Star Wars Jedi – Fallen Order : nos impressions !

Sorti à la mi-novembre, Jedi Fallen Order nous embarque pour un nouveau voyage dans la galaxie Star Wars, quelques semaines avant l’arrivée au cinéma de l’Episode IX censé clore la saga Skywalker. Un « hasard » de calendrier qui, auprès des mauvaises langues, pourrait passer pour de l’opportunisme commercial afin de capitaliser sur la marque sans se soucier de la qualité du produit. Mais ce serait compter sans le studio en charge du projet et qui, depuis Titanfall 2, est rôdé dans l’art d’offrir de jolies surprises !

Si les jeux estampillés Star Wars sont monnaie courante et ce, depuis les premiers films qui avaient déjà nourri quelques adaptations vidéoludiques à leur sortie, on pourrait presque compter sur les doigts des mains les jeux ayant vraiment su s’imposer autant dans le cœur des fans que dans celui des joueurs. Or, depuis quelques années et l’avènement des titres multijoueurs qui nous ont valu notamment le retour de la saga Battlefront, ce sont surtout les jeux dédiés aux aventures solo qui se faisaient discrets, notamment depuis l’annulation du prometteur Star Wars 1313 ainsi que du projet porté par Visceral Games et Amy Hennig (Uncharted). Certes, le récent Battlefront 2 nous offrait un mode solo, mais il ne représentait pas le cœur du jeu, et il faudrait ainsi remonter jusqu’à ce bon vieux Pouvoir de la Force pour retrouver un jeu Star Wars dédié à une aventure solo de qualité (non, nous ne parlons pas de l’oubliable second opus). Et à l’heure où Electronic Arts capitalise à fond sur les aventures multijoueurs (une des raisons de l’annulation du projet d’Amy Hennig en 2017) et où Disney cherche à récupérer la mainmise sur ses licences dispersées chez des éditeurs tiers (coucou Ducktales Remastered), voir débarquer un jeu Star Wars en solo estampillé EA relèverait presque du miracle, voire de l’hallucination. Et si l’on serait d’abord tenté de penser que cette sortie relève de l’opportunisme et du développement à la va-vite avant que la licence ne risque de repartir chez Disney, ce serait toutefois omettre un détail : Respawn.

Pour vous au fond, Respawn est un studio fondé par des anciens d’Infinity Ward (créateurs de Call of Duty) à qui l’on doit Titanfall, un titre entièrement multijoueurs, dont le second volet incluait un mode solo qui, rappelons-le, représentait l’une des meilleures surprises de 2016 ! Autant dire que le studio avait fait ses preuves, et les voir à la barre d’un jeu Star Wars solo avait quelque chose de rassurant, voire grisant. Et il suffit de quelques instants dans Jedi Fallen Order pour se rendre compte que l’on ne s’était pas trompé.

Situé entre les épisodes III et IV, Jedi Fallen Order se déroule quelques années après l’Ordre 66. La plupart des Jedi sont morts, et les rares survivants se cachent pour survivre. C’est le cas de votre avatar, Cal Kestis, un ancien apprenti Jedi qui travaille désormais sur des chantiers de ferraille pour gagner sa vie. Mais il va suffire d’un écart pour que l’identité de Cal soit révélée et que notre larron se retrouve traqué par l’Empire et embarqué dans une aventure aux différents confins de la galaxie. Nous n’en dirons pas plus pour ne pas spoiler, mais entre variété des décors, travail des personnages secondaires et un scénario certes simple, mais réservant son lot de moments forts et faisant régulièrement appel au fan-service, on reste clairement dans du pur Star Wars, avec ses qualités et ses défauts, le tout enrobé de bon nombre de cinématiques joliment mises en scène et permettant de faire progresser l’histoire. Sans compter le droïde BD-1 qui, après le BT de Titanfall 2, confirme le talent des narrative designers de Respawn côté robots. En somme, de quoi ravir les fans sans pour autant rallier les non-fans à la licence. Heureusement, dans un cas comme dans l’autre, le gameplay devrait mettre tout le monde d’accord.

Car oui, et c’est là qu’on retrouve la patte de Respawn, si Jedi Fallen Order pioche dans bon nombre d’influences, c’est pour mieux les digérer et y apposer la patte du studio. En effet, si les premiers extraits laissaient augurer un gameplay assez simple à la Uncharted (oui, les écroulements de plates-formes répondent présents), le jeu s’enrichit assez rapidement d’éléments de Metroidvania et même – on ne s’y attendait pas ici – de Dark Souls-like. Ainsi, si la plate-forme, les combats et quelques énigmes marquent l’essentiel de l’aventure, celle-ci est largement enrichie par de nouveaux éléments. On citera ainsi l’apprentissage de nouvelles compétences permettant par exemple d’atteindre des zones auparavant inaccessibles (le wallrun de Titanfall fait son retour) ainsi que des ennemis (notamment les boss) souvent très retors et qui vous demanderont de parfaitement maîtriser l’art de l’esquive, du timing et évidemment les différents pouvoirs de la Force pour être battus dans trop de bobos. A cela s’ajouteront des petites finesses comme les points de méditation, équivalent des feux de camp de Dark Souls, qui vous permettront de récupérer de l’énergie (moyennant la résurrection de vos adversaires), apprendre de nouvelles techniques dans l’arbre de compétences, et feront également office de point de sauvegarde en cas de mort de votre avatar. D’ailleurs, autre emprunt aux Dark Souls, mourir de la main d’un ennemi vous vaudra de perdre temporairement l’expérience gagnée depuis le dernier point de sauvegarde. Pour la récupérer, il vous faudra aller botter les fesses du même adversaire, sans mourir en chemin sous peine que la perte d’expérience soit définitive. Si ce mélange pourra sembler étonnant, il fonctionne finalement très bien tant il est savamment dosé pour rester grand public, et pourra même donner envie aux néophytes de se plonger plus tard dans les Dark Souls, Bloodborne et autres Sekiro, une fois leur voyage sur les différentes planètes de Jedi Fallen Order achevé.

A ce sujet, on appréciera une direction artistique qui, plutôt que de chercher à réinventer la poudre, préfère chercher à sublimer l’univers Star Wars, notamment en réservant quelques moments forts tant en termes de rencontres que de gameplay, et en variant l’ambiance des planètes explorées. Certes, on relèvera ici quelques choix artistiques ou techniques discutables (coucou les Wookies), mais dans l’ensemble, Jedi Fallen Order respire le Star Wars pur jus, un peu dans la lignée de ce que nous ont récemment offert les Star Wars Battlefront. Le plan technique n’est pas en reste, si bien que malgré quelques approximations (animations un peu rigides, soucis de collision, réglages d’IA discutables, bugs de script…), Jedi Fallen Order n’aura pas beaucoup à rougir comparé à un Battlefront 2. De même, l’aspect sonore bénéficie d’une réalisation aux petits oignons avec les bruitages emblématiques de la saga, associés à une musique soignée et un doublage sympathique malgré les habituels soucis de synchro labiale.

Au final, Jedi Fallen Order marque le retour réussi de la saga dans le domaine des jeux solo. Certes, l’ensemble n’est pas parfait, avec notamment une aventure sympathique, mais loin des fleurons de la saga. Toutefois, le jeu bénéficie indéniablement du talent de Respawn. Combiné à l’univers Star Wars et à un astucieux mélange de différents gameplay, le studio de Titanfall remplit sa mission haut la main et le prouve à ceux qui en doutaient, notamment depuis un certain film de Ron Howard : oui, Star Wars et « solo » peuvent encore faire bon ménage !

Star Wars Jedi – Fallen Order : nos impressions !
8