Final Fantasy VII Remake : nos impressions !

Après avoir alimenté tant d’attente, de fantasmes, de craintes, Final Fantasy VII Remake a enfin débarqué sur Playstation 4. Pour les fans comme pour les néophytes, la question était de savoir si ce remake saurait se hisser à la hauteur du culte qui alimente encore aujourd’hui le jeu original. Verdict dans la suite.

Pour vous là au fond, petit rappel : en l’an de grâce 1997, Final Fantasy VII débarque sur les consoles Playstation (l’année suivante sur PC). Pour les joueurs, l’événement est multiple. Non seulement il s’agit du premier Final Fantasy à sortir sur la jeune Playstation 1 et surtout à ne pas sortir sur une console Nintendo (les contraintes techniques du support cartouche poussent le studio Square à privilégier le CD-ROM), mais il s’agit également, pour les joueurs européens, du tout premier Final Fantasy à être directement disponible dans leur contrée. Sans oublier qu’il s’agit du premier Final Fantasy à être conçu en 3D. Bref, pour tout ce petit monde, autant fans que néophytes de la licence, Final Fantasy VII marque donc un nouveau départ sous bien des aspects, confirmé par le soin apporté au jeu qui lui vaudra des critiques dithyrambiques et un vrai statut de jeu culte, voire de chef d’œuvre. Si cette image perdure encore aujourd’hui et a contribué à pousser Square-Enix à offrir un portage du jeu original sur différents supports (Steam, PS3, PS4, Xbox One, iOS…), la vague des remakes entamée depuis plusieurs années aura finalement emporté la licence sur son passage : en 2015, Final Fantasy VII Remake est finalement confirmé.

Avance rapide de quelques années jusqu’à aujourd’hui : FF7 Remake est enfin disponible, libre de s’offrir aux joueurs qui ont grandi avec le jeu original ou à ceux n’ayant jamais pu s’y frotter, ou du moins uniquement par extraits vidéo. Tendons immédiatement le bâton, votre serviteur appartient à la deuxième catégorie – Aïe ! –  et c’est pourquoi cette plongée dans FF7 Remake s’est faite d’un œil totalement neuf.

FF7 nous conte les aventures de Cloud, un ex-soldat affublé d’une épée plus grande que lui et oeuvrant désormais pour le groupe éco-terroriste Avalanche, mené notamment par son amie d’enfance Tifa et le bourru Barret. Recruté initialement comme simple mercenaire pour une opération ciblant l’organisation Shinra, implantée dans la ville futuriste de Midgar et dont les activités détruisent peu à peu la planète, Cloud va rapidement s’intégrer au groupe et prendre part à leurs actions, levant le voile sur des menaces insoupçonnées…

Si ce résumé pourrait faire penser que l’intrigue de FF7 tient sur un timbre-poste, peu aidée par son découpage en épisodes (l’intrigue de ce premier remake reprend uniquement la partie Midgar du jeu original), il suffit de quelques heures pour mesurer combien le travail narratif abattu dépasse l’entendement et surpasse rapidement le niveau de la plupart des productions actuelles. Rien qu’en termes de personnages, aucun n’est laissé de côté, que ce soit au niveau des PNJ qui peuplent la ville de Midgar (d’innombrables dialogues donnent une histoire, même brève, jusqu’aux plus anonymes d’entre eux) ou surtout au niveau des personnages principaux. Si Cloud se taille évidemment la part du lion, tous ont droit à leur développement ainsi qu’à leurs morceaux de bravoure ou de tendresse, donnant à chacun sa chance de ravir le cœur des joueurs. Sans compter qu’en plus des dialogues et choix ingame, FF7 Remake peut compter sur des cinématiques de haute volée qui, si elles ont tendance à défier les lois de la physique, bénéficient d’une mise en scène impressionnante (une constante dans les FF) et ne manqueront pas de vous flatter la rétine et/ou vous décrocher la mâchoire.

Car oui, en termes techniques, soyons clairs et net : Final Fantasy VII Remake est un plaisir de tous les instants ! Profitant de l’expérience acquise sur Final Fantasy XV, FF7 Remake a beau ne pas être un open-world comme son aîné, il n’en offre pas moins de décors à couper le souffle qui ne seront pas sans rappeler le récent Alita Battle Angel, excusez du peu ! Mieux : loin de trahir l’aura de l’univers visuel du FF7 original, ce remake profite des avancées techniques pour l’enrichir à un niveau impressionnant, ajoutant de véritables pelletées de détails ici et là, aboutissant à donner corps à un Midgar plus vivant que jamais, même si on regrettera des approximations ici et là, notamment dans certaines animations. Evidemment, ces ajouts ne se feront pas sans certaines modifications qui, on le devine, feront hurler les puristes (sur le plan narratif par exemple, l’ombre de Sephiroth plane bien plus tôt dans l’aventure). Le bon côté, autant pour ces derniers que pour les néophytes, c’est que contrairement à des remakes ultra-fidèles comme ceux de Shadow of the Colossus ou Medievil, cela permet à FF7 Remake de s’affranchir du jeu original et d’offrir ainsi à tout le monde son lot de surprises et de nouveautés. Sans oublier une bande originale à tomber par terre, qui compensera un doublage français moyen et prenant un peu trop de libertés à notre goût dans ses traductions – on vous invitera à jouer en Anglais sous-titrés Français pour en prendre la mesure, sans doute expliquée par les questions de synchronisation labiale.

Parmi ces nouveautés, on citera notamment le système de combat. Exit les combats façon « tour par tour » du jeu original, et place aux combats dynamiques mêlant les attaques de base infinies, mais peu efficaces, à une jauge dite ATB (Active Time Battle) qui se rechargera constamment et vous permettra de lancer des attaques spéciales via un menu dédié, ralentissant le temps quand y accédez. Ces attaques spéciales sont soit dédiées aux personnages (chacun a les siennes, et vous pouvez même utiliser celles d’un personnage que vous ne contrôlez pas à l’instant T), soit peuvent être ajoutées à chacun d’eux via les matérias (des orbes renfermant des attaques spéciales, échangeables à volonté entre les personnages). Ces différents systèmes peuvent être résumés à un savant mélange entre beat’em all classique et combats au tour par tour. Ca n’a l’air de rien présenté comme ça, mais manette en main, ce système de jeu est tout simplement grisant ! Et si vous êtes hermétiques à ce changement, un système « classique » au tour par tour où vous ne gérez que la partie ATB est de la partie, même si celui-ci ne sera accessible qu’en mode Facile. Ceci dit, ne vous sentez pas honteux d’y avoir recours tant le mode Normal est déjà bien corsé. Par ailleurs, n’oubliez pas la personnalisation de vos personnages. Armes, équipements, matérias… Ne négligez aucun aspect de vos personnages tant le moindre élément pourra faire pencher la balance en votre faveur pendant les affrontements.

Mais Final Fantasy 7 Remake ne se résume évidemment pas aux combats qui n’occuperont qu’une partie de votre aventure. Les autres parties seront dédiées notamment à l’exploration, avec de nombreux lieux et personnages à découvrir, des quêtes secondaires plus ou moins inspirées à remplir, des objets à collecter, des phases de jeux spéciales comme des niveaux à moto… Le studio avait clairement annoncé vouloir profiter de ce remake pour enrichir Midgar : en faisant passer la durée de vie de cette partie de l’histoire d’une petite dizaine d’heures dans le jeu original, à plus  d’une trentaine d’heures dans ce remake, inutile de dire que la promesse a été tenue.

 

Final Fantasy VII Remake : nos impressions !
Vous l’aurez compris : que l’on soit adepte ou non du jeu original, Final Fantasy 7 Remake est de ces jeux aptes à vous imprégner durablement une vie de joueur, qu’importe ses menus défauts ou la comparaison avec le premier FF7. Impressionnant tant en termes visuels que sonores (vindiou, quelle BO !), ce premier épisode, malgré ses allures « d’introduction de luxe », est également un vrai plaisir à arpenter, bien aidé par une intrigue faisant la part belle à des personnages iconiques et surtout un système de combat à la fois nerveux et stratégique très bien trouvé. La question est désormais : à quand la suite de l’histoire ?
9
Plus d'articles
Sortilège : Test DVD