The Hunt : le test blu-ray

Réalisateur
Craig Zobel
Acteurs
Betty Gilpin, Hilary Swank, et Wayne Duvall
Pays
USA
Genre
Action et Thriller
Durée
91 minutes
Date de sortie
22/06/2020 (salle) - 30/09/2020 (blu-ray)
Notre score
7

Sur fond d’obscure théorie du complot sur internet, un groupe de dirigeants se rassemble pour la première fois dans un manoir retiré, afin de se divertir en chassant de simples citoyens américains. Mais leurs sombres desseins vont être mis en péril par Crystal, une de leurs proies, capable de les battre à leur propre jeu. La jeune femme renverse les règles, et abat un par un les chasseurs qui la séparent de la mystérieuse femme qui tire les ficelles de ce passe-temps macabre.

Production Blumhouse, réalisée par Craig Zobel (Compliance) et scénarisée par Nick Cuse et Damon Lindelof (The Leftovers, Watchmen), The Hunt, après une carrière en salle compliquée (entre une polémique aux USA lancée par Trump et des médias conservateurs et une pandémie mondiale), débarque en blu-ray en France chez Universal Pictures. Séance de rattrapage.

Entre Les chasses du comte Zaroff et Hostel, The Hunt et sa sauvage chasse à l’homme (à la femme), dépeint avec un humour acide une société américaine violente, déchirée par la lutte des classes. Sur cette base de film de genre ultra-violent, les auteurs s’en donne en effet à coeur joie dans la satire politique corrosive : la droite, avec en tête son « magouilleur politique » Trump, ses tweets, ses propos sur le mythe du réchauffement climatique, la stigmatisation des réfugiés et le culte des armes, en prend plein la tête tout comme la gauche et les élites libérales qui traquent des « déplorables » (Hillary Clinton avait prononcé ce mot en 2016, lors d’un événement de levée de fonds à New York, en pleine campagne présidentielle, pour qualifier les électeurs de son rival, Donald Trump) avec un sadisme et une haine de l’autre égaux à ceux qu’ils chassent, des gibiers humains constitués d’homophobes, de conspirationnistes, de suprémacistes, d’amateurs d’armes. Zobel et ses scénaristes renvoient donc dos à dos les riches libéraux, bobos plus attentifs à leur consommation de sucre et à la protection des espèces animales qu’à la vie de leur voisin et les ruraux conservateurs à faible éducation (« fucking rednek » prononcé plusieurs fois) dans une satire divertissante et jubilatoire. Le but des auteurs est clairement de proposer un thriller divertissant, plein de références ciné allusives (pas mal de Tarantino) ou directes (« Ils nous refont Avatar! » lancé par une victime criblée de flèches avant de trépasser) et qui fasse réfléchir sur la politique actuelle et l’histoire américaine notamment.

Pour atteindre ce but The Hunt dégaine l’ironie (le Manoirgate, au départ une plaisanterie entre riches de gauche, devient une réalité après que leurs textos aient fuités et leur carrière professionnelle remise en cause), l’humour noir et le gore, un festival de têtes explosées, de corps déchiquetés dans des mise à mort outrancières et cartoonesques. Malin, le film utilise le ressort de la chausse trappe narrative, joue avec les attentes et certitudes du spectateur concernant l’identité de l’héroïne ou du héros au fur et à mesure que les personnages sur lesquels la caméra s’attarde pour quelques gros plans se font dessouder. L’héroïne se révèle être une ancienne militaire bad ass interprétée par Betty Gilpin (une belle découverte) dont les mimiques, les réactions et les réparties (« Merci pour votre service » avant de tuer un militaire/consultant sur le film Les larmes du soleil!) surprennent, souvent en décalage avec les évènements. The Hunt se clot en apothéose par son combat de 5′ avec la CEO d’une grande entreprise jouée par Hilary Swank, viscéral et dément (petite pause et demande formulées « Une seconde », « Plus de vitre » entre deux coups et projection d’ustensiles de cuisine !) à la hauteur du cat fight de Kill Bill 2 et avec référence à La ferme des animaux d’Orwell.

Généreux en giclées de sang et shots d’humour noir, The Hunt est une satire décapante et nerveuse derrière le thriller divertissant. Une bonne surprise.

Technique
Définition excellente, piqué acéré, couleurs soutenues dont le rouge sang, la copie est superbe. Côte son c’est également du lourd avec de nombreux effets et bruitages ventilés généreusement sur les enceintes.

Bonus
Ce disque blu-ray Universal Pictures propose comme suppléments 3 courtes featurettes. Dans la première consacrée au tournage, L’univers de The Hunt (5′), le réalisateur Craig Zobel s’exprime sur ses intentions : « Notre but était vraiment qu’on s’amuse du début à la fin. On espère que ça vous fera réfléchir, que ça va vous marquer et que vous direz à la personne à vos côtés « Ca parle de l’idée fondamentale que l’humanité sera toujours divisée en 2 idéologies politiques distinctes » ». La featurette suivante Dans les coulisses des meurtres (3′) est un focus sur les morts les plus spectaculaires. Enfin le module Athena vs Crystal : chasseur ou chassée ? (3′) présente l’entrainement des 2 actrices principales, Betty Gilpin et Hilary Swank, et le tournage de leur affrontement avec 2 styles de combats.

The Hunt : le test blu-ray
7
Plus d'articles
Liberté : Test DVD