Hercule contre les vampires : le test blu-ray

Réalisateur
Mario Bava
Acteurs
Christopher Lee, Leonora Ruffo, et Reg Park
Pays
Italie
Genre
Fantastique, Horreur, et Peplum
Durée
85 minutes
Date de sortie
16/11/1961 (salle) - 31/05/2020 (blu-ray)
Titre original
Notre score
6

De retour de guerre, Hercule trouve sa bien aimée, Diane, inconsciente. D’après l’oracle Médée, la seule façon pour Hercule de la ramener à la vie est de trouver une pierre sacrée enfoui au plus profond de la Terre, dans le royaume d’Hadès. Il part donc à as recherche, accompagné de Télémaque et de Thésé, après avoir confié Diane au roi Lico. Mais il ignore que c’est ce même Lico qui a empoisonné Diane, et projette de la garder pour lui…

Tourné en 1961 à Cinecitta et dans les grottes de Castellana, filmé en Super 100 Totalscope et Technicolor, Hercule contre les vampires est le deuxième long métrage signé par le directeur de la photographie Mario Bava, un an après son très remarqué Le Masque du démon (1960).

Hercule contre les vampires s’inscrit dans le genre du péplum, remis au goût du jour en Italie avec le succès de Les travaux d’Hercule (58) de Pietro Francisi, avec Steve Reeves dans le rôle titre et un certain Mario Bava à la photo.

Ce long-métrage se situe à la croisée des genres, péplum,  fantastique (la partie située dans les enfers), horreur (Christopher Lee et ses « vampires ») et comédie (Télémaque, personnage comique de faire-valoir).

Le goût de Bava pour le fantastique et des ambiances irréelles se retrouvent ici, dans ce voyage au centre de la terre entrepris par Hercule et ses comparses Thésée et Télémaque au royaume d’Hadès pour trouver une pierre sacrée capable de sauver Diane, la dulcinée du fils de Zeus, victime d’un envoûtement magique. Leur périple est plein de péripéties et de dangers : un voyage en mer périlleux avant de rejoindre les Enfers (séquence extraordinaire dont s’est inspiré NWR pour Valhalla Rising) et traverser différents cercles (tentation avec une démone enchaînée dans le vestibule, fleuve de flammes, jungles de lianes enchevêtrées qui hurlent de douleur et saignent quand on les coupe, affrontement avec un monstre de pierre, marais de lave pour atteindre la Pierre de vie) pour ramener en Grèce la pierre qui permettra de sauver la bien-aimée d’Hercule. Avec des moyens limitées, Bava bricole des effets spéciaux ingénieux et des décors expressionnistes, joue avec les trompe l’oeil et les couleurs pop pour créer un univers onirique et morbide remarquable.

Hercule contre les vampires permet de faire éclater les talents de coloriste de Bava, son goût pour les couleurs pimpantes, saturées qui sont devenues sa marque de fabrique dans ses giallos comme le chef d’oeuvre 6 femmes pour l’assassin : éclairage bleu pour le maléfique Lycos, combinaison de vert, bleu et mauve pour le jardin des Hespérides et rouge pour la fournaise des Enfers. L’omniprésence de la couleur rouge, le feu des Enfers, le ciel lors de la tempête maritime, le sang convoité par les vampires, frappe la rétine.

Justement de vampires il en est question si peu; le titre original « Ercole al centro della terra »renvoie plus à une aventure à la Jules Verne qu’à un  récit vampirique. Parmi les éléments du cinéma d’épouvante gothique relevés citons en premier lieu Christopher Lee (Lycos), Dracula inoubliable notamment chez Terence Fisher. Son appartenance à la famille des vampires passe par la suggestion : pas de plan le montrant en train de mordre une victime mais des détails révélateurs comme des incisives, un reflet inversé dans une flaque de sang, sa sensibilité à la lumière. En outre quelques plans saisissants révèlent des goules sortant de leur tombeau et s’envolant, des photogrammes annonçant la vague des films de zombies et des films de fantômes hongkongais.

Après ce sympathique Hercule contre les vampires, le colosse sera porté à l’écran notamment dans Le défi des géants (1965) toujours avec Reg Park puis en 1983 dans un film de Lewis Coates avec Lou « The Hulk »Ferrigno, en 1994 dans une saga TV produite par Sam Raimi et plus près de nous en 2014 dans un film de Brett Ratner avec Dwayne « The Rock » Johnson. Mario Bava rentrera quant à lui dans la légende du 7ème art avec ses giallos (La fille qui en savait trop, 6 femmes pour l’assassin) et films horrifiques (Le corps et le fouet, Une hache pour la lune de miel, Lisa et le diable, La baie sanglante) célébrés par les cinéphiles du monde entier dont les plus célèbres sont Tim Burton et Guillermo del Toro.

Technique

Artus Films nous propose un master 2K restauré avec des couleurs vives et un piqué doux. Sur le plan sonore les deux versions sont tout à fait correctes.

Bonus

L’unique supplément du blu-ray Thésée au centre de la Terre est un entretien croisé riches en anecdotes avec Giorgio Ardisson, historien du cinéma et Fabio Melleli, acteur du film.

Enfin est ajouté au digipack un intéressant livret de 80 pages rédigé par Michel Eloy.

Hercule contre les vampires : le test blu-ray
6
Plus d'articles
L’Abominable Dr Phibes : Test Blu-Ray