L’Abominable Dr Phibes : Test Blu-Ray

Réalisateur
Robert Fuest
Acteurs
Joseph Cotten et Vincent Price
Pays
Grande Bretagne
Genre
Horreur
Date de sortie cinéma
1971
Date de sortie Blu-ray/DVD
02/09/2020
Notre score
8

ESC Editions poursuit sa chevauchée héroïque en matière de restauration du cinéma d’exploitation britannique avec un nouveau titre dans sa collection British Terrors : L’abominable Dr Phibes.
Le film réalisé par Robert Fuest en 1971 mêle la recette des films arborant la collection de l’éditeur français en proposant une oeuvre à la rencontre des genres entre cinéma policier et film fantastique.

L’article s’organisera en deux axes :

I) La critique de L’Abominable Dr Phibes

II) Les caractéristiques techniques de l’édition DVD

L’avis de Quentin : 

I) La critique de L’Abominable Dr Phibes

Après s’être essayé à la comédie romantique avec Just Like A Woman, au thriller avec le formidable And Soon The Darkness ainsi qu’à l’adaptation d’un classique littéraire avec Les Hauts De Hurlevent, Robert Fuest se lance dans le cinéma d’horreur, directement inspiré par les studios de la Hammer, officiant pour le compte de American International Pictures avec L’Abominable Dr Phibes, dans l’espoir de créer une nouvelle entité au coeur d’un cinéma d’épouvante lassé des figures du Loup-Garou, de Dracula, de l’Homme Invisible et autres Docteur Jekyll Et Mister Hyde.

Le long-métrage nous fait suivre les préparatifs et exécutions, planifiées et perpétrées par le Docteur Phibes interprété par Vincent Price, figure incontournable du cinéma d’horreur britannique bien connu pour ses rôles dans La Chambre Des Tortures ou encore L’Homme Au Masque De Cire. Derrière les traits du Docteur Phibes, figure terrifiante à la lisière du fantastique, l’acteur anglais va de manière méticuleuse organiser la mise à mort de dix médecins responsables du décès de sa chère et tendre. A chaque exécution, l’inventivité ainsi que l’esprit retors de cet homme, blessé et transformé en tueur impitoyable par le désir de vengeance,  vont se révéler à la fois effroyable mais également fascinant aux yeux du spectateur. Le film ne fait jamais de pause, n’ancrant jamais de longueur dans ce dernier, faisant monter de manière crescendo et jouissive l’enchaînement de ces meurtres à la fois visuellement esthétique et singuliers.

Le parcours de l’abominable Docteur Phibes, au fur et à mesure des meurtres est traversé par le cheminement d’une enquête policière qui prend place sous la forme d’un jeu de piste au fur et à mesure que les cadavres apparaissent.
De la sorte le film de Robert Fuest mêle de nombreuses cartes en matière de cinéma d’exploitation passant du policier britannique au film de monstre inspiré de la Hammer sans jamais renier quelques gouttes éparses d’humour british donnant au film un relief particulièrement envoûtant mais avant tout … délicieux. Le long-métrage réussit à emprunter à ces prédécesseurs sans jamais verser dans la copie. Il passe d’idées en innovations qui sont les bienvenus, dans cette frange cinématographique à cette époque.

La structure du film recycle à la fois celle du Fantôme de L’Opéra, lui incorporant une lecture de la vengeance à travers les malédictions antiques. Le réalisateur réussit d’ailleurs de manière habile à se débarrasser du poids du cinéma de style gothique, prenant régulièrement ses racines sur des symboliques chrétiennes, en lui imposant ici une lecture à travers des symboles se rapportant au judaïsme, et plus globalement aux dix plaies d’Egypte.
Ainsi, Docteur Phibes, de manière ritualisée, va exécuter les médecins responsables de la mort de sa femme, un par un, mettant en scène de manière chronologique les dix plaies d’Egypte. Le choix est particulièrement intéressant et nous porte d’une mise en scène assez classique avec une structure répondant aux schémas du cinéma criminel anglais avec deux policiers rappelant le duo Sherlock et Watson en version gauche, nous guidant de façon progressive vers des recoins fantastiques admirables et effrayants, ravivant la flamme de la sphère cinématographique inspirée par la Hammer. Le film rappelle que la malédiction ou les mythes n’ont perdu leur emprise que par le poids du temps, et que in fine, en les convoquant de manière ritualiste, leur puissance en sommeil aurait alors les armes pour se réveiller et se rappeler aux âmes des vivants, de manière apocalyptique.

Mais au-delà d’ancrer une lecture nouvelle au cinéma d’horreur originaire des terres de la Reine, L’Abominable Docteur Phibes est une mine d’horreur pour saisir le cinéma d’horreur contemporain du Phantom Of The Paradise à la saga Saw.
De la sorte, le personnage du Docteur Phibes dépossédé de sa voix et parlant par un boitier amplificateur, planifiant ses actes devant son orgue  rappelle sans hésitation le personnage de Winslow Leach dans Phantom Of The Paradise réalisé par Brian De Palma en 1974.
La façon de ritualiser les meurtres en les mettant en scène à la manière des dix plaies d’Egypte rappelle également le Modus Operandi, autour des sept péchés capitaux, de John Doe incarné par Kevin Spacey dans Seven en 1995 réalisé par David Fincher.
Enfin, certaines mises en scène de meurtres avec des pièges dont certaines victimes peuvent se tirer en réalisant une épreuve dans un temps imparti rappellent le Saw de James Wan. Certains pièges tout particulièrement réveilleront des souvenirs enfouis pour les fans de la série entre clés dissimulés dans la cage thoracique, acide chloridrique ou encore masque mécanique mortel. Vous êtes prévenus L’Abominable Docteur Phibes fait parti des racines robustes du thriller ainsi que du cinéma horrifique moderne.

L’Abominable Dr Phibes est un incontournable du cinéma d’horreur britannique. Le film a su combiner les codes du cinéma de son époque et placer, stabiliser, des bases sûres pour le cinéma que nous connaissons aujourd’hui. Le film de Robert Fuest a su créer une entité originale et effroyable sous les traits du Docteur Phibes qui, bien qu’oubliée avec les décennies, a toute sa place au coeur du cinéma horrifique comme figure de proue.

 

II) Les caractéristiques techniques de l’édition Blu-ray

Image :

Le transfert Haute-définition que propose ESC pour cette nouvelle sortie dans sa collection British Terrors est particulièrement soignée. Au delà des quelques rares poussières qui traversent le film et des séquences endommagées que l’on peut compter sur les doigts d’une main, où le grain est présent, tout est radieux sur le Blu-ray de l’Abominable Docteur Phibes.
Du piqué laissant les décors tout comme les visages s’exprimer et se mouvoir sous l’objectif de Robert Fuest, jusqu’à l’éclatant travail autour de la colorimétrie donnant un véritable bain de jouvence au film, tout est proprement et professionnellement calibré.

Note image : 4/5

Son :

Deux pistes sont proposées pour découvrir L’Abominable Dr Phibes :

  • Version originale Dual Mono Sous-titrée : La version originale reste comme bien souvent la piste de référence pour découvrir et profiter pleinement de l’oeuvre de Robert Fuest. La proposition est stable et offre un bel équilibre qui ne sature presque jamais entre les graves et les aigus. Les voix sont correctement mixées pour laisser chacune des fréquences résonner et offrir au film une lecture réussie.
  • Version française Dual Mono : Le doublage français fait perdre une grande partie de son charme à l’oeuvre de Robert Fuest, le rencardant aux arcades obscures du cinéma bis où le film n’a aucunement sa place. Les voix sont mises en avant écrasant la bande originale ainsi que les effets sonores indispensables pour laisser le film prendre son envol. Une piste qui se réservera aux soirées entre amis pour s’offrir de belles tranches de rire.

Note son : 3,5/5

Suppléments :

Un  unique supplément est proposé par l’éditeur français et la qualité est présente au cours de cette petite heure de présentation et analyse de L’Abominable Dr Phibes par Pascal Françaix. Le critique et essayiste revient sur la genèse du film, jusqu’à sa réception en salle et l’avenir de la franchise en passant par le choix du réalisateur, des acteurs mais également sur la transformation entre le sombre scénario d’origine et la transposition qu’en a faite Robert Fuest. Il aborde de manière complète cette oeuvre et donne de nombreuses anecdotes et références pour mieux apprécier cette dernière.

Note suppléments : 4/5

 

L’Abominable Dr Phibes : Test Blu-Ray
8
Plus d'articles
La Trilogie De Koker d’Abbas Kiarostami : Test Blu-ray