0
Posted 9 février 2009 by zast in Interview
 
 

Interview de Hélène de Fougerolles


 

Pour la sortie en DVD du film Les dents de la nuit et la future sortie en salles de Mutants de David Morley, nous vous proposons notre interview de l’actrice HELENE DE FOUGEROLLES

(Le Raid, Les Gens honnêtes vivent en France, Pardonnez-moi,…) que nous avons réalisée lors de la 16ème édition du Festival du Film Fantastique de Gérardmer.

 

 

 

CineAlliance : Comment avez-vous été contactée pour Mutants ?

 

Hélène de Fougerolles : Très simplement, j’ai reçu un scénario qui s’appelait Mutants que j’ai lu et que j’ai trouvé très efficace, très bien écrit. Je ne connaissais pas David Morley et mon agent m’a donné un DVD du court métrage qu’il avait tourné qui s’appelait Morsures et qui d’ailleurs a gagné un prix ici à Gérardmer. Je me suis dis que je le regarderais plus tard mais mon agent qui est une jeune femme très dynamique m’a dit ‘tu le regardes tout de suite’ en insistant et on en discute après. Elle a vraiment insisté alors que je n’avais pas trop le temps. Dès que j’ai vu le court métrage, j’ai de suite contacté mon agent ! Et j’ai demandé à voir David. Je l’ai rencontré et je l’ai trouvé très humble, modeste et doux. Dans cette catégorie de film, j’avais déjà rencontré d’autres réalisateurs qui étaient tout le contraire de David.  Je me suis dit que David devait avoir un talent pour être comme cela ! J’ai donc insisté en lui disant que si il ne voulait pas me prendre j’allais le taper (rire). Plus sérieusement j’ai dit que si David prenait les mêmes personnes que dans Morsures (chef opérateur, …), je voulais absolument faire le film.

 

 

CineAlliance : Ce film a-t-il représenté un défi physique particulier ?

 

Hélène de Fougerolles : C’est surtout Francis (Renaud) qui va avoir un problème de peau (rire). Je n’ai pas tablé sur le glamour.  J’étais contente de jouer autre chose que la jolie fille. Les autres réalisateurs préfèrent mettre les comédiennes en jolies filles ou en grosses et moches, alors qu’ici c’est l’émotion et l’histoire avant tout. C’est la première fois où après le maquillage je me trouvais plus moche qu’avant (rire). Pourtant d’un certain côté je me trouvais très belle car en même temps c’est très « brut e». Les images sont magnifiques et je me trouve sublime. Même si j’ai des cernes, des cheveux gras, …

 

 

CineAlliance : On peut dire « la belle et la bête » ?

 

Hélène de Fougerolles : C’est moi la bête ? (rire) Oui en effet, on peut utiliser cette comparaison entre Francis et moi.

 

 

 

CineAlliance : Le film joue justement sur l’alchimie entre lui et vous…

 

Hélène de Fougerolles : Ce n’était pas évident car il est intense et moi, je suis plus posé. Mais c’est un acteur brillant, il ne joue pas, il est ! J’ai d’ailleurs eu plusieurs fois peur de lui (rire), j’ai cru qu’il allait vraiment me tuer. Francis me fait penser à un enfant.  J’ai eu de l’amour pour lui comme envers un enfant. J’ai eu envie de le protéger. Je crois que cela se voit bien dans le film car dans le film c’est un homme que j’aime plus que tout …

 

 

CineAlliance : Des appréhensions juste avant l’avant-première ?

 

Hélène de Fougerolles : Non pas au départ, mais de plus en plus de personnes me le demandent et oui maintenant je commence à en avoir ! C’est un des meilleurs films dans lequel j’ai tourné, VRAIMENT ! Je suis fière du travail que l’on a fait et de l’équipe.

 

 

CineAlliance : Quels sont vos goûts au niveau du cinéma fantastique ?

 

Hélène de Fougerolles : Je suis très calée !!! J’ai été élevé avec Stephen King car j’ai connu le genre avec les livres tout d’abord. Je ne savais pas que l’on pouvait avoir peur en lisant !!! Après j’ai aimé les films comme Dolls, L’exorciste, Les dents de la mer … Je suis comme une adolescente qui regarde un film en mangeant des popcorns. Dernièrement, j’ai adoré Rec ou Eden lake. Alexandre Aja avec La colline a des yeux a fait un chef d’œuvre. C’est dommage que le genre ne soit pas trop reconnu en France. On n’imagine pas une actrice recevant un prix en faisant un film comme cela…




 

 

 

CineAlliance : Et pour Les dents de la nuit ?

 

Hélène de Fougerolles : J’avais eu le scénario il y a 3 ans. Je voulais faire le rôle de la blonde Jessica, « la débile ». Ils ne voulaient pas me donner le rôle en disant qu’ils avaient plein d’autres actrices. Je leur ai dit que je pourrais être « débile ». Je suis venu au casting avec des faux seins (et avec une vraie palette de « blonde »). J’ai montré  que j’avais une idée de « débile » un peu subtile et j’en suis fier !!!! Je me suis bien marré !!!

 

 

CineAlliance : Vous connaissiez les réalisateurs ?

 

Hélène de Fougerolles : Un tout petit peu avec la publicité. Par contre c’est un peu bizarre de travailler avec deux personnes. D’ailleurs quand on s’adresse à eux, on dit : « Tu veux … heu non Vous voulez … ». Ils sont très sympathiques et ils ont du talent !

 

 

 

CineAlliance : Vous étiez fan des films comme Scary movie ?

 

Hélène de Fougerolles : Oui un peu. Il y a des trucs potaches. Ça va du complètement débile à d’autres trucs plus drôles. Je pense que le film va avoir une vraie vie en vidéo. Car c’est le genre de film à voir le samedi soir pour les jeunes avec des pizzas !

 

 

CineAlliance : Ce n’est pas difficile de changer de registre ?

 

Hélène de Fougerolles : Non j’ai une bonne « palette » au niveau des rôles. Par contre le public me confond souvent en me disant : Vous êtes Cécile de France ?…

Et moi: non je suis Hélène de Fougerolles !

Je ne me cantonne pas à un type de rôle, mais souvent personne ne sait dans quel rôle me prendre … Par contre quand les réalisateurs ont assez d’ouverture d’esprit, c’est génial !

 

 

En apercevant l’équipe de Mutants débarquer, toute heureuse, l’actrice nous déclare pour finir : « ça y’est, mes copains arrivent !… »

 

 

Merci à Hélène de Fougerolles pour cet entretien.


 

 

Remerciements à Tristan Tramoni  de CTV

Cet entretien a été réalisé lors de la 16ème édition du Festival du Film Fantastique de Gérardmer par Stéphane Humbert et Alex Vasiljkic. Photos de Rachel Humbert

 


zast