CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Comme Si De Rien N’était

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur:
 
Genre:
 
Pays:
 
Titre Original: Alles Ist Gut
 
Durée: 90 minutes
 
Date de sortie: 3 avril 2019 Sortie VOD : 03/07/2019
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 3 juillet 2019 by

 
Full Article
 
 

L’avis de Quentin :

Comme Si De Rien N’Etait, est un film allemand réalisé par  Eva Trobisch. Le film a été multi-récompensé lors de sa tournée des festivals recevant le prix de la critique allemande à la Berlinale, le prix du meilleur premier film à au festival du film de Locarno mais également le prix du nouvel espoir féminin au festival du film de Munich. Néanmoins, comme souvent depuis ces dernières années, malgré que le film ait été plébiscité, sa sortie en salle dans l’hexagone fut très discrète.

Trois mois après sa sortie, Wild Side décide alors de nous proposer une sortie du film par le biais de la VOD. Cinéalliance.fr a eu le plaisir de découvrir le premier film de la réalisatrice allemande.

L’oeuvre de Trobisch, revient sur la vie d’une jeune femme ayant subi une agression sexuelle. Comme Si De Rien N’Etait parvient de manière habile et subtile à dresser le portrait de cette femme, de ses peurs, de ses doutes et de cette nouvelle vie malgré elle. Le film en aucun cas se joue à genrer les personnages. La réalisatrice n’a que faire des schémas habituels proposés avec d’une part les femmes victimes et de l’autre, les hommes prédateurs. Elle parvient avec finesse à accuser des individus et non pas des sexes. On y découvre une héroïne forte, indépendante qui redoute d’accepter l’agression subie, elle ne veut en aucun cas être prise en pitié et encore moins être étiquetée en tant que victime de viol.

Cette vision relève une perception problématique de nos sociétés. Les personnes ayant subi une violence, qu’elle soit physique ou morale, ne souhaitent pas toujours faire part de leurs mésaventures. Ils ou elles ne veulent pas devenir des individus avec une vie réduite à l’instant de leur agression. Vision d’autant plus pertinente lorsque l’on connaît le difficile parcours des femmes à la fois social ou professionnel pour parvenir à s’épanouir de manière égalitaire à celle d’une société vue et gérée depuis plusieurs siècles par l’œil masculin. La victime ne veut alors pas devenir coupable de sa propre chute, et le film touche exactement cette vérité, réalité.




De plus, la scène de viol  du film dépasse notre vision cinématographique et sociale actuelle, l’agresseur n’étant pas toujours un inconnu, il peut s’avérer faire parti de notre cercle d’ami, ou bien même de notre entourage proche. La manière dont est proposée cette scène entre début de camaraderie puis rapport sexuel forcé est totalement terrifiante. La réalisatrice a réussi à mettre des images sur des faits arrivant bien plus que l’on ne le croit.

On assiste à un film d’une grande violence psychologique, l’agressée travaillant dans les mêmes bureaux que l’agresseur. Elle ne dit rien et ne s’adresse qu’à cet homme, de manière relative à l’agression qu’il lui  a fait subir. Il s’agit certainement d’un film réussi traitant de cette problématique et allant réellement au fond du problème à la manière d’une psychanalyse. On ne se retrouve pas face à une volonté de vengeance meurtrière comme la plupart de temps, lorsque l’on doit traiter le sujet, mais plutôt vers un dépassement de l’inacceptable.

La réalisatrice, préfère bien plus nous faire pénétrer à l’intérieur du cortex du personnage principal pour que l’on s’interroge, se questionne de manière frontale face à cette situation, que l’on se remette en question dans nos propres rapports avec les individus. L’héroïne du film devenant de progressivement la confidente de tout de son entourage, la confidente de situations difficiles mais pour le moins ordinaire, alors que personne malgré sa chute visible aux yeux de tous ne vient vers elle pour lui demander si tout va bien. C’est certainement cette manière de dessiner une société individualiste qui est la plus percutante. Une civilisation où l’individualité dépasse tous les autres concepts, où l’échange a disparu au profit de l’égoïsme, une vie où les personnes sensibles au groupe, au partage ne peuvent que souffrir.

Néanmoins, le film souffre de par sa forme naturaliste en devenant presque caricaturale, ne tentant pas de développer une nouvelle approche visuelle, ou ambiante. Elle reprend les gimmicks des films et des œuvres lui étant chères, on pense régulièrement à Michael Haneke.

Comme Si De Rien N’Etait est un film puissant, important, qui a réussi à aborder la question de l’après agression sexuelle de manière intelligente et révoltante. Une lecture de nos sociétés pertinente qui met en avant les talents d’une jeune réalisatrice pleine d’idées et d’ambition, une cinéaste à suivre.


Quentin Tarantino

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)