Le Lion et le Vent : le test blu-ray

Réalisateur
John Milius
Acteurs
Brian Keith, Candice Bergen, John Huston, et Sean Connery
Pays
USA
Genre
Aventure
Durée
120 min
Date de sortie
1975 - 11/11/2020 (blu-ray)
Notre score
5

Maroc, 1904. Un conflit oppose la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Le chef Berbère El-Raisuli, « Le Magnifique », enlève Eden Perdicaris, une jeune américaine et ses deux enfants. Par cet enlèvement, il veut provoquer un incident diplomatique et s’opposer au sultan Abdelaziz, compromis avec les puissances occidentales.

Après un premier long métrage consacré à Dilinger en 1973, John Milius, remarqué pour son scénario de Jeremiah Johnson (1972), se voit confier 4,5M de $ en 1974 par la MGM et la Columbia pour mettre en scène un film d’aventure exotique en s’inspirant d’un fait divers survenu au Maroc au début du vingtième siècle. Librement inspiré de l’affaire Perdicaris, en 1904 un millionnaire américain et sa famille sont enlevés à Tanger par un chef tribal berbère en échange d’une rançon afin de provoquer la chute du régime marocain qu’il accuse d’être à la solde des européens, Le lion et le vent est selon son réalisateur pensé comme « un conte de fées pour adultes », « un film d’aventures pour garçons à la Kipling ».

Le récit alterne scènes aux USA avec le président Roosevelt en campagne et à la chasse dont la politique du « gros bâton » va conduire les américains à une intervention militaire et le renversement du régime marocain et des scènes dans le désert marocain avec les otages et le chef berbère. Milius, visiblement autant fasciné par le président américain que par le brigand berbère (pour Robert A.Fearey, du bureau d’Etat contre le terrorisme de la présidence Nixon et assistant de Kissinger, Raisuni et son islamisme radical est le précurseur du terrorisme international), les met en parallèle, dans la position de héros légendaire. Film vu à hauteur d’enfant pour Milius, le fils américain kidnappé qui va vivre cette épreuve dramatique comme une aventure épique, Le Lion et le vent mélange diverses tonalités, de la sauvagerie barbare (la décapitation par Raisuni d’un ennemi d’une autre tribu) à la sensualité éthérée (les scènes de répulsion/séduction entre l’otage jouée par Candice Bergen et son ravisseur interprété par Sean Connery) en passant par l’épique guerrier (un duel à cheval où Raisuni est mis en scène comme un chevalier flamboyant). Le film dit la fascination de Milius qui se définit comme « un anarchiste zen » pour les armes à feu, voir la scène de la chasse présidentielle à l’ours et son point de vue sur l’impérialisme américain en mettant en scène avec lyrisme une démonstration de force de la puissance US en terre étrangère. Le lion et le vent est donc un film désuet autant par son imagerie, un film d’aventure exotique à l’esthétique romantique inspiré par Lawrence d’Arabie jusque dans la musique signée Jerry Goldsmith, tourné en Espagne avec un acteur écossais dans le rôle d’un chef berbère que d’un autre temps par son propos, éloge du conflit armé. Quelques scènes épiques et l’interprétation pleine d’ironie et de malice du regretté Sean Connery retiennent l’attention. Si son travail sur le scénario d’Apocalypse Now (1979) et sa mise en scène de Conan le barbare (1982) restent dans les mémoires des cinéphiles, le reste de la carrière de John Milius (L’aube rouge, Extrême préjudice, Le vol de l’intruder, Géronimo…) sera un enchaînement d’échecs artistiques et financiers, l’écartant peu à peu d’Hollywood, à l’image de ses héros condamnés à une vie de solitude.

Technique

Couleurs chaudes et piqué solide sont au programme de cette belle copie proposée par Rimini Editions. Sur le plan sonore la piste VO est à privilégier à son homologue VF pour la qualité de son mixage bien plus équilibré notamment pour le placement des voix.

Bonus

Le principal supplément ce disque blu-ray signé Rimini Editions est un intéressant portrait du réalisateur par le journaliste du Monde Samuel Blumenfeld (43′). Est ajouté un commentaire audio consacré à la musique de Jerry Goldsmith, avec 4 intervenants invités grâce à leur podcast dédié à la musique de Jerry Goldsmith, « The Goldsmith Odyssey ». Enfin cette édition comprend un livre de plus de 100 pages avec une préface de John Milius.

Le Lion et le Vent : le test blu-ray
5
Event status
Not started
Plus d'articles
The Hunt : le test blu-ray