Murdered – Soul Suspect : le test

Réalisateur
Acteurs
Pays
Genre
Durée
Titre Original
Notre score
6

Précédé d’une presse plutôt moyenne outre-atlantique, Murdered Soul Suspect débarque enfin en France. « Enfin » car si la communication au sujet de ce titre a été finalement assez discrète, le concept de cette enquête policière conduite depuis le monde des morts avait de quoi sévèrement intriguer. Alors que nous venons de clore le dossier du « Crieur des Morts », il est temps d’ouvrir celui du test du jeu. Murdered Soul Suspect, verdict ?

Avant de faire la critique de Murdered, il convient de le présenter plus en détails. Dès le début du jeu, vous incarnez Ronan O’Connor, ancien voyou devenu inspecteur, et fraîchement assassiné dès le début de l’histoire par un mystérieux tueur en série. Alors que sa bien-aimée l’attend au paradis, Ronan va devoir remettre ces retrouvailles à plus tard car nul fantôme ne peut prétendre au paradis sans avoir réglé ses petites affaires au préalable. Et cette enquête en est une sacrée, d’affaire. Voilà donc le joueur aux commandes d’un policier fantôme pour retrouver un tueur au cœur de la ville de Salem, ancien haut-lieu de la sorcellerie, et accompagné d’une adolescente médium au caractère bien trempé. Tout un programme, quoi.

murdered_soul_suspect_1

Ne vous laissez pas abuser par ce synopsis un poil alambiqué : si elle ne révolutionnera pas le film/jeu policier, l’intrigue de Murdered est vraiment sympathique à suivre. Notamment grâce au lieu et à l’atmosphère dans lesquelles elle se déroule. Ainsi, Salem se dévoile constamment sous des décors certes peu nombreux, mais étonnamment variés où cohabitent les bâtiments modernes et d’autres plus anciens, fantomatiques vestiges du passé. Traitée comme un personnage à part entière, Salem possède également une ambiance inquiétante qui ne sera pas sans évoquer une version moderne du Sleepy Hollow de Burton. En outre, si les niveaux ne pourront pas être explorés à notre guise, ils ont le mérite d’abriter de nombreux objets à retrouver et des personnages à posséder.

Et oui, comme certains de ses confrères cinématographiques, ce cher fantôme de Ronan a plusieurs capacités sympathiques, dont celle de possession lui permettant d’entrer dans le corps de chaque vivant qu’il croise et de lire ses pensées. Une mécanique prometteuse qui est malheureusement sous-exploitée ici. En effet, à l’exception de rares phases de jeu, cette capacité se révèle une simple cousine surnaturelle de la capacité d’Aiden Pierce à afficher les profils des passants dans Watch Dogs. Bref, amusant, mais largement dispensable. En revanche, on appréciera la possibilité de traverser certains murs et de discuter avec les autres fantômes, ce qui donnera lieu à des discussions sur les causes de leur mort et même parfois à des enquêtes secondaires à résoudre.

murdered_soul_suspect_2

Des enquêtes (principales et secondaires) qui constituent le gros morceau du gameplay de Murdered et qui suivront un schéma similaire : Ronan se rend sur une scène de crime/d’enquête, doit repérer les indices dans le décor, puis sélectionner dans son inventaire les indices les plus parlants afin de reconstituer les événements et pouvoir passer à la suite. Sachant que le jeu dure une dizaine d’heures, attendez-vous donc à une certaine sensation de répétitivité, heureusement amoindrie par la variété des décors et quelques phases d’infiltration. Oui, infiltration, car tout fantôme qu’il est, Ronan devra parfois aider Joy (l’adolescente médium) à progresser en zone interdite en jouant au poltergeist, mais devra surtout régulièrement faire face à des démons qui ne rêvent que de dévorer son âme façon Détraqueur. Et pour les éliminer, une seule méthode : utiliser votre vision à rayons X façon Batman Arkham et arriver discrètement dans leur dos (en marchant ou en se téléportant). Les bougres ayant tendance à réagir au quart de tour, attendez-vous néanmoins à souvent prendre la poudre d’escampette si vous tenez à vos fesses ectoplasmiques.

murdered_soul_suspect_3

En parlant d’ectoplasmes (tadaa, vous venez d’assister à une transition !), on accordera un bon point au personnage principal, Ronan O’Connor. En effet, et malgré un côté un brin stéréotypé, ce personnage d’inspecteur fantôme au grand cœur et au passé trouble devient très vite attachant, secondé par des dialogues et un doublage VF de bonne facture. Les personnages secondaires, notamment Joy, ne se sont (pour la plupart) pas en reste et c’est avec plaisir que l’on suivra avec eux l’intrigue du jeu. Une intrigue qui, on l’a dit plus haut, se révèle plutôt sympathique à suivre malgré un côté un peu poussif qui ne sera pas sans rappeler l’archétype des séries TV d’enquête de ces dernières années (les Experts en tête) autant dans le rythme que dans les révélations. A ce titre, si on appréciera la qualité des cinématiques, on regrettera la fin un peu expédiée au vu du nombre de révélations finales.

Enfin, un petit mot sur l’aspect technique. Si, le jeu est une vraie réussite sur le plan esthétique et graphique, on ne peut pas en dire autant de son optimisation sur current-gen : la version 360 que nous avons testée souffrait ainsi de très nombreux lags, notamment lors des phases dans les rues de Salem. On espère qu’un patch viendra corriger ça rapidement. De même, on regrettera le système de « curseur invisible » qui régule les interactions de Ronan : même si vous êtes juste devant l’indice convoité, il faudra centrer la caméra sur l’objet afin d’activer l’interaction, sous peine de passer à côté . Par contre, côté sonore, malgré une musique peu présente, on saluera la qualité des bruitages, notamment les cris des démons qui devraient vous faire gentiment sursauter.

murdered_soul_suspect_4

Vous l’aurez compris, Murdered Soul Suspect est loin d’être raté. Malheureusement, il se révèle trop bancal pour prétendre au rang de franche réussite. Si l’on appréciera le travail effectué sur la ville de Salem ainsi que sur Ronan O’Connor et les autres personnages, on sera plus mitigé sur le gameplay assez répétitif et l’intrigue certes agréable à suivre, mais manquant d’un véritable souffle. Sans compter les gros soucis d’optimisation sur une current-gen aux graphismes néanmoins léchés. Au final, Murdered se révèle certes imparfait, mais néanmoins assez sympathique pour mériter le détour.

Murdered – Soul Suspect : le test
6