Réalisateur
Alfred Hitchcock
Acteurs
Grace Kelly, James Stewart, et Wendell Corey
Pays
USA
Genre
Policier et Thriller
Durée
Titre Original
Notre score
9

A cause d’une jambe cassée, le reporter-photographe L. B. Jeffries est contraint de rester chez lui dans un fauteuil roulant. Homme d’action et amateur d’aventure, il s’aperçoit qu’il peut tirer parti de son immobilité forcée en étudiant le comportement des habitants de l’immeuble qu’il occupe dans Greenwich Village. Et ses observations l’amènent à la conviction que Lars Thorwald, son voisin d’en face, a assassiné sa femme. Sa fiancée, Lisa Fremont, ne le prend tout d’abord pas au sérieux, ironisant sur l’excitation que lui procure sa surveillance, mais finit par se prendre au jeu…

L’avis de Fabien

Thriller tendu mené de main de maître, Fenêtre sur cour (Rear Window) est une illustration imparable d’un des thèmes chers au grand Alfred Hitchcock, le voyeurisme, doublée d’une métaphore sur l’art cinématographique.

Avec une ouverture sur le décor unique, un travelling avant vers la cour et le voisinage du personnage principal, le dispositif filmique donne toute son importance au plan subjectif, le récit étant basé selon le point de vue d’un voyeur avec une alternance de trois plans : un plan sur James Stewart qui regarde/ un plan subjectif/ un plan sur la réaction de James Stewart. Le décor est une succession de fenêtres ouvertes sur l’intimité des voisins du reporter-photographe L. B. Jeffries dont le réalisateur raconte pour chacun une tranche de vie comique (le couple de jeune marié, les amours de Miss Torso) ou mélancolique (la solitude de Miss Lonely hearts). Le spectateur est ainsi invité à découvrir avec Jeffries le spectacle de la cour.

Le personnage de Jeffries dont le métier est l’image est ainsi un double du réalisateur : il observe l’espace et les gens, classe les données récoltées et élabore  un scénario plein de suspense. Il épie à l’oeil nu puis utilise des outils optiques, une paire de jumelles et un appareil photo avec téléobjectif. Parmi ces habitants un homme, au comportement étrange, attire particulièrement l’attention de Jeffries qui va entraîner dans une enquête dangereuse sa fiancée et son infirmière.

James Stewart incarne avec sa classe légendaire cet apprenti enquêteur aux côtés de la sublime Grace Kelly dont l’apparition à l’écran est filmée comme un rêve d’une troublante sensualité.

Désormais disponible à l’unité en blu-ray avec une image restaurée, ce classique inoxydable qu’est Fenêtre sur cour n’a pas fini d’exercer sa redoutable séduction sur les spectateurs du monde entier.

rearwindow

Test blu-ray

Technique

Après la sortie en octobre dernier d’un beau coffret blu-ray regroupant 14 titres du maître du suspense, Universal sort ces films en haute définition à l’unité.

Avec une des plus belles images de cette vague de titres policiers, Fenêtre sur cour présente un master propre et stable qui révèle des détails invisibles en sd. Si quelques plans flous subsistent et un léger bruit accompagne le visionnage, l’ensemble s’avère très satisfaisant et se savoure avec délectation. Comme souvent privilégier la vo bien plus dynamique que la piste française avec une belle présence de la musique et des bruits d’ambiance de la cour.

Bonus

Les suppléments de cette édition hd sont une reprise des passionnants bonus de l’édition dvd parue en 2010 à savoir :

Commentaire audio du biographe John Fawell

« L’éthique de Fenêtre sur cour »  (55′) : documentaire rétrospectif avec multiples interventions de réalisateurs comme Curtis Hanson et extraits d’enregistrements audios avec Peter Bogdanovich et Alfred Hitchcock.

Discussion avec le scénariste John Michael Hayes (13′)

« Le cinéma pur : à travers les yeux du maître » (25′) : dans ce documentaire émaillé d’extraits de films des cinéastes de renom comme Martin Scorsese, William Friedkin ou bien Guillermo Del Toro louent l’art du montage du maître où images et sons sont combinés pour produire des effets puissants.

« Repousser les limites : le son d’Alfred Hitchcock » (23′) : dans le prolongement du module précédent un zoom sur l’utilisation du son dans l’oeuvre de Hitchcock.

Morceaux choisis Hitchcock / Truffaut : extraits de l’interview audio d’Hitchcock par Truffaut pour son livre « Hitchcock » (16′), un bonus passionnant pour les cinéphiles, les étudiants en cinéma.

Les maîtres du cinéma (34′) : émission Masters of cinéma consacrée au réalisateur de Fenêtre sur cour.

Photos du tournage

Fenêtre sur cour
9
Plus d'articles
Sortilège : Test DVD