Peggy Sue s’est mariée : le test blu-ray

Réalisateur
Francis Ford Coppola
Acteurs
Barry Miller, Kathleen Turner, et Nicolas Cage
Pays
USA
Genre
Comédie dramatique et Romance
Durée
103 min
Date de sortie
1986 (salle) - 17/07/2021 (blu-ray)
Notre score
9

La quarantaine passée, Peggy Sue vient de se séparer de Charlie, son grand amour de jeunesse. Un soir, elle se rend à la fête des anciens du lycée Buchanan, classe 1960 : Peggy Sue retrouve tous ses camarades d’alors et se fait élire reine de la soirée. Mais lorsqu’elle découvre Charlie dans l’assemblée, la voilà qui s’évanouit… pour se réveiller vingt-cinq ans plus tôt, à l’infirmerie du lycée !

Après l’échec de Coup de coeur en 1982, Francis Ford Coppola accepte des films de commande comme Cotton club (1984) et Peggy sue s’est mariée (1986) afin de renflouer sa société Zoetrope Studios. Peggy sue s’est mariée (Peggy Sue Got Married) fait partie des belles oeuvres intimistes des années 80 de cet immense réalisateur, comme Rusty James (1983) ou Jardins de pierre (1987) également édité par Carlotta ce mois-ci.

Peggy sue s’est mariée s’inscrit dans ce sous-genre de la comédie sentimentale qu’est la comédie de remariage dont les plus illustres représentants sont La dame du vendredi d’Howard Hawks et Indiscrétions de Georges Cukor tous deux datés de 1940. L’opération du remariage se fait ici dans le cadre d’un voyage temporel : lors du bal de promo des anciens étudiants, Peggy Sue (Kathleen Turner) s’évanouit et se retrouve plongé en 1960 au lycée où elle est tombée amoureuse de son futur ex-mari Charlie (Nicolas Cage).

Avec son récit déployé sur deux temporalités, les années 80’s et les 60’s, Peggy sue s’est mariée développe le thème de l’exploration du temps présent dans une grosse partie de l’oeuvre de Coppla, Le Parrain 2 (1974), Dracula (1992), Jack (1996) ou bien encore L’homme sans âge (2007). Il est également question du thème de la famille cher à Coppola, la famille disloquée, désunie, à recomposer et retrouver. Ce voyage temporel dans le passé aura permis à Peggy de réenchanter le présent; elle ne modifie pas son passé pour assurer son avenir, elle y effectue d’infimes retouches, prenant le temps d’emmagasiner des détails, des souvenirs pour in fine réactiver cet amour adolescent. Ce voyage dans le passé, cette plongée dans l’Amérique disparue, chérie, celle de son enfance (et celle de son réalisateur), est en effet l’occasion pour Peggy de revivre et de savourer, avec sa maturité de femme (« je suis une pin-up moderne »), de petits moments banals et ordinaires mais précieux car ils ne sont plus, auprès de personnes autrefois délaissées ou négligées (sa soeur, ses grands-parents). Comme la plupart des films des années 80 de Coppola, Peggy sue s’est mariée est traversé par les thèmes de l’innocence perdue, le poids des regrets, la nostalgie d’une période révolue.

Une profonde mélancolie se dégage de ce voyage dans le temps qui est un conte de fées raconté de main de maître par Coppola. Le pont entre les deux périodes est assuré par une épatante mise en scène : des éléments du décor comme une télévision, les coiffures et les vêtements des 80’s ont une patine rétro 60’s, un ballon de baudruche permet de raccorder deux plans situés sur deux strates temporelles. De plus citons ces deux magnifiques plans en miroir, en ouverture et clôture, de ce film touchant et bouleversant porté par Kathleen Turner dans son meilleur rôle.

Peggy Sue s’est mariée est un Coppola sentimental et mélancolique à (re)découvrir.

Technique

Des couleurs éclatantes, un piqué solide, une belle patine argentique : la copie est sublime. La VO 5.1 propose une expérience sonore plus riche que la VF, elle en 1.0.

Bonus

Cette édition blu-ray Carlotta propose comme bonus unique une passionnante analyse du film par Jean-Baptiste Thoret (23′) qui, après avoir inscrit le film dans le genre de la comédie de remariage, évoque les thèmes chers à son réalisateur et propose une lecture plus politique du film inscrit dans les 80’s de l’Amérique triomphante des Spielberg, Lucas, Zemeckis et co.

Peggy Sue s’est mariée : le test blu-ray
9
Plus d'articles
Made in Hong Kong : le test blu-ray