CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Suicide club

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: Jisatsu saakuru
 
Durée: 99
 
Realisateur: Sion Sono
 
Acteur: Ryo Ishibashi,Masatoshi Nagase,Akaji Maro
 
Pays: Japon
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 2 décembre 2008 by

 
Full Article
 
 

54 lycéennes se jettent simultanément sous une rame du métro, considéré comme un « fait divers », il s’agit en réalité d’une vague de suicides qui se répandre à vive allure dans tout le pays. Kuroda, un détective est chargé de l’enquête…

 
L’avis de Yanick « Wolverine » RUF : ATTENTION : un film à ne pas mettre en toutes les mains. Le scénario et le visuel sont de nature assez chocante et perturbante.

Tout commence avec un suicide de 54 jeunes lycéennes qui n’ont apparemment rien à voir les unes avec les autres. Elles viennent d’écoles différentes et ne se connaissent apparemment pas. Mais quelle scène d’intro époustouflante! A première vue, le film semble filmé bizarrement et on peut avoir une impression assez négative. Néanmoins, en voyant ce spectacle de jeunes filles massacrées par le train sous lequel elles se jettent, on comprend tout de suite que l’on entre dans une dimension hallucinante! Et cela ne fera qu’empirer en avançant dans le film. Car comme son titre l’indique, il ne va être question ici que de suicide…. mais en est-ce réellement…. C’est en partant de ce fait de société que le réalisateur SONO SION a écris son histoire, véritable révolte contre une ville hyperactive (il nous expliquera tout cela en détail dans les bonus du DVD). Il va aborder, en plus des suicides de masses ressemblant à ceux des légendaires lemmings, l’utilisation d’internet. Internet qui sert à véhiculer l’information plus vite que ne le font les autres médias, surtout auprès des adolescents. Mais aussi, Internet qui permet de créer des « communautés secrètes » malsaines. Alors peut-on encore réellement penser qu’il s’agisse d’autodestruction de la personne ou tout simplement de meurtre par influence…. Tout cela nous laisse une impression gore et malsaine….

 

 

Les suicides sont époustouflants : entre les sauts classiques du haut des toits, les têtes dans le four allumé, le comique qui se plante un couteau dans la gorge,…) tout y est passé au crible et on ne reste pas au simple et banal fait divers. Entre tout ces effets sanguinolents, un scénario subtil se mettra en place pour nous plonger dans la plus pénible des horreurs. Le tout accompagné par une musique d’ado et ses paroles populaires à priori, mais qui possèdent un message subliminal. Message qui sera décodé sur la fin, mais pourtant évident…

 

 

Certes pas mal de passages resteront assez confus, mais le résultat est bien là. On a droit à un film efficace, qui nous fait réfléchir sur la situation actuelle du Japon, avec une question tellement grave : a-t-on le droit d’empêcher quelqu’un de choisir s’il veut vivre ou mourir ? ……. Rassurez-vous, tout ce pessimisme ambiant sera atténué par un générique de fin qui est un véritable hymne à l’amour et à la vie.

 

 

 

Coté bonus : Une interview du réalisateur SONO SION qui nous expliquera qu’il compare sa façon de filmer la famille japonaise à la façon d’OZU en son temps. Cette entretien est réalisé par nul autre que le spécialiste du Japon Julien SEVEON. C’est également lui qui nous concoctera le documentaire « voyage au pays du suicide » qui accompagne également cette édition prestigieuse. Il reviendra sur ce « phénomène de société » qu’est le suicide. Pourquoi et comment y en a-t-il autant au Japon ? Il fera un rapprochement avec l’utilisation d’Internet et répondra à un grand nombre de questions que l’on peut se poser sur l’ »art » de mettre fin à ses jours.




 

 

Du hara-kiri du samouraï jusqu’au suicide amoureux en couple, voire en famille (enfants, parents, grands parents), en passant par les kamikazes de la deuxième guerre mondiale. On apprendra donc tout sur le « vrai » hara kiri réalisé avec un soucis du détail propre aux japonais (notamment que la tête ne doit pas être tranchée complètement, mais rester accrochée au corps). Pour finir, il fera un petit tour d’horizon des films consacrés à ce sujet tabou au japon (the suicide manual,…) et bien entendu les fameux manga qui ne pouvaient passer outre ce sujet brûlant, à commencer par l’adaptation du maintenant célébrissime « suicide club ».

 

Attention scènes gores au rendez-vous

 

Pour ceux qui trouvent la jaquette du DVD assez bizarre, rassurez-vous, vous comprendrez sa signification en voyant le film, de même que pour le visuel du DVD. Cette édition comporte également le film « suicide club 0 », un prequel du film dont nous vous feront bientôt la critique.

 

 

Le train en provenance de Tokyo va entrer en gare….

 

 

 

3… 2… 1… sautez

 


zast

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)