Le musée des merveilles

Réalisateur
Todd Haynes
Acteurs
Julianne Moore, Millicent Simmonds, et Oakes Fegley
Pays
USA
Genre
Drame
Durée
117 min
Titre Original
Wonderstruck
Notre score
7

Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Avis de Manu

Todd Haynes livre avec Le musée des merveilles son film le plus accessible, faisant de son long-métrage une ode à l’enfance et à l’émerveillement.

Prenant son temps, l’histoire se promène entre deux époques dans un New York des plus séduisants, entre découverte de sa sublime architecture et récit d’aventure initiatique. Il convoque tour à tour une certaine idée du cinéma comme l’évocation de ce que peut procurer l’imaginaire, les images, les sons. Dans sa forme propre le film fait preuve d’un savoir-faire indéniable, Todd Haynes l’a déjà prouver au cœur de sa filmographie mais la certaine lenteur, voire longueur, que prend l’histoire par moment impose des parenthèses à cet enchantement de fond et de forme, constamment sublimé par la photo d’Edward Lachman (Carol, Far From Heaven). L’effet de montage parallèle entre deux époques n’y est pas pour rien et impose à l’histoire de trop grandes respirations par moments. Rien qui n’entache la qualité de l’ensemble où on retrouve une fois encore la muse du réalisateur, Julianne Moore, et l’inscrit encore plus comme une des plus grandes actrices de sa génération tant la finesse de son jeu lui permet tout.

Adaptation réussie du roman de Brian Selznick (Hugo Cabret), Le musée des merveilles qui en dépit d’une certaine apesanteur parfois un peu lente, offre un moment de cinéma plein de charme, de l’imperceptible et inconscient à celui ressenti à travers l’onctueuse mise en scène de Todd Haynes.

Le musée des merveilles
7
Plus d'articles
L’Abominable Dr Phibes : Test Blu-Ray