué de nombreux joueurs PS2/Xbox/PC. Ensuite, loin de confier le bébé au premier venu, EA a confié le développement à nul autre que DICE, bien connu pour être à la barre de la saga Battlefield, l’une des meilleures licences multijoueurs un peu plus tactiques que la moyenne. Univers incroyablement riche, licence Battlefront bien connue des joueurs, studio expérimenté : tout était donc là pour que l’attente autour du titre atteigne des sommets. Et si Star Wars Battlefront, cuvée 2015, est très loin d’être un mauvais jeu, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine forme de déception.

starwarsbattlefront2[1]

En effet, sur le papier, revivre les grandes batailles des épisodes 4-5-6 dans des modes multijoueurs variés allant de 8 à 40 joueurs laissait augurer du meilleur. En pratique, les premiers moments sur Battlefront semblent même combler nos attentes avec un gameplay nous permettant, selon le mode, d’affronter les autres joueurs à grands renforts de blasters (au sol) ou de X-Wing et autres chasseurs Tie (dans les airs). Fin du fin, les différents modes de jeu (près d’une dizaine allant de l’escarmouche aux combats aériens en passant par la traque d’un héros des films) permettent de se focaliser soit sur les affrontements terrestres, soit sur les combats aériens, mais également de mixer les deux gameplay dans un même mode. Le pied intégral, en somme ! Pour rendre cela possible tout en évitant le bazar, DICE a intégré, outre le système de tickets bien connus des fans de Battlefield (perdez une vie, perdez un ticket), un système de jetons bonus que vous devrez ramasser sur la map et qui vous offrira notamment une arme ou un gadget, mais également la possibilité d’appeler un vaisseau en renfort et d’en prendre les commandes pour mettre votre grain de sel sur le champ de bataille depuis les cieux. En prime, un autre bonus vous permettra d’incarner temporairement Luke Skywalker, Dark Vador, Palpatine et bien d’autres. Disposant d’un gameplay particulier qui demandera un temps d’adaptation, ces personnages sont notamment plus résistants et manient évidemment le sabre laser, les éclairs et/ou la Force comme personne. De quoi vous donner des frissons lorsque vous leur ferez face lors de vos premiers pas dans le jeu. Et on ne vous parle pas du moment où vous parviendrez enfin à récupérer le fameux sésame pour les incarner à votre tour.starwarsbattlefront1[1]

Vous l’aurez compris, Star Wars Battlefront a énormément de qualités pour lui. Mais dans ce cas, où est-ce que le bât blesse ? Pour faire simple, disons que si les premiers moments sont particulièrement mémorables tant ils nous donnent vraiment l’impression d’être DANS Star Wars, l’excitation a rapidement tendance à s’accompagner d’une certaine lassitude. A cela, une raison encore plus simple : la répétitivité et l’équilibrage. Star Wars Battlefront est vraiment répétitif, bien plus que ne l’a jamais été un Battlefield. Il faut dire que là où la licence de DICE peut compter sur des maps vraiment immenses, des véhicules variés et un level design laissant autant le choix entre la tactique et le bourrinage, Battlefront ne peut pas en dire autant. Bien qu’impeccables plastiquement, les maps manquent ainsi cruellement de verticalité (à l’exception d’Endor et ses cabanes d’Ewoks dans les arbres). Combiné à la taille des maps finalement assez réduite, attendez-vous à souvent trépasser avant d’avoir eu le temps de faire un pas. En outre, si piloter les vaisseaux est assez grisant, ils ne permettent pas la même liberté qu’un Battlefield. Ne comptez donc pas exploser un chasseur Tie avant de vous éjecter de votre X-Wing en parachute pour reprendre le combat au sol : le cockpit de votre vaisseau est sévèrement fermé, et il vous faudra donc trépasser – ou abandonner votre bonus – pour reprendre les hostilités au sol. Quant à l’équilibrage, il donne souvent l’impression d’avoir été fait à la va-vite tant certains modes ou maps offrent un avantage non négligeable à l’un des deux camps (le mode Attaque des Marcheurs devient vite horripilant côté Rebelles).

starwarsbattlefront3[1]

Toutefois, n’allez pas penser pour autant que Battlefront est un mauvais jeu, ou même un jeu moyen, car ce n’est pas le cas. Oui, malgré ces défauts, Battlefront est clairement un bon jeu. Et un sacré beau jeu en prime ! En effet, si l’on connaissait la maitrise de DICE sur le plan technique, il faut bien avouer que l’on ne s’attendait pas à une telle baffe visuelle. Les lieux emblématiques de la saga sont fidèlement reconstitués jusque dans les plus infimes détails tels que les cristaux de glace dans les grottes de Hoth, les nuages de poussière de Tatooine ou la forêt luxuriante de Endor. Et on ne vous parle que des éléments naturels, puisque les différents éléments de décors (bases, campements…) bénéficient eux aussi d’une définition impressionnante. On l’a dit plus haut, on le redit : ici, vous êtes DANS Star Wars ! En prime, l’optimisation du titre sur PC vous permettra de jouir de cette qualité visuelle jusque dans les résolutions moyennes. Un très bon boulot d’optimisation, donc.

starwarsbattlefront4[1]

Et que dire de l’aspect sonore. Si l’on s’attendait évidemment à retrouver les sons caractéristiques de l’univers Star Wars, il était difficile d’imaginer un seul instant une baffe acoustique de cette ampleur. Outre les bruitages d’une qualité bluffante (excellent mixage !), Battlefront peut également compter sur une bande-originale n’ayant rien à envier aux films. Quant aux dialogues, si la plupart ne bénéficient évidemment pas des doubleurs officiels, ils restent tout de même très sympathiques.

Côté gameplay, si les phases à pied restent dans la lignée des FPS made by DICE, la conduite aérienne offre des possibilités nombreuses en termes d’esquive et de régulation de la vitesse, ce qui facilitera grandement vos dogfights. A noter que cette version PC permet de switcher à la volée entre le clavier et la manette sans avoir besoin de passer par le menu des réglages. Un très bon point qui offre ainsi la possibilité de jouer au clavier dans vos phases à pied, puis de saisir la manette pour les phases aériennes.

starwarsbattlefront5[1]

Au final, si il n’atteindra pas le rang d’indispensable, Star Wars Battlefront est clairement un bon jeu. Un très bon jeu peut-être, selon votre affection pour la saga cinématographique dont l’ambiance et les grands moments sont fidèlement retranscrits ici. Toutefois, ses soucis d’équilibrage et de répétitivité lui causent vraiment du tort, et l’on espère vivement que cela sera corrigé rapidement. Toutefois, ces défauts ne méritent pas de passer à côté de Battlefront qui, sans être aussi mémorable qu’un Rogue Squadron, est sûrement l’un des jeux les plus fidèles à l’univers Star Wars jamais réalisé.

Star Wars Battlefront : notre test !
7