Crash : le test blu-ray

Réalisateur
David Cronenberg
Acteurs
Deborah Kara Unger, Holly Hunter, James Spader, et Rosanna Arquette
Pays
Canada et Grande Bretagne
Genre
Drame
Durée
100 min
Date de sortie
17/07/1996 (salle) - 21/10/2020 (blu-ray)
Notre score
9

James et Catherine Ballard mènent une vie sexuelle très débridée. Suite à une grave collision avec le docteur Helen Remington ayant entraîné la mort de son mari, James se lance dans l’exploration des rapports étranges qui lient danger, sexe et mort. Grâce à leur rencontre avec Vaughan, un étrange photographe fasciné par les accidents de la route, le couple Ballard va finir par trouver un chemin nouveau mais tortueux pour exprimer leur amour…

Adaptation du roman sulfureux de J.G. Ballard (1973), Crash de David Cronenberg remporte le Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes en 1996 «pour l’audace, son sens du défi et son originalité». Ce film du canadien est assurément son plus radical et dérangeant dans une filmographie où reviennent les obsessions pour le corps, le sexe, le sang.

Dans Crash les personnages ne communiquent que par le sexe extrême dans des voitures, souvent accidentées, l’auto comme vecteur de plaisir et de jouissance. Comme souvent chez le réalisateur canadien est décrite, explorée dans Crash une micro-société particulière, underground (ici des individus fascinés par les accidents routiers) où un groupe de personnes fait rimer sexe et accident auto. La métamorphose des corps ou la destruction conduisent à une nouvelle expérience du monde, une autre réalité; les personnages doivent tutoyer la mort pour se sentir vivant. Ils manifestent une obsession pour les accidents de la route, en premier lieu Vaughan, un étrange photographe dont le projet consistant en « la refonte du corps humain par la technologie moderne » le conduit à organiser la reconstitution d’accidents célèbres comme celui de James Dean ou de Jayne Mansfield. A cet égard, pour Baudrillard, Crash n’est rien moins que le premier roman de la simulation, de la construction du simulacre.
Comme le décrit David Cronenberg, dans Crash « un groupe de personnes veulent se débarrasser de leur corps avec la technologie, fusionner leur corps avec la technologie, ramener la technologie dans leur corps. » Comme beaucoup de films du maître canadien Crash traite de la tentative de fusion chair/métal, de la dualité organique/mécanique et exibe de nombreux corps meurtris, avec des ecchymoses, des cicatrices mais aussi perforés par le métal. De nombreuses scènes sexuelles montrent les personnages, le couple Ballard/Catherine, Gabrielle et son corps augmenté de prothèses métalliques, rechercher le plaisir au contact de la tôle et le métal d’une automobile. La voiture, synonyme de liberté dans la mythologie US, entraine les personnages dans une obsession, une aliénation en ce sens qu’ils en deviennent progressivement dépendant pour assouvir leurs désirs. La répétition d’une même ligne de dialogue en début et fin de film (« Maybe the next one ») témoigne de l’insatisfaction permanente des personnages qui n’arrivent pas à communiquer et se comprendre, une poursuite effrénée à la recherche de la jouissance et à la mort.
S’ouvrant avec 3 séquences sexuelles, Crash est chargé d’un érotisme cru, clinique, la chair y est triste et les dialogues souvent murmurés. Les lents mouvement de caméra qui s’attardent sur les corps, la tôle couplés à la musique hypnotique d’Howard Shore installent une atmosphère trouble et dérangeante dans ce récit âpre et désenchanté sur les relations humaines.
Grand film sur le masochisme, Crash est le plus audacieux et perturbant de son réalisateur, assurément une pièce maîtresse dans l’oeuvre passionnante de David Cronenberg.
Carlotta a conçu une nouvelle fois un superbe coffret ultra-collector (le 17ème) avec un packaging réussi : 2 visuels (Face A, un visuel créé exclusivement pour cette édition par Sam Gilbey et Face B au verso du coffret le visuel alternatif avec l’affiche cinéma de la sortie en salles en juillet 2020), un disque avec le film remasterisé en 4K UHD, en blu-ray, en DVD et un livre de 160 pages.
Technique
Le film a été entièrement remasterisé en 4K sous la supervision du réalisateur et du directeur de la photographie Peter Suschitzky. L’image du blu-ray est splendide avec définition aiguisée, contrastes marqués, noirs denses dans les nombreuses scènes nocturnes. La VO 5.1 s’impose sur la VF par sa spatialisation maîtrisée entre de nombreux effets d’ambiance, la musique d’Howard Shore et les voix des excellents acteurs.
Bonus
Au programme de cette édition ultra-collector un florilège de suppléments passionnants :
-Tiff Talks (52′) : échange décontracté entre Viggo Mortensen et David Cronenberg puis avec le public du TIFF
-Le défi Cronenberg, entretien avec le chef op Peter Suschitzy (20′) : le brillant chef op évoque son travail avec Cronenberg, son rapport aux films d’horreur, le défi que constituait cette adaptation du livre de Ballard avec un tournage parfois difficile de nuit en extérieurs
-Animaux mécaniques, entretien avec le producteur anglais Jeremy Thomas (17′) : le producteur nous parle de sa 1ère collaboration avec Cronenberg sur The Naked Lunch puis de l’adaptation du livre Crash « récit visionnaire sur les voitures et la sexualité », la réception critique et publique du film couronné du Prix Spécial du Jury cannois en 1996
-Howard Shore donne le La (23′) : le compositeur détaille sa rencontre et son travail au long court avec Cronenberg amorcé avec Chromosome 3, en tout 15 films ensemble. Il nous donne une leçon de composition avec le score de Crash, l’idée d’un contrepoint en 3 parties pour 3 harpes avec l’enregistrement de 6 guitares électriques et des percussions électriques puis resample.
– Sur les chapeaux de roue : Deidre Bowen à propos du casting (27′)
-Archives promo :
ITW avec David Cronenberg : (6′)
ITW avec J.G Ballard (3′)
ITW avec James Spader (5′)
ITW avec Holly Hunter (3′)
ITW avec Deborah Kara Unger (5′)
ITW avec Elias Koteas (3′)
Coulisses du tournage (11′) avec des images brutes
-3 courts -métrages de David Cronenberg : Le Nid (9′), Caméra (7′), Le suicide du dernier juif sur terre dans le dernier cinéma sur terre (4′) avec le maître devant la caméra
Enfin le boitier comprend un livre inédit « Réalisme des sens : Crash de David Cronenberg » avec 20 photos d’archives, entretiens de D. Cronenberg et J.G. Ballard, essais d’Olivier Père, Sandrine Marques, Nicolas Tellop entre autres (160 pages).
Une édition somptueuse incontournable pour cet excellent Crash.
Crash : le test blu-ray
9