La brigade du suicide : le test blu-ray

Réalisateur
Anthony Mann
Acteurs
Alfred Ryder, Dennis O'Keefe, et Mary Meade
Pays
USA
Genre
Film noir
Durée
92 min
Date de sortie
1947 - 24/08/2021 (blu-ray)
Notre score
8

Deux agents du département du Trésor Américain sont désignés pour infiltrent le Milieu : ils devront mettre fin aux agissements d’un gang de faux-monnayeurs. Ils endossent une nouvelle identité et remontent peu à peu toute la filière.

Quelques mois après Marché de brutes, Rimini Editions a l’excellente idée d’éditer en blu-ray un autre indispensable film noir d’Anthony Mann, La brigade du suicide (T-Men) de 1947.

T-Men est centré sur deux agents du Trésor américain infiltrés dans un réseau de fabricants de fausse monnaie. Très documenté (Mann a effectué de nombreuses recherches au Trésor), ce film noir allie une dimension naturaliste avec une image grisâtre, une voix-off didactique et une approche brute des faits à une recherche stylistique où la photo contrastée signée du grand John Alton et la mise en scène virtuose de Mann font des merveilles dès la brillante scène d’ouverture où un indic est tué dans une usine, une véritable leçon de mise en scène avec variation des cadres, des échelles de plan qui placent d’emblée le spectateur dans un univers violent et impitoyable. Les plans très construits de Mann multiplient les cadres dans le cadre pour renforcer l’enfermement des personnages dans une situation oppressante d’undercover (gros plan saisissant du visage d’un Dennis O’Keefe en mauvaise posture encadré par deux lignes verticales que sont les montants d’une porte), les plongées et contre-plongées afin de traduire les rapports de force entre les différents protagonistes, gangster et policiers infiltrés qui jouent à être des bandits. Comme dans tout bon film noir Mann créé une implacable ambiance nocturne de la ville de L.A, filmée comme une entité tentaculaire qui prend au piège les personnages dont le rugueux O’Keefe que le réalisateur retrouve un an après Marché de brutes.

De nombreux motifs thématiques de La brigade du suicide se retrouveront dans l’excellent To live and die in L.A de William Friedkin. C’est dire que la (re)découverte de cette pépite du film noir signée Anthony Mann s’impose.

Technique
L’image de cette édition Rimini est identique à celle du master américain, restauré en 2K à partir des archives du British Film Institute. La copie est superbe, avec des noirs profonds et un grain préservé. Sur le plan sonore la piste DTS-HD Master Audio 2.0 mono VOSTF révèle un bon équilibre voix/musique/effets sonores. Un très beau travail de restauration image et son.

Bonus
L’unique supplément de ce disque blu-ray est une intéressante analyse du film par Jacques Demanges, journaliste Positif (14′)

La brigade du suicide : le test blu-ray
8